> > > > Pourquoi les innovations ne sont pas brevetées en F1 ?

Pourquoi les innovations ne sont pas brevetées en F1 ?

Le système de correction de garde au sol développé par Lotus créé le débat sur la nécessité de protéger les innovations en Formule Un.

© GEPA© GEPA

Il n’aura fallu attendre qu’une quinzaine de jours en 2012 pour que la Formule Un ne se trouve un nouveau sujet de polémique technique, après l’abolition, au terme de la saison 2011, des échappements soufflés dans le diffuseur qui avaient animé le débat technique tout au long de l’année dernière. Avec son système de correction de garde au sol, jugé légal selon la FIA, Lotus a modifié la donne technique en 2012 et relancé la course à l’armement que se livrent traditionnellement les écuries de Formule Un. Cependant, certains, y compris parmi les commentateurs réguliers de Motorsinside.com, se sont demandés pourquoi, contrairement à ce qui se fait normalement, les innovations en Formule Un n’étaient pas brevetées et pouvaient donc être librement copiées par toutes les écuries impliquées.

Sur son blog, James Allen fournit quelques éléments de réponses en faisant appel à l’expertise d’un ingénieur de Formule Un : « L’absence de brevets en Formule Un s’explique facilement. C’est parce que si une équipe dépose un brevet sur un de ses concepts, elle se garantit un avantage auquel n’auront pas accès les autres écuries. Par conséquent, les autres équipes vont simplement voter contre cette innovation lors d’une réunion du Groupe de Travail Technique de la F1 avant la fin de la saison en cours. En gardant un nouveau concept libre d’être copié, une écurie peut miser sur le fait qu’elle fera du meilleur travail que les autres. Des exemples comme la boîte de vitesse seamless [ndlr : à changement de rapports quasi-instantanés] ou les absorbeurs d’inerties sont de bons exemples. S’ils avaient été brevetés par des écuries de F1, ils auraient été tués dans l’œuf. »

Plus récemment, la polémique entourant le diffuseur soufflé nous a fourni un exemple parfait de la dimension politique que peut revêtir le débat technique entourant une innovation. En effet, introduit en 2010 par Renault et Red Bull, cette astuce, consistant à faire souffler les échappements dans le diffuseur afin de générer plus d’appuis, n’a finalement fait de vagues qu’en 2011, alors que les rivaux de l’écurie autrichienne et du motoriste français ont mesuré la difficulté à obtenir l’effet désiré. Face aux difficultés de Cosworth de développer une cartographie moteur adaptée à un tel système, Williams avait fortuitement porté réclamation sur sa validité, la domination de Red Bull sur l’exercice 2011 achevant de convaincre la FIA d’interdire les échappements soufflés en 2012.

Pour l’heure, le dispositif imaginé par Lotus aurait reçu l’aval de la FIA et pourrait donner un léger avantage à l’écurie britannique mais ses rivales – à commencer par Ferrari et Mercedes selon différentes sources – seraient déjà sur le pont pour se doter d’un système similaire. S’il avait été breveté, nous aurions sans doute assisté à une levée de boucliers immédiate, alors que pour le moment, libres de copier le système, les écuries espèrent pouvoir le développer de façon toute aussi efficace que Lotus, avant, en cas d’échec, d’envisager, sans doute, d’en remettre la légalité en cause.


Technique Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.