> > > > Kubica a-t-il un avenir en Formule 1 ?

Kubica a-t-il un avenir en Formule 1 ?

Après son terrible accident de l’hiver dernier, les attentes concernant Robert Kubica ont été quelque peu surnaturelles. Tout le monde s’attendait à la voir revenir à son plus haut niveau en quelques mois, et le principal intéressé aussi. Un an plus tard, le polonais a-t-il un avenir en Formule 1 ?

© Pirelli / L'avenir de Kubica pourrait s'écrire en rouge© Pirelli / L'avenir de Kubica pourrait s'écrire en rouge

Gentiment écarté par l’écurie Lotus-Renault à l’orée du début de la saison 2012, Robert Kubica ne fait plus parti des plans mis en place par Eric Boullier qui veut redonner un élan victorieux rapide à son équipe.

Le polonais comptait sûrement sur un rétablissement plus rapide de sa condition physique, malmenée par un nombre important d’opérations et une malchance flagrante. Les premières interviews du pilote après son accident lors d’une épreuve de rallye en 2011, laissaient entrevoir un homme déterminé à revenir au plus haut niveau, le plus rapidement possible.

De son côté, Boullier se montrait patient et affirmait à qui voulait bien l’entendre qu’un place au chaud était réservée à son pilote.
Mais durant l’année passée, les mauvaises nouvelles et les contres-temps facheux se sont enchainés alors que le manager français, à la tête de Lotus, devait prendre une décision rapide quant au futur immédiat de son équipe.

Avec un duo de pilotes prometteurs mais trop inconstants (Vitaly Petrov et Bruno Senna), Lotus-Renault se devait de remonter la pente en 2012 et de redevenir l’écurie gagnante qu’elle fut il n’y a pas si longtemps, à l’époque ou Fernando Alonso était allé chercher deux titres mondiaux des pilotes.

Cette urgence a précipité la mise à l’écart de Kubica, pour laisser entrer dans sa maison le revenant Kimi Raikkonen. Choix plutôt curieux et pari vraiment risqué pour une écurie plus vraiment affirmée et à la recherche d’une assise technique…ce qui n’a jamais été le point fort du finlandais.

Du coup, Kubica et son manager, Daniele Morelli, qui occupait une place médiatique très importante durant la convalescence de son pilote afin de ne pas le faire oublier, ont accusé le coup en silence, mais peut être pas sans avoir quelques idées derrière la tête…

En effet, en ce début d’année, une rumeur persistante a fait état d’un rapprochement entre le polonais et la Scuderia Ferrari.

On connait les liens d’amitié qui unissent Kubica et Fernando Alonso, pygmalion de l’écurie au cheval cabré. L’espagnol ne serait pas contre courir dans la même équipe que son ami, et le désamour flagrant entre Ferrari et son actuel second pilote Felipe Massa allant en grandissant, la porte serait alors grande ouverte pour cette association.
Visiblement, Kubica serait apte à retenter l’aventure au volant d’une voiture de course d’ici le mois de juin de cette année.

C’est en tout cas la date qui a été avancée par un journaliste italien à la fin du mois de janvier, pour une éventuelle collaboration en piste entre Ferrari et l’ancien pilote BMW.

Même si sa rééducation risque d’être encore longue et les difficultés grandes, notamment au niveau de son coude et de son poignet droit, l’éventualité d’un retour de Kubica à l’horizon 2013 est pour l’instant encore crédible.
Et puis ca n’est pas la première fois que le polonais se sort de situations dans lesquelles ont le croyait perdu. Au début de sa carrière, un accident de la route aurait bien pu stopper son ascension et plus récemment, les images impressionnantes de son crash au Grand Prix du Canada en 2007 restent dans toutes les mémoires.

A chaque fois, Kubica s’en est sorti comme miraculé et a su rebondir rapidement. Comme simple justification, il avouait la présence dans son casque d’une photo du Pape Jean Paul II, natif comme lui de Cracovie.

