> > > > Chine : Chiffres et données techniques

Chine : Chiffres et données techniques

Petit tour d'horizon des contraintes techniques qu'impose le circuit de Shanghai sur le châssis, le moteur et les pneumatiques des monoplaces de Formule Un.

© McLaren© McLaren

Le Circuit International de Shanghai a été dessiné par l'Allemand Hermann Tilke et par Peter Whal. Le tracé est plutôt homogène selon les pilotes, avec toutefois deux portions qui se distinguent. Le premier virage, qui semble interminable et qui n'est pas si facile à négocier et la ligne droite du fond du circuit, la plus longue de l'année, qui devrait offrir des opportunités de dépassement avec la présence du DRS.

Le reste du tracé est une combinaison de virage pris à basse, moyenne et haute vitesse. Il y a notamment deux changements de direction à haute vitesse - les virages 7 et 8 - ce qui devrait faire souffrir les pneumatiques, qui sont soumis à de nombreux G latéraux en Chine. De plus, le circuit étant peu utilisé, les Pirelli P Zero devraient beaucoup se dégrader en début de week-end à cause du graining.

Avec tous ces virages, le tracé chinois exige une bonne aérodynamique et beaucoup d'appuis. Les freins sont également mis à rude épreuve, mais ce n'est toutefois pas le tracé le plus exigeant de ce point de vue.

La météo pourrait jouer un rôle important en Chine, comme en Malaisie. Quatre des huit dernières courses ont notamment nécessité l'utilisation de pneumatiques intermédiaires ou pluie. De plus, avec la pluie, la possibilité de voir une intervention de la voiture de sécurité est élevée - elle est intervenue en moyenne une fois par course depuis l'arrivée de la Chine au calendrier de la F1 en 2004.


Shanghai côté châssis


Présentation de l'écurie Lotus F1 Team
«A Shanghaï, il faut légèrement moins d’appui qu’à Sepang et à l’Albert Park pour s’accorder avec les possibilités de dépassement offertes par les deux grandes lignes droites. L’aileron avant est un peu moins chargé que sur les deux circuits précédents.

En matière de réglage de suspensions, les vibreurs sont de hauteur réduite, ce qui implique que la garde au sol peut être plus basse que d’habitude. La zone de freinage bosselée du virage 1 met à l’épreuve les qualités d’amortissement de la voiture. Les réglages doivent être orientés sur une agilité dans les changements de direction imposée aussi bien dans les courbes rapides (virages 7 et 8) que dans les virages lents (virages 2 et 3, puis 9 et 10).

Shanghaï n’est pas un circuit très exigeant pour les freins. Quelques zones de fort freinage, imposent jusqu’à 5 G en décélération – virage 1 vers le 2, virages 6, 11 et 14 – mais elles sont suffisamment distantes sur le tour pour permettre aux disques et aux plaquettes de refroidir.»


Shanghai côté moteur


Rémi Taffin, Responsable des opérations de piste chez Renault Sport F1 :
«Pour les moteurs, la Chine est un rendez-vous à part dans le calendrier. Nous avons une mixité de contraintes avec la très longue ligne droite de retour et la ligne des stands, où le moteur est soumis à une pression extrême, et deux premiers secteurs sinueux bien moins sévères. Sur la plupart des tracés, on rencontre l’un ou l’autre de ces paramètres. Monza, par exemple, est très rapide et requiert beaucoup de puissance alors que la Hongrie, au contraire, réclame surtout du couple.

A Shanghai, il faut trouver un compromis. Nous cherchons à proposer un moteur assez réactif pour profiter d’un maximum de vitesse en entrée et sortie de courbes avec un étagement de boîte de vitesses établi pour maximiser l’accélération. Le SREC sera un autre atout majeur pour dépasser dans la longue ligne droite avant le virage 14.»


Shanghai côté pneumatiques


L'avis de Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport :
«La Chine s'est avérée être l'une des courses les plus passionnantes lors de notre première année, avec la stratégie pneumatique qui était au premier plan, donc cela avait été compliqué à suivre. Toutefois, la philosophie adoptée cette année étend la fenêtre de performance des pneumatiques slicks, ce qui signifie que les pilotes devraient pouvoir se battre plus durement et en étant plus proches.

Même si les températures peuvent être basses en Chine, la dégradation des pneumatiques est souvent élevée compte tenu du caractère unique de la piste. Donc même si nous aurons les mêmes gommes qu'en Australie - les Mediums et les Tendres - nos P Zeros devront faire face à un tout autre défi à Shanghai.»


Shanghai en chiffres


1 : La FIA a décidé d’instaurer une seule zone DRS qui, comme en 2011, se situera sur la longue ligne droite, avec le point de détection situé avant le virage commandant cette ligne droite. Cette saison, la zone définie par la FIA sera toutefois légèrement plus courte - de 50 mètres.

6 : Le nombre de G pris par les pilotes dans la zone de freinage la plus importante du circuit : le virage 14 en bout de ligne droite où les pilotes passent de 320 km/h à 68 km/h en seulement 130 mètres.

7 : En 8 éditions, 7 pilotes différents ont gagné en Chine. Seul Lewis Hamilton, vainqueur en 2008 et 2011, a inscrit deux fois son nom au palmarès. Les autres vainqueurs sont Rubens Barrichello, Fernando Alonso, Michael Schumacher, Kimi Raikkonen, Sebastian Vettel et Jenson Button.

15 : Le pourcentage d'un tour du Circuit International de Shanghai passé par les pilotes à freiner.

53 : Le pourcentage d'un tour du Circuit International de Shanghai passé par les pilotes à fond.

92.238 : Michael Schumacher détient le record du tour le plus rapide, avec un tour réalisé en 1m32.238. C'était en 2004 au volant d'une Ferrari.

1300 : C'est en mètres la longueur de la ligne droite du Circuit International de Shanghai, la plus longue de la saison.

[A partir des communiqués publiés par la FIA, Lotus F1, McLaren, Pirelli et Renault Sport F1]


Shanghai, Preview et Technique Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.