> > > > SAV de la F1 : le Mag' du 11 avril 2012

SAV de la F1 : le Mag' du 11 avril 2012

A l’approche du Grand Prix de Chine, l’équipe du SAV de la F1 revient, en compagnie de ses chroniqueurs, Ben et Stefcore, sur les principales actus F1 de la semaine.

© Sauber© Sauber

Au menu de cette émission, l’équipe du SAV de la F1 revient inévitablement sur les menaces qui se font grandissantes sur l’avenir du Grand Prix du Bahreïn mais aussi sur les retards pris par le circuit d’Austin et fait le point sur les projets de Grand Prix en Argentine et au Qatar. Animateurs et chroniqueurs commentent également les déclarations de Rubens Barrichello sur son avenir chez Ferrari et celles de Peter Sauber concernant l’avenir de Monisha Kaltenborn à la tête de l’écurie suisse, sans oublier de réagir au départ de Lotus comme sponsor de l’écurie Lotus qui restera quand même Lotus. Mais dans ce nouveau numéro du Mag’ du SAV de la F1, vous retrouverez également les Duels Chroniqueurs VS Animateurs, nos réponses aux questions que vous nous avez posées sur le Répondeur du SAV ainsi qu’un débat passionnément inutile et potentiellement explosif.

Un podcast également disponible sur iTunes Store et que vous pouvez également télécharger sur votre smartphone via le flashcode ci-dessous.

QR Code

N’oubliez pas de participer au concours Top Pas Position, avant le mardi 17 avril, 18 heures, et de voter, ci-dessous, pour l’actu qui vous aura semblé la plus importante cette semaine.


Ce podcast n'est plus disponible.



Sondage : Quelle est l'actu principale du Mag' du 11 avril 2012 ?




SAV de la F1, Podcast Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Gusgus
Gusgus :
Meuh, en fin d'émission, vous avez oublié les coffres à rajouter aux voitures pour ranger les courses et le résultat d'un après-midi shopping ! Et les boutiques à rajouter aux motor-homes des écuries !

Sinon, quelques précisions sur Bourdais. Déjà, je suis en désaccord avec Stefcore à son propos : Bourdais n'est pas démotivé et encore moins sur une pente descendante, puisque déjà l'année dernière, lui et les ingénieurs qu'il avait exigés à ses côtés ont fait passer la voiture qu'il pilotait chez Coyne Racing du fond de grille à une voiture capable de top 5. Il peut très bien recommencer, et davantage si le bémol du moteur Lotus à la traîne se résout en cours de saison. Les deux premières courses vont dans ce sens vus ses résultats avec un matériel en-deçà. Si Bourdais pilotait chez Ganassi ou Penske, il serait un des favoris pour le titre.

Et sur son engagement au 24 Heures du Mans, c'est bien chez Pescarolo qu'il se fera - d'ailleurs, au moment où l'annonce du retrait de Peugeot a été faite, Bourdais se trouvait... dans le bureau d'Henri Pescarolo ! Un retour chez les verts qui se fera au volant d'une Dome S102.5 flambant neuve, rappelant grandement dans ses lignes la Toyota GT-One, et motorisée par un moteur Judd. Il pilotera aux côtés de Nicolas Minassian et Seiji Ara.
Il y a 89 mois
Antonin
Antonin :
Juste une précision qui a son importance, sur les pays non-démocratiques dans lesquels la F1 s'est rendue.
A l'inverse de ce qui a été dit, Augusto Pinochet n'a jamais été président, même de facto, de l'Argentine. Il était, en effet, à la tête de l'exécutif chilien. Mais l'Argentine a été dirigée par une succession de présidents militaires et notamment Juan Peron durant les périodes où la F1 venait.
Il y a 89 mois
Shinji
Shinji :
Merci Antonin de cette correction ! En effet quel bêtise j'ai fait de confondre le Chili et l'Argentine, tu as raison pour l'Argentine ce fut des juntes avec en autre Peron, ce qui ne fut malheureusement pas mieux pour les argentins.
Il y a 89 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.




Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.