Cette image mystique et christique le rapproche un peu plus d’Ayrton Senna, véritable croyant qui, la veille de son accident mortel, avait lu un passage de la bible dans lequel il en avait déduit que Dieu allait s’offrir à lui en cadeau.
Le talent les réunis, mais cette croyance et cette sensation d’invincibilité aussi. Ce qui fait penser que Robert Kubica rebondira, une fois de plus…


Hors Piste, Kubica Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




5 réactions sur cet article Donnez votre avis
al
al :
"Fernando Alonso, pygmalion de l’écurie au cheval cabré" ???
Il faudrait peut-être que l'auteur de cet article apprenne quelques mots de vocabulaire et, surtout, évite d'employer des termes dont il ne connait pas la signification !
Le pygmalion est à la fois instructeur et mentor. Synonymes : guide, conseiller et par extension coach, manageur et pourquoi pas impresario... Le pygmalion "prend sous son aile", un peu à la manière du mécène. www.dictionnaire.exionnaire.com/que-signifie.php?mot=pygmalion

Je ne vois pas en quoi Alonso est le "pygmalion" de Ferrari !
Il y a 92 mois
Gusgus
Gusgus :
Sans vouloir outrepasser les explications de l'auteur de l'article, Alonso est, à l'instar de Schumacher, un fédérateur et un fin metteur au point. Toutes les équipes dont il a fait partie ont accordé beaucoup d'importance à son jugement quant aux directions à privilégier dans le développement d'une voiture. Ce qui a un rapport avec la notion de guide et de conseiller mentionnée dans le lien.

Maintenant, je vous trouve très injuste. Dans un premier temps, on peut aisément supposer qu'il est déjà arrivé à tout le monde de penser connaître la signification d'un mot en se trompant, mais de bonne foi, et que c'est le cas ici, si tant est que mon raisonnement sur la capacité d'Alonso à être un meneur ne tienne pas.

Deuxièmement, au lieu de vous plaindre de la qualité de cet article sur un seul mot, faites un tour sur le très fréquenté "blog" de Jean-Marc Morandini, et vous verrez ce qu'est réellement un site où la rédaction ne fait aucun effort, voire où certains billets ne sont pas rédigés dans un français compréhensible.

Et dernièrement, vous avez totalement le droit de faire ce genre de remarques sur l'expression écrite, mais vous avez aussi le droit de le faire avec amabilité et courtoisie.
Il y a 92 mois
Axel B.
Axel B. :
@ al : Effectivement, votre définition du mot pygmalion, copié sur un dictionnaire en ligne, correspond tout à fait à l'idée que je me fait d'Alonso chez Ferrari.

Je citerais deux exemples parmi tant d'autres pour étayer mon affirmation :
1/ Le fameux GP d'Allemagne en 2010 ou la direction de Ferrari a choisi de faire gagner Fernando au dépend de Felipe, alors en tête.
2/ Les nombreuses invective par radio de Fernando envers son équipe durant les courses où il donne des consignes de course, de stratégie et où il se permet même de dire à son équipe de ne plus lui parler, et ce de manière très injonctive.

La liberté de ton et de jugement que j’emploie dans mes chronique n'engage que moi, et c'est cette liberté qui me permet de prendre position, et d'être donc parfois partial et peu objectif.
Il y a 92 mois
fd
fd :
Un pygmalion qui est certainement le moins bon pilote n°1 de Ferrari depuis 15 ans !!!!!
De toute façon le jour ou je comprendrait la politique de Ferrari !!
Il y a 92 mois
Depy
Depy :
Pourquoi pas... Outre le fait qu'ils sont amis, je ne sais pas si Alonso, si un jour Kubica se retrouverait devant lui, ferait encore des amitiés avec lui. Je vois plutôt un duel a couteau tiré. Ou peut être qu'il m'étonnerai en faisant preuve d'une saine émulation.

Pour le terme, je suis bien d'accord de l'utiliser. Ferrari n'a plus compté sur quelqu'un à ce point depuis quelques années.

Et pour dire qu'Alonso est le moins bon pilote Numéro 1 de Ferrari depuis 15ans, je ne sais pas... Certaines manières ne sont pas forcément bonnes certes, mais il n'est pas le moins bon pilote. Ne fut ce que par son pilotage et son talent. Surtout vu la Ferrari dont il disposait, et disposera peut être encore si Ferrari se viande encore !
Il y a 92 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.