> > > > Le Nürburgring a perdu son contrat

Le Nürburgring a perdu son contrat

Le Nürburgring pourrait ne jamais accueillir de nouveau le Grand-Prix d'Allemagne puisque l'Enfer vert vient de perdre son contrat, accordé par la région de Rhénanie-Palatinat, ce qui remet en cause le plan d'alternance mis en place avec Hockenheim.

© HRT© HRT

En effet, à la mi-2010, les autorités locales avaient mis en place un contrat de gérance jusqu'en 2040 avec la société Nürburgring Automotive GmbH, qui était, en réalité, une nouvelle appellation par rapport à l'ancienne Nürburgring GmbH, qui s'occupait du célèbre circuit.

La raison de cet accord initial était que les dirigeants de l'ancienne structure n'étaient pas parvenus à rassembler les finances privées censées égalées l'argent public mis sur la table par le Land alors que le nombre de visiteurs anticipés avait été largement sur-estimé. Cela avait conduit à une accumulation de dettes, que la Rhénanie-Palatinat ne voulait plus assumer.

Néanmoins, les choses ne sont guère améliorées depuis (avoir le même management dans les deux structures n'étant généralement pas un bon signe quant à un changement dans les finances d'une entreprise...) et les retards de paiement se sont accumulés alors que le journal local Rhein Zeitung avance le chiffre de 15 millions d'euros par an pour le bail en question.

Le ministre de l'Intérieur, des sports et des infrastructures, Roger Lewentz, a ainsi décidé de mettre un terme à la situation actuelle : «Le Nürburgring est un symbole de Rhénanie-Palatinat et d'importance capitale pour la région et sa population. C'est pourquoi le gouvernement a investi dans le projet Nürburgring 2009 et c'est l'idée de base qui guide le gouvernement actuel dans ses décisions. J'ai donc proposé au cabinet de demander la fin de l'accord de gérance avec Nürburgring Automotive GmbH ainsi que les autres accords liés, en particulier le contrat de concession pour l'organisation des courses de Formule 1 au Nürburgring.»

Ce contrat prévoyait le versement de 13 millions de dollars par course, soit un investissement de 6,5 millions par an puisque le Nürburgring n'accueille la F1 que tous les deux ans. Le ministre compte donc régler personnellement la question avec Bernie Ecclestone : «Je veux et j'ai besoin de parler en personne à M. Ecclestone.»

Cependant, le fait que les écologistes aient remporté les dernières élections laisse entrevoir un avenir sombre pour l'avenir du circuit puisqu'ils ne sont guère favorables à ce genre de manifestations, malgré les retombées directes et indirectes de l'accueil d'événements sportifs. En juillet dernier, Eveline Lemke, la ministre de l'Economie du Land, avait ainsi déclaré : «Dans notre contrat de coalition, il a été clairement déclaré que les subventions devaient être réduites. Nous ne nous laisserons pas faire. Le Land ne peut pas mettre plus d'argent. Le couvercle a été mis et l'avenir n'est pas au Nürburgring.»

Avec la participation de RacingBusiness.fr


Economie, Nurburgring Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.