> > > > GP de Hongrie : Webber sort du lot

GP de Hongrie : Webber sort du lot

Webber reprend la têteWebber reprend la tête

Après 70 tours de course ponctués d'incidents et de surprises, Mark Webber remporte ce GP hongrois. Il en profite pour prendre la tête du championnat du monde des pilotes, et affiche ses ambitions en étant le seul avec 4 victoires cette saison. La compétition s'annonce intense que ce soit en interne avec Vettel, mais aussi avec la concurrence car aujourd'hui c'est le plus âgé des prétendants qui mène la danse.

Pour autant cette victoire ne s'est certainement pas jouée au départ de la course puisque l'australien ne pouvait contenir Alonso avant le premier virage, il rétrogradait donc à la 3ème place, laissant Vettel et l'espagnol de chez Ferrari s'expliquer seul à seul.
Il est évident que Webber a su profiter d'une stratégie parfaitement maitrisée par son stand mais surtout il a su exploiter au mieux sa monoplace affichant une vitesse en course exceptionnelle tour après tour. La combinaison de ces différents facteurs additionnée aux faits de courses lui permettent de devancer Alonso, qui finit 2ème à plus de 17 secondes.

L'élément clé dans la victoire de l'australien survient au tour n°15 lorsque la voiture de sécurité sort des stands pour neutraliser la course afin que des débris soient enlevés sur la piste, c'est à ce moment là que la plupart des pilotes rentrent aux stands pour procéder au changement de pneus obligatoire, Webber et son stand décide de continuer sans rien changer. Ce coup de maître stratégique lui permet, alors, de prendre la tête.

Dès que la voiture de sécurité retournait aux stands, Webber devançait dans l'ordre Vettel, Alonso, Hamilton et Massa. Pour l'australien la chose était entendue, il lui fallait creuser l'écart pour que sa stratégie décalée lui permette de marquer son arrêt tout en ressortant en tête. Dans cette course au chrono, la pénalité de Vettel, obligé d'observer un "drive through" pour avoir maintenu une distance supérieure à 10 longueurs de voiture avec la monoplace le devançant sous régime de voiture de sécurité, facilitait drôlement la tache de Webber.
Vettel repassait donc par les stands, manifestant son incompréhension face à cette pénalité, Alonso récupérait la 2ème place, laissant la 3ème au jeune allemand.

Au 43ème tour, Webber observait enfin son arrêt aux stands pour procéder au changement de pneus. La stratégie décalée prenait tout son sens puisqu'il s'arrêtait avec plus de 23 secondes d'avance. Il revenait en piste avec une marge de sécurité de 4 secondes face à la Ferrari d'Alonso.

Parti en 5ème position, Hamilton se retrouvait 6ème au premier virage puisque Petrov se montrait à son avantage en doublant le britannique. Le weekend difficile des McLaren se confirmait dès le 25ème tour, Hamilton rangeait sa monoplace sur le bas coté, sa transmission venait de le lâcher. Cet abandon combiné à la victoire de Webber, offrent 4 points d'avance à l'australien, alors que le pilote anglais était en tête du championnat avant cette course. Hamilton est le grand perdant de ce weekend hongrois.

Après un GP d'Allemagne des plus tumultueux, Massa s'offrait une course bien plus tranquille. Parti en 4ème position, il ne pu se mêler à la bataille pour les trois premières places. Il se contente donc des points attribués au 4ème.

Vitaly Petrov a réussi une course sensationnelle, il s'octroie la 5ème place, montrant à la direction de Renault qu'il a du potentiel et qu'il est généreux dans l'effort. Il devance même d'un point au championnat, son ancien rival du GP2, Nico Hülkenberg. Le coéquipier du rookie allemand, l'expérimenté Rubens Barrichello est resté longtemps à la 6ème place, mais un changement de pneus tardif le laisse finir la course à la 10ème place. Il peut tout de même être heureux de voir le drapeau à damier car son ancien équipier Michael Schumacher à la lutte lui aussi pour cette 10ème place, finira 11ème après avoir tout tenté pour empêcher le brésilien de passer. Il ira jusqu'à le tasser contre le muret des stands dans la ligne droite principale. Cette manœuvre des plus dangereuses sera pénalisée de 10 place sur la grille pour le prochain GP à Spa. Barichello a même qualifié cette action de complément folle, il était en colère après son ancien leader chez Ferrari.

Du coté de Sauber, les résultats confortent les progrès de l'écurie. De la Rosa termine 7ème, Kobayashi se classe 9ème après une course offensive pendant laquelle il a prouvé toutes ses qualités puisqu'il a commencé la course en 23ème position. Intercalé entre les deux monoplaces suisses, Jenson Button apporte quelques points à McLaren. Une récolte des plus maigres, dont le duo de pilotes britanniques ne pourra se contenter.

Parmi les habitués du Top 10, Robert Kubica n'a pas pu se battre en piste. En effet après une collision dans les stands avec Adrian Suttil, il perdait du temps pour réparer sa monoplace. Reconnu responsable de cet accrochage, il écopait d'une pénalité de 10 secondes. Loin derrière ses rivaux qui lui prenaient un tour, le pilote polonais revenait aux stands quelques tours plus tard et décidait de se retirer de la course. Il reconnaitra par la suite que dans le choc sa monoplace avait souffert au niveau de la suspension avant gauche.

