> > > > La Ferrari 2012 vue par Giorgio Piola

La Ferrari 2012 vue par Giorgio Piola

A moins de deux semaines de la présentation de la nouvelle Ferrari, Giorgio Piola, journaliste spécialisé dans les questions techniques, dévoile pour la Gazetta dello Sport les différentes solutions techniques que pourrait arborer la dernière née de Maranello.

© Autosprint / Giogio Piola© Autosprint / Giogio Piola

Critiquée la saison passée pour son esprit plus que conservatrice, la Scuderia Ferrari, après une saison 2011 décevante, aborde la saison 2012 avec la ferme volonté d’accoucher d’une monoplace plus audacieuse. Après le départ d’Aldo Costa vers Mercedes, Ferrari a confié la direction technique au britannique Pat Fry, transfuge de chez McLaren, et, même si la nouvelle monture de Fernando Alonso et Felipe Massa sera toujours l’œuvre de Nicolas Tombazis, l’ingénieur grec a été épaulé dans sa tâche par l’une des figures historiques de Maranello : Rory Byrne.

Dans les colonnes de la Gazetta dello Sport, Giorgio Piola – journaliste spécialisé dans les questions techniques et récemment rendu célèbre pour avoir mis au jour l’ingénieux système de correction de garde au sol imaginé par Lotus – dévoile quelques indiscrétions sur le millésime 2012 de Ferrari qui sera présenté le 3 février prochain. Le journaliste révèle ainsi que l’échec lors des crash-tests latéraux de la monoplace italienne – qu’elle a depuis passé avec succès – s’expliquerait par la conception de la structure déformable qui doit protéger l’habitacle : « Jusqu’à présent, il s’agissait de cônes transversaux en carbone qui sont aujourd’hui enfermé dans des ailettes profilées qui revêtent une fonction aérodynamique ». Ainsi, le projet 663 présenterait-il deux larges ailettes au devant des pontons latéraux, ayant pour but de canaliser l’air vers l’arrière de la monoplace, une donnée clé cette saison, avec l’interdiction du diffuseur soufflé.

Cela s’accompagne donc d’une modification complète des pontons, plus étroits et plus hauts – un peu à l’image de la MP4-26 – afin de conduire le maximum d’air vers le train arrière, à la fois au-dessus des pontons, mais aussi en dessous. Cela aurait obligé les ingénieurs de Ferrari à revoir complètement le système de refroidissement, les radiateurs étant ainsi plus longs et inclinés que sur les précédentes monoplaces.

Selon les premières indiscrétions de Giorgio Piola, les échappements devraient être placés le plus bas possible par rapport aux nouvelles règles imposées par la FIA, afin d’agir sur le plan inférieur de l’aileron arrière, mais le journaliste italien estime que la Scuderia pourrait changer son fusil d’épaule pour s’inspirer des solutions adoptées par Red Bull et McLaren, avec des sorties d’échappement plus hautes afin d’augmenter l’efficacité du plan supérieur de l’aileron arrière. Le projet 663 se caractérise également par une évacuation de l’air chaud du moteur, à l’arrière de monoplace, directement inspirée de la RB7.

La saison 2012 devrait également être l’année de la conversion de Ferrari aux suspensions à tirants, adoptées depuis quelques saisons par la plupart de ses rivales, au premier rang desquelles Red Bull. Contrairement aux suspensions à poussoirs, les suspensions à tirants sont plus compactes, permettant ainsi aux ingénieurs d’exploiter un arrière train plus étroit, mais elles abaissent aussi le centre de gravité de la monoplace, améliorant stabilité et tenue de route.

Les ingénieurs de la Scuderia seraient même allé plus loin en adoptant également les suspensions à tirants pour le train avant, ce qui n’a plus été vu sur une Formule Un depuis 2001, sur la PS01 de Minardi, alors confiée à un certain Fernando Alonso. Cette solution permet, là-aussi, de dégager l’espace et d’améliorer d’autant l’écoulement du flux d’air vers l’arrière de la monoplace. Giorgio Piola n’écartait d’ailleurs pas l’éventualité que la Scuderia puisse disposer d’un système de correction de garde au sol, différent de celui proposé par Lotus F1 et interdit par la FIA. Cependant, selon Omnicorse.it, la Fédération Internationale de l’Automobile aurait également interdit la solution proposée par Ferrari.

La probable F12 ou F2012 devrait également offrir une position de conduite plus basse, expliquant ainsi le maintien d’un niveau relativement élevé de l’avant de la monoplace, même si elle se conformera aux exigences réglementaires voulues par la FIA pour raison de sécurité, quant à la hauteur du museau avant. Giorgio Piola assure d’ailleurs : « Il en résultera une petite bosse au point de raccordement avec le nez, qui ne sera certainement pas parmi les plus hauts que nous verrons à l’entame de cette saison, à Melbourne, le 18 mars. »

Si le Cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’état du Vatican, a pu avoir un aperçu de la maquette de la future Ferrari, lors d’une visite privée à Maranello, il nous faudra, quant à nous, attendre le 3 février, à 10h30, pour voir l’étendue de la remise en question technique concédée par Ferrari, et le 7 février, pour en mesurer les premiers résultats, entre les mains de Felipe Massa, pour les premiers essais hivernaux, disputés à Jerez.


Ferrari, Technique Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Dino
Dino :
Red Bull donne des ailes ! Ferrari en a !
Il y a 98 mois
surboumpour4roues
surboumpour4roues :
....ça sent encore et encore la grosse improvisation , ça ne marchera pas ce genre d'artifice.....
Il y a 98 mois
Unamed
Unamed :
On verra bien ;) !

De plus rien n'est officiel même si la source semble fiable
Il y a 98 mois
arkansis
arkansis :
J'attends de pouvoir voir toutes les monoplaces sous toutes les coutures, mais si déjà cette annonce est proche de la réalité, alors on peut juger le coté créatif de la Scuderia: 50% RedBull, 50% McLaren...
Il y a 98 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.