> > > > Les pilotes en grève?

Les pilotes en grève?

Avec l’arrivée en Formule 1 de nouvelles options de pilotage disponibles au sein même des monoplaces, de nouveaux débats vont apparaitre pour mettre à jour la véritable utilité de l’aileron arrière mobile ou du système de récupération de l’énergie cinétique, plus connus respectivement sous les abréviations de DRS et KERS. Les pilotes menacent même d’une possible grève si leurs attentes ne sont pas respectées.

(C) GEPA, Les pilotes prêts à laisser leur casque au vestiaire?(C) GEPA, Les pilotes prêts à laisser leur casque au vestiaire?

Directeur aux côtés de Felipe Massa de l’Association des Pilotes de Grand Prix, présidée par Rubens Barrichello, Sebastien Vettel clame depuis plusieurs jours, à qui veux l’entendre, que ses camarades de jeux et lui-même pourraient exercer une pression sur la FIA en faisant une grève si leurs revendications ne sont pas entendus.
Si le champion du monde 2010 est aussi radical, c’est que la multiplication des « aides » au pilotage et aux dépassements ne cesse de croitre.

Avec le retour, cette saison, du KERS et l’arrivée de l’aileron arrière mobile, les pilotes se voient confier des responsabilités et des obligations supplémentaires pendant les courses, qui pourraient bien les voir s’éparpiller au détriment de leur principale mission qu’est le pilotage pur et simple.
Outre le fait d’une complexité accrue pour les spectateurs à comprendre les courses, Vettel et l’ensemble des pilotes tirent la sonnette d’alarme concernant leur propre sécurité. Leur volant de course est en train de ressembler à un clavier d’ordinateur avec une multitude de boutons de réglages pour tel ou tel appendice ajustable, que cela soit au niveau mécanique ou aérodynamique.

La saison dernière, le F-Duct (système aérodynamique permettant de gagner quelques précieux kilomètres heure en ligne droite) avait été reconnu trop dangereux lorsque la FIA s’était rendu compte que les pilotes ne conduisaient plus que d’une main, l’autre étant occupée à obstruer l’orifice d’entrée du système mis au point au début de la saison par l’équipe McLaren. L’ingéniosité des têtes pensantes de l’usine de Woking fut certes admirable, mais les limites et les contraintes humaines doivent également être prises en compte lors de la mise en place d’une telle innovation.
Le même problème se pose désormais avec le KERS et le DRS, qui occupent plusieurs fois par tour les mains des pilotes qui sont parfois obligé de lâcher la piste des yeux, et parfois le volant, pour actionner plusieurs boutons sur ce dernier.

Cet aspect de danger, tous les pilotes l’ont dans un coin de leur tête. Même s’ils n’aiment pas l’avouer de peur de dévoiler des faiblesses à leurs adversaires. Sebastien Vettel ose en parler librement car il pense que la situation devient absurde : « Si la situation empire au point de devenir dangereuse, je pense que nous avons le pouvoir de faire valoir notre position. Le dernier ressort est de ne pas courir si une situation dangereuse n’est pas changée »
La dernière et unique grève des pilotes en Formule 1 avait eu lieu lors du grand prix d’Afrique du Sud 1982 en plein conflit entre la FISA et la FOCA. Même si elle avait été avortée et n’avait eu que peu d’incidence sur la situation politco-sportive du moment, elle avait eu le mérite de prouver que les pilotes possèdent un moyen de pression pour se faire entendre.

Des soutient de poids, à l’image du triple champion du monde autrichien Niki Lauda, ont eux aussi fait entendre leur voix sur cette situation qui risque de s’envenimer si la FIA ne prend pas en compte les remontrances des principaux acteurs de ce sport que sont les pilotes.


Hors Piste Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




10 réactions sur cet article Donnez votre avis
Depy
Depy :
Et les forumeurs, ils font grève ? :O
Il y a 99 mois
Axel B.
Axel B. :
Ahah bonne question !
Il y a 99 mois
Depy
Depy :
Un survivant !

Plus sérieusement, je déplore en effet que le pilotage de maintenant soit autant "Gameboy" avec pleins de boutons partout et tant de trucs qui rentrent en compte rien que sur le volant.

Il y a eu l'ère sans aide du tout, puis les aides au pilotage sont apparues. Ensuite, ils ont voulus les supprimer petit à petit pour que le pilote se sentent moins "dans leur salon". Maintenant, ils ajoutent des boutons partout.

Le volant de F1 est devenu le centre de commande d'une F1 et non plus simplement un élément de la monoplace. Après, j'aime le fait qu'ils puissent choisir leurs réglages depuis la monoplace. Par contre, je ne peux pas me placer en tant que pilote pour dire qu'il y a trop de boutons.

Mais regardez les autos de maintenant, le nombre de boutons, des molettes, le nombre d'information sur le tableau de bord, etc. Ce n'est pas comparable mais le phénomène est le même.

Alors bon, peut être que c'est une évolution logique.
Il y a 99 mois
Axel B.
Axel B. :
L'évolution de la technologie embarquée est logique et correspond aux attentes d'un sport qui se veut à la pointe. Mais elle ne doit pas se faire au détriment de la sécurité.
C'est d'ailleurs l'inquiétude actuelle des pilotes...
Il y a 99 mois
Depy
Depy :
Voilà, je pense en effet que c'est une évolution logique pour ce sport mais aussi dans la vie de tout les jours.

Et de façon similaire, dans nos autos, il y a beaucoup de boutons et pouvoir jongler avec tous peut être très sportif à certains moments.

J'avais entendu le nombre de fois qu'un pilote touche aux boutons... C'est affolant de voir le nombre de fois que les boutons sont utilisés sur une course. Surtout si ils ajoutent des boutons "artificiels".
Il y a 99 mois
Dino
Dino :
Je crois surtout que cette pose un autre probleme : celui de la representativité des pilotes et du GPDA. La FIA a encore une fois impose des regles sans demander aux pilotes et je pense que le GPDA proteste autant pour des questions de securite que pour cette question de representativité. On voit d'ailleurs que les instances restent relativement insensibles aux impressions des pilotes puisque le DRS n'est aucunement remis en cause.
Il y a 99 mois
Axel B.
Axel B. :
Le DRS et le KERS ont quand même été approuvé par la FOTA, l'association des équipes...les pilotes ont donc eu un regard là dessus...
Il y a 99 mois
Depy
Depy :
Est ce que la FOTA prend en compte l'avis des pilotes ? L'association des équipes ne prend peut être pas l'avis des pilotes dans le sens où les pilotes ont aussi une association.

Mais comme pour les circuits, ils n'écoutent pas assez les pilotes... Et c'est un peu comme en Belgique pour l'instant... FOTA, FOM, FIA & GPDA, ça fait beaucoup d'entités et personne ne sera jamais d'accord sur tout.

Je pense que le GPDA devrait vraiment faire pression, c'est pour moi la première importance.
Il y a 99 mois
Dino
Dino :
La FOTA c'est une chose, le GPDA une autre ! La FOTA défend l'intérêt des équipes, pas celui des pilotes ! Il y a une association des pilotes qui existe, elle devrait être écoutée ce qui n'est jamais le cas !
Mais les pilotes y ont leur tort dans la mesure où ils n'ont pas su rendre le GPDA indispensable... Certains n'y participent même pas alors que d'autres y boudent leurs responsabilités !
Il y a 99 mois
Depy
Depy :
Ce serait le bon moment pour montrer que le GPDA doit être pris en compte et peut être une force !

Niveau sécurité, circuit et amélioration, ils peuvent être une voix très importante.
Il y a 99 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.