> > > > Pirelli veut continuer à pimenter la Formule 1

Pirelli veut continuer à pimenter la Formule 1

Avant le début des essais hivernaux de 2012, Paul Hembery, responsable compétition chez Pirelli, est revenu sur la saison 2011 qu'il juge satisfaisante. Il a également confié que Pirelli avait retenu les leçons et les demandes des fans et des équipes ce qui conduira à quelques changements pour 2012.

© Pirelli© Pirelli

Paul Hembery, le responsable de la compétition chez Pirelli, s'est montré satisfait de la saison 2011 du manufacturier italien. Il estime que les demandes formulées par les équipes, les fans et les responsables du sport ont été entendues et réalisées par Pirelli - ce qui a permis d'avoir une saison plus passionnante que les années précédentes.

«On nous a demandé d'apporter quelque chose de différent à ce sport pour 2011. On nous a donné comme défi de créer des pneumatiques qui se dégradent, des pneumatiques qui ont un taux d'usure élevé, pour que cela puisse forcer quelques arrêts aux stands. Nous avons le sentiment qu'à la fin de la saison nous avons réussi à le faire,» a confié Hembery à Sky Sports.

Hembery a également confié qu'il avait été surpris des critiques émises envers Pirelli en début de saison - pour avoir été trop agressif - mais également en fin de saison, pour au final avoir été trop prudent.

«C'est amusant parce qu'au début de la saison, nous avons été critiqué pour avoir été peut-être trop agressifs et à a la fin (de la saison) pour avoir été trop conservateurs. En réalité, cela vient du fait que les pilotes et les équipes ont pu s'habituer aux pneumatiques et ils ont pu modifier leurs réglages pour maximiser ce que nous leur mettions à disposition.»

Les ingénieurs de Pirelli ont entendu les doléances et les demandes des fans mais aussi des personnes de la Formule 1 et la donne va donc changer en 2012. Les écarts de performance entre les pneumatiques seront moins importants pour redonner la priorité à la stratégie et ainsi ajouter plus de suspenses aux courses.

«Cela signifie bien évidemment que nous avons dû être un peu plus agressifs pour 2012, nous avons changé trois gommes que nous utilisions la saison dernière, les tendres, les mediums et les durs, et les écarts de performance entre eux seront plus proches, ce qui devrait améliorer la stratégie.»

«C'est le plan quoi qu'il arrive. Nous ne savons bien évidemment pas à quoi ressembleront les monoplaces; nous le découvrirons dans quelques jours lorsque nous commencerons notre programme d'essais hivernaux en Espagne. Les monoplaces devraient être légèrement modifiées compte tenu de l'interdiction des diffuseurs soufflés et la vitesse de passage en virage devrait être inférieure, mais vous ne savez jamais.»

«Ces gars qui conçoivent ces monoplaces sont les meilleurs du monde, ils arrivent toujours à trouver des idées incroyables et peut-être que ça ne sera pas vrai et que nous verrons des monoplaces similaires à celles de 2011. Mais notre intention est d'essayer de rééditer ce que nous avons fait, d'essayer d'être agressifs et de faire un peu pour rendre ce sport passionnant.»

Le responsable compétition de Pirelli est également revenu sur l'un des problèmes majeurs des pneumatiques en 2011, les marbles - ou billes de gommes en français - qui se déposaient sur le bord de la piste et rendaient les dépassements hors trajectoire compliqués par moments.

«Nous avons apporté quelques changements pour améliorer légèrement cela. Vous avez toujours des billes de gommes, des morceaux de caoutchouc fondus. Ce qui arrive habituellement c'est que cela se s'accumule à l'extérieur des virages - le caoutchouc s'use au freinage et il est éjecté lorsque vous passer dans le virage.»

«Nous avons eu quelques courses, la Malaisie est probablement le pire exemple, où la gomme se déposait sur la partie avant le virage, c'est quelque chose que nous avons essayé d'améliorer, mais c'est dur de simuler cela lorsque vous n'avez qu'une seule monoplace d'essais car vous ne pouvez pas faire suffisamment d'essais pour évaluer cela.»

