> > > > Voiture cliente, pour ou contre ?

Voiture cliente, pour ou contre ?

Cette saison, les équipes vont renégocier les Accords Concorde. Parmi les sujets de discussions entre Bernie Ecclestone, les équipes et la FIA, l'idée des voitures clientes sera au centre des débats.

© GEPA/ Toro Rosso utilisait des châssis Red Bull jusqu'en 2010© GEPA/ Toro Rosso utilisait des châssis Red Bull jusqu'en 2010

A quelques jours du premier Grand Prix de la saison 2012 de Formule 1, chacun y va de son petit pronostic : « McLaren semble vraiment bien. », « Ferrari est à la rue. ». Mais s’il faudra encore attendre un peu pour savoir quel visage aura ce nouveau championnat, une chose est certaine, en coulisses il va y avoir du sport. Cette année les équipes doivent en effet renégocier les Accords Concorde avec Mister E. On sait déjà que, comme à chaque fois, les équipes vont essayer d’obtenir une plus grosse part du gâteau ‘revenus télévisés’, ce qui ne va pas plaire à tonton Bernie. Mais au-delà de cet aspect financier, un autre point intéressant devrait être discuté : la voiture cliente.

L’argument mis en avant par les équipes souhaitant voir ce principe mis en place est d’ordre économique. Pour Nobert Haug, qui est opposé à cette idée, il ne s’agit pas là d’une raison valable : « À première vue on pourrait croire que ça coûterait moins cher, mais ce n'est pas forcément vrai. Ce n'est pas une solution idéale. Si c'était le cas, tout le monde serait déjà sur cette voie, » explique l’Allemand.

Il n’y a pas si longtemps il y avait des voitures clientes en Formule 1. Souvenons-nous de l’écurie Toro Rosso jusqu’en 2010. En 2006, l’ex équipe Minardi, disposait d’un châssis RB1 de 2005 motorisé par un V10 bridé (privilège qui avait été accordé à Minardi avant que l’équipe ne soit rachetée par Red Bull). Mais à partir de 2007, les Toro Rosso étaient des Red Bull adaptées au moteur Ferrari. Les trois premières saisons, la petite équipe italienne n’a cessé de progresser dans la hiérarchie. Neuvième en 2006, septième en 2007 et sixième en 2008 devant Red Bull grâce à la victoire de Vettel à Monza. Mais en 2009 l’équipe chute à la dixième place alors que Vettel et Webber font de Red Bull une équipe qui gagne et qui lutte pour le titre. Preuve qu’il ne suffit pas d’avoir une Ferrari ou une McLaren pour s’imposer.

Dans le même ordre d’idée, en 2007 et 2008, après avoir fait ses débuts, en 2006, avec un châssis Arrows remis au goût du jour, Super Aguri utilisait des châssis Honda de l’année précédente. Le succès ne fut pas au rendez-vous. Il faut dire que les monoplaces du team nippon n’étaient déjà pas des flèches au départ.

Le principal problème que les grandes équipes, et d’autres plus petites comme Sauber par exemple, ont avec l’idée de la voiture cliente vient du fait que la F1 est un championnat de constructeurs, ce qui implique qu’une écurie doit construire sa propre monoplace. Si on regarde dans d’autres catégories, on constate qu’en Moto GP par exemple, il existe de nombreuses écuries dites satellites utilisant une Honda ou une Ducati cliente, mais le championnat constructeur n’a aucune valeur dans cette catégorie. L’an dernier Honda alignait trois motos contre deux à Yamaha et Ducati, autre bel exemple.

La meilleure solution n’est-elle pas ce qui se met en place depuis quelques saisons maintenant, à savoir des partenariats techniques entre écuries ? Caterham dispose du KERS ainsi que du système hydraulique et de la boîte de vitesses de chez Red Bull, alors que la prochaine Marussia sera développée avec l’aide des infrastructures de McLaren. Plus haut dans la hiérarchie on trouve aussi ce genre de collaboration entre Force India et la même équipe McLaren, entre autre. Cela permet aux équipes de ne pas devoir investir dans des infrastructures coûteuses tout en construisant leur propre monoplace, ce qui ne va pas à l’encontre de l’essence même de la F1 qui est un championnat de constructeurs comme aime à le rappeler Norbert Haug. Chose que je soulignais également lors du live des essais de Barcelone.