Juste avant l'accrochage entre Kubica et Suttil, Nico Rosberg
sortait des stands sur trois roues. En effet une de ses roues n'avait pas été fixée, il s'en est suivi un vent de panique dans les stands quand la fameuse roue volait au dessus des mécanos des différents teams, un mécanicien de chez Williams a même dû être transporté à l'hôpital. Pour certains, c'est ce mouvement parmi les mécanos qui a vu le préposé à la "sucette" chez Renault, esquisser un geste. Ce geste a été interprété par Kubica comme le signal pour remettre les gaz. Quittant son emplacement il ne voyait pas Suttil qui arrivait sur sa gauche pour se positionner à hauteur de son équipe. Pour Rosberg cet incident signifiait la fin de sa course.

Au rayon des incidents mécaniques, il faut noter la rupture moteur d'Alguersuari dont la Toro Rosso laissait échapper de la fumée blanche dès le 2ème tour.

Dans le championnat qui oppose les nouvelles écuries, c'est Kovalainen qui dominent les débats avec la 14ème place. Lotus s'offre même "un doublé" puisque Trulli finit 15ème. Senna réussit l'exploit de ne pas finir aux deux dernières places. il s'intercale entre les deux Virgin Racing de Glock, 16ème et Di Grassi, 18ème.

Grand Prix de Hongrie
Hungaroring, Hongrie.
70 tours. 306,663 km.
Météo: Ensoleillé.

PiloteEquipeTempsEcartTours
1
WebberRed Bull1h41:05.571
70
2
AlonsoFerrari+17.821
70
3
VettelRed Bull+19.252
70
4
MassaFerrari+27.474
70
5
PetrovRenault+1:13.100
70
6
HulkenbergWilliams+1:16.700
70
7
De la RosaBMW-Sauber+1 lap
69
8
ButtonMcLaren+1 lap
69
9
KobayashiBMW-Sauber+1 lap
69
10
BarrichelloWilliams+1 lap
69
11
SchumacherMercedes GP+1 lap
69
12
BuemiToro Rosso+1 lap
69
13
LiuzziForce India+1 lap
69
14
KovalainenLotus+3 laps
67
15
TrulliLotus+3 laps
67
16
GlockVirgin+3 laps
67
17
SennaHispania+3 laps
67
18
Di GrassiVirgin+4 laps
66
19
ChandhokHispaniaYamamoto+4 laps
66

Non Classés/Abandons

PiloteEquipeTempsEcartTours
1
HamiltonMcLaren
25
2
KubicaRenault+
25
3
RosbergMercedes GP+
17
4
SutilForce India+
17
5
AlguersuariToro Rosso+
2


Hungaroring, Grand Prix




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
Nigel
Nigel :
merci pour votre synthèse de cette course où tout est dit.
Il y a 119 mois
Nigel
Nigel :
Ross BRAWN se discrédite en prenant la défense de Schumacher en reprenant l'argument de ce dernier qui justifie son choix de fermer la porte coté intérieur et rejetant sur Rubens la responsabilité de ce dépassement " limite" jugé injustement "dur "par les commissaires ...pas "clean" l'ex-directeur de la scuderia Ferrari sur ce propos et idem sur la justification de la responsabilité des pneumatiques avant concernant l'inadéquation au pilotage de Schumi pourtant il reconnait que Nico avec talent lui arrive à les exploiter... dur d'accepter une vraie déception de la part de son favori de toujours.
Il y a 119 mois
Nigel
Nigel :
en revisionnant les vidéos de ce "tassement inacceptable" sa dangerosité est évidente car cette partie hors piste le long du muret n'est pas exempte de débris pouvant occasionner une crevaison aux conséquences imprévisibles et Rubens a magistralement évité de toucher le mur avec les conséquences dramatiques pour les deux pilotes... une chance que cette manœuvre d'intimidation de Schumacher n'ai pas tourné à la course de trop pour ce dernier...mais comme il le dit lui-même " me dépasser ne sera jamais facile çà se mérite... jusqu'à quand?
Il y a 119 mois
Nigel
Nigel :
pour illustrer mon propos la vidéo de l'accident de Chris van der Drift sur une défense "limite" de Julien Jousse lors de la course de SLG à Brands Hatch dimanche dernier est édifiante un miracle que le pilote s'en tire avec des blessures le drame a été évité de peu à voire sur le site www.F1-action.net
Il y a 119 mois
Nigel
Nigel :
ce GP de Hongrie 2010 donne une image très négative du retour de Mercedes en tant qu'équipe en F1... on comprend le silence de Norbert Haug
Il y a 119 mois
PandOu
PandOu :
Cette saison, je découvre vraiment Webber que je trouvais extremement discret depuis le début de sa carrière, surement du au manque d'attention des médias vis à vis de lui. En tout cas, il est vraiment terrible comme pilote et tellement propre sur la piste =O (si on fait abstraction de l'accrochage entre lui & Vettel, ou ils sont tous les deux fautifs) je ne retiens aucune faute de sa part. Bravo à lui, il gère vraiment !
Il y a 119 mois
Nigel
Nigel :
@PanDou, tu as raison Mark Webber réalise une saison exemplaire et il s'affirme comme le meilleur challenger pour le titre cette année avec le respect de tous les fans de F1
Il y a 119 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.