Les ingénieurs ont travaillé pour tenter de résoudre ce problème, mais Pirelli ne peut rien promettre quant à la résolution de ce problème car le dépôt de gomme sur la piste est un problème inhérent à l'usure des pneumatiques.

«Nous allons essayer de faire quelque chose, mais malheureusement si vous voulez avoir des pneumatiques qui s'usent, la gomme doit aller quelque part et tout ce que vous pouvez faire c'est essayer de changer le mécanisme d'usure pour faire que les bouts qui partent des pneumatiques soient légèrement plus petits pour que cela ne créé pas un tel effet.»

«Nous allons continuer à travailler sur cela, je ne vais pas dire que nous avons une solution parce que nous ne saurons pas tant que la compétition reprendra, mais au final, nous avons tout de même eu le plus grand nombre de dépassements de l'Histoire du sport l'année dernière.»

Paul Hembery a également confié lors de l'Autosport International, un salon organisé par un magazine d'automobile britannique, que Pirelli avait travaillé sur le marquage de ses pneumatiques pour permettre aux fans et aux journalistes de voir plus facilement quels pneumatiques sont montés sur chaque monoplace.

«Nous avons fait quelques modifications après Singapour - nous avons utilisé un type de marquage différent sur les pneumatiques - mais nous allons augmenter la taille des marquages sur les pneumatiques et nous pensons que cela aidera à reconnaître quels pneumatiques sont montés sur la voiture.»

Pirelli avait également fait des essais, à Abu Dhabi notamment, pour afficher directement sur les écrans de télévisions les pneumatiques chaussés sur la monoplace visible. Cet ajout d'informations pour les spectateurs et téléspectateurs va se poursuivre en 2012, même si le système devra être mis au point.

«Nous travaillons avec la FOM pour nous assurer qu'il y ait quelques indications sur les écrans pour s'assurer que les spectateurs sachent quels pneumatiques sont sur la monoplace et nous devrons attendre et voir après la première course pour savoir si cela a fonctionné.»

Lors de ce même évènement, Hembery a confié que la structure des pneumatiques avaient été modifiée en vue de la saison 2012, notamment en ce qui concerne les pneus arrières.

«Nous avons changé le profil du pneumatique arrière et fait un peu de travail sur la construction pour avoir un peu plus de l'empreinte (du pneu au sol) parce que nous pensons, peut-être à tort, qu'il y aura un peu moins d'appuis en 2012 - du moins au début de la saison.»

L'année 2011 a été une bonne expérience pour Pirelli, car les ingénieurs savent désormais quels pneumatiques utiliser sur chaque circuit et ils pourront donc tenter des paris compte tenu de cette expérience.

«Avec les connaissances que nous avons maintenant, parce que nous ne connaissions pas chaque circuit avant la F1, nous pourrons faire des choix de gommes plus agressifs pour chaque course.»

L'objectif de Pirelli pour 2012 sera donc de poursuivre son apprentissage de la Formule 1, de continuer à offrir du bon spectacle à tous les fans et également d'offrir quelques défis, casses-têtes aux ingénieurs des différentes équipes du plateau en leur fournissant des gommes plus compliquées à analyser qu'en 2011.

«Martin Whitmarsh a dit au Brésil qu'il voulait que Pirelli continue à leur offrir des défis et repousser les limites donc c'est ce que nous allons essayer de faire,» a conclu Hembery.


Pirelli, Hembery Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
pignon
pignon :
On marche sur la tête avec les pneus (et pas que !) C'est le show (bises) qui prime sur le sport...imaginons nos voitures de tlj avec de "boudins" qu'il faudrait changer ttes les semaines !!!!!
On va finir par avoir des GP se gagnant essentiellement devant les
stands! Pour pimenter encore un peu, le spectacle; je propose qu' l'on exige que les préposés aux chgt de pneus aient une main (ou 2 ?)attaché dans le dos !!!!
ça ferait plaisir au (trop)vieux bernie...
Il y a 99 mois
Dino
Dino :
Oui, enfin, primo ce sont des pneus de F1, donc la comparaison avec des pneus de route et inutile, ensuite, Bridgestone faisait des pneus qui duraient la distance d'un Grand Prix, soit 300km : personnellement, je ne monte pas ce genre de pneus sur ma Polo !
Il y a 99 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.