L’autre solution est de parvenir à réduire encore les coûts en Formule 1. Des équipes comme HRT, Marussia et Caterham sont arrivées en pensant qu’il serait possible d’être performantes avec un budget avoisinant les 45 millions de dollars. On sait qu’on en est encore loin et ce chiffre est peut-être excessif mais entre le budget dépensé par des équipes comme Ferrari et Red Bull par rapport à celui d’équipes comme Marussia, il y a de la marge et certainement place pour un compromis. Mais une équipe qui gagne a-t-elle intérêt à voir arriver de nouveaux adversaires ? Au vu de l’éclatement récent de la FOTA autour du RRA, censé réduire et contrôler les coûts, il reste encore pas mal de chemin à parcourir dans ce domaine…


La chronique Pitstop Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
pignon
pignon :
Toro rosso, n'est pas une équipe "client", c'est l'équipe B de red bull. Même proprio, même direction.il n'en font d'ailleurs pas mystére.
A mon avis et depuis toujours (ou presque) c'est d'abord le championnat du monde des conducteurs....et en secon lieu championat
constructeurs; c'est du moins ce qui se ressent dans l'expression "populaire"...
je ne crois pas à compétitivité "d'équipe clientes" par rapport à leurs fournisseurs. Sauf à la mode mercedes Mc laren ou renault red bull. mais plus à des moteurs constructeur et des chassis conçus par les équipes...et encore vu l'importance et les coûts des nouvelles technologies cela paraît très difficcile !
Il y a 97 mois
Unamed
Unamed :
l'expression populaire d'un sport ne refléte pas le sport à sa juste "valeur" :

Football = des mecs qui courent après un ballon
Box = deux mecs qui ce tape dessut

La F1 est un sport complet (comme d'autre) ou nous pouvons constater un travail d'équipe (arret au stand, conception de la voiture...) et un travail individuel (pilotage donc course ET qualification)

Je ne partage pas ton avis et je pense que depuis toujours la F1 est un championnat du monde des constructeurs et un championnat du monde des pilotes.

Une écurie a besoin de bon pilotes pour faire progresser une bonne voiture, obtenir des infos etc

Un pilote à besoin d'une bonne voiture donc d'une écurie (je vais évité bonne) qui sais travaillé en équipe fournir des arrets aux stands rapide et une voiture meilleurs que les autres écurie ou qui pourras être meilleurs aux autres à travers le pilotage.

La voiture est l'outil le pilote l'ouvrier

Indisociable
Il y a 97 mois
pignon
pignon :
@ unamed, tu as du foot ou des port d'équipes et même de la boxe , même si je ne suis pas fan, une conception un peu réductrice. Je pense. Il y a peu d'activités exclusivement individuelles.

Ce n'est pas parcque je pense que pour beaucoup, de gens,c'est le championat pilote qui prime que je partage.

Un bon pilote est quelqu'un qui n'est pas que rapide, mais qui comprend et sait régler, et tirer le max de ce qu'on lui confie.
Il y a 97 mois
Unamed
Unamed :
Tu rejoins mon raisonnement donc tu te contredis avec ton premier message sur tout avec ces deux phrases

Premier message :

A mon avis et depuis toujours (ou presque) c'est d'abord le championnat du monde des conducteurs....et en secon lieu championat constructeurs; c'est du moins ce qui se ressent dans l'expression "populaire"...

Second message :

Ce n'est pas parcque je pense que pour beaucoup, de gens,c'est le championat pilote qui prime que je partage.

Ce que j'essayai de faire ressortir c'est que les "expression populaire" on souvent tort à mon avis.

Mais bref au final tu semble être tombé d'accord avec moi !
Il y a 97 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.