> > > > Pas de révolution pour Ferrari en Chine

Pas de révolution pour Ferrari en Chine

Malgré une victoire en Malaisie et la tête du championnat pilotes, Fernando Alonso et Ferrari ne s'emballent pas car ils savent qu'ils ne disposent pas de la meilleure monoplace du plateau. L'objectif de l'Espagnol sera d'inscrire de gros points en Chine. Felipe Massa de son côté espère inverser sa spirale négative et enfin décrocher un résultat correct.

© Pirelli© Pirelli

Fernando Alonso ne s'attendait pas à être en tête du classement pilotes après deux courses, mais le pilote espagnol savoure ces moments : «En arrivant en Chine, je ne m'attendais certainement pas à être en tête du championnat, du moins compte tenu du déroulement des essais privés. Cela signifie que nous avons fait du bon travail, en gérant bien le potentiel mis à notre disposition et en sachant tirer partie de chaque opportunité.»

Afin de réduire l'écart avec ses rivales, Ferrari apportera quelques nouveautés à la F2012 pour la Chine, comme l'a confié Pat Fry : «De nouveaux éléments arrivent et nous essayons de les avoir sur la piste aussi vite que possible. Nous aurons cinq améliorations en Chine, certaines sont assez visibles, d’autres moins. Aussi, il y aura une amélioration plus importante du package en Espagne. Cela aurait été bien de les avoir plus tôt, mais nous avons déjà amené ici quelques éléments que nous développions pour l’Espagne.»

Mais Fernando Alonso ne s'attend pas à voir Ferrari faire un bond en avant avec ces nouvelles pièces : «Je ne m'attends pas à de grosses surprises lors de cette course, comparé à ce que nous avons vu en Australie et en Malaisie. Il est vrai que trois semaines sont passées, mais cela ne veut pas dire que nous avons eu assez de temps pour complètement modifier la monoplace dans un si peu laps de temps : nous aurons quelques nouveautés, mais rien de très significatif, de plus nous pouvons nous attendre à ce que les autres équipes apportent elles-aussi de nouvelles pièces.»

Le pilote ibérique ne changera pas sa manière de procéder en Chine malgré le leadership du classement pilote. Son objectif sera d'inscrire de gros points : «Nous n'allons pas changer notre approche pour ce Grand Prix : nous voulons décrocher un bon résultat, nous aurons besoin de nous concentrer sur nous-mêmes, en essayant d'être parfaits et d'exploiter chaque possibilité qui pourrait se dessiner tout au long du week-end. Je ne veux pas commencer à dire que notre objectif est de finir à telle ou telle position, car les discussions à ce propos n'en valent pas la peine. Nous devons donner notre maximum et inscrire le plus de points possibles : un peu comme les fourmis, qui commencent une chose un jour, en sachant que cela produira quelque chose de grande valeur à l'avenir.»

De son côté, Felipe Massa espère redorer son blason car il sait qu'il n'a pas été à la hauteur en Australie et en Malaisie. Il aurait pu faire bien mieux, comme en témoignent les résultats décrochés par Alonso : «Demain après-midi, nous ferons nos réunions habituelles avec les ingénieurs afin de préparer la course. J'espère sincèrement que je pourrai avoir un Grand Prix normal, sans problème, dès vendredi : c'est fondamental afin que je puisse décrocher un bon résultat. Je sais que ce ne sera pas facile, notamment parce que je sais que nous ne pouvons pas avoir de nouveaux éléments majeurs, du moins à courts termes. Nous allons essayer de tirer le maximum de ce que nous avons, comme Fernando a réussi à le faire à la fois en Australie et en Malaisie.»

Pour mettre toutes les chances de son côté, le brésilien a travaillé avec ses ingénieurs pