> > > > Finir avant tout

Finir avant tout

Plus que jamais, le début du championnat du monde de Formule 1 est propice à toutes les allégations. La première course représente souvent pour les pilotes leur seule chance de réaliser une bonne performance durant la saison.

(c) Lat - Qui sera à l'arrivée ?(c) Lat - Qui sera à l'arrivée ?

C’est presque devenu historique. A quelques exceptions près, la première course d’un championnat de Formule 1 nous réserve son lot de surprises.

Il suffit souvent, pour un pilote avec une monoplace modeste, de finir la course, pour se retrouver dans une position favorable et marquer ainsi les esprits et peut être même les seuls points de sa saison.

Les exemples ne manquent pas. Si le grand prix de Bahreïn la saison dernière a été surtout marqué par l’ennui, les courses d’ouvertures des saisons précédentes ont tenu leurs promesses.

En 2009, en Australie, malgré l’impressionnante et inattendu domination des Brawn GP, la course a été marqué par de nombreux accrochages (Vettel et Kubica dans les derniers tours en lutte pour la troisième place) et la remontée fulgurante de Timo Glock de la dernière à la quatrième place au volant de sa Toyota, bénéficiant donc de nombreux abandons des leaders et de la disqualification de Lewis Hamilton pour une manœuvre douteuse sur son coéquipier Jarno Trulli.

En 2008, toujours en terre australe, seulement six voitures seront classés à l’arrivée et le grand vainqueur de cette épreuve chaotique sera le français Sébastien Bourdais qui, partant de la dix-septième place sur la grille, remontera jusqu’à la quatrième avant de renoncer sur casse moteur mais d’être finalement classé septième au grès des divers abandons de ses concurrents directs.

L’australien Mark Webber aura sûrement à cœur, lui, de se souvenir de sa belle course à domicile en ouverture de la saison 2002 qui l’avait vu finir à la cinquième place avec la petite écurie Minardi-Asiatech, pour le premier grand prix de sa carrière. Il grimpera même sur le podium après la cérémonie officielle pour fêter sa miraculeuse moisson de points avec son public et son patron de l’époque, un autre australien, Paul Stoddart. Ce résultat, même si on ne peut douter du talent de Webber, fut la conséquence d’un grand nombre d’abandons dans un grand prix qui n’avait vu que huit pilotes classé sur les vingt-deux ayant pris le départ.

Certes, le tracé du circuit accueillant le premier grand prix de la saison a une incidence importante sur le déroulement de la course. La piste de Melbourne, associée à une météo souvent changeante, est plus propice aux rebondissements et aux courses spectaculaires que l’insipide tracé de Sakhir, qui a ouvert les saisons 2006 et 2010 dans le cadre du grand prix de Bahreïn…

Mais la fiabilité des voitures joue également un rôle très important en début de saison. Ce qui devient l’apanage des meilleures écuries en milieu de saison, reste souvent leur point faible lors des premières courses de l’année. Il n’est pas étonnant alors de voir des Ferrari, McLaren ou RedBull perdre de gros points lors de ces occasions au bénéfice d’écuries moins performantes mais ayant joué la carte de la fiabilité.

Comme le disait Enzo Ferrari, pour arriver premier, il faut premièrement arriver ! Le premier objectif du futur champion du monde 2011 sera donc de voir le drapeau à damier en Australie ce weekend. Les statistiques parlent d’elles même. Ces dix dernières années, 70% des vainqueurs de la première course de la saison ont remporté le championnat à la fin de l’année.


Hors Piste Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
nioulargo
nioulargo :
et comme disait ou demandait peut etre Alonso l'année dernière à l'équipe, il faut que je sois à chaque fois sur le podium et on sera champions....pour cela aussi comme disait E.Ferrari il faut finir....vedremo si la fiabilité est au rendez-vous.des rouges et des autres :D
Il y a 103 mois
Axel B.
Axel B. :
A l'époque de ses succès, Michael Schumacher préférait une voiture qui voyait l'arrivée à une voiture rapide. Nombre de ses victoires en championnat ont été construite dans cet état d'esprit.
Il y a 103 mois
Fab007
Fab007 :
HRT construit ses voitures dans cet état d'esprit. :D

Plus sérieusement, la Ferrari et la Red Bull sont apparues comme des voitures très fiables durant les essais. Je pense qu'à moins d'un accrochage, il sera difficile de leur soutirer des places (surtout que la température à Melbourne le jour de la course semblerait ne pas être excessive). A vrai dire j'espère me tromper, mais je pense que comme l'article l'explique, la surprise, s'il y en a une, viendra "de derrière".
Il y a 103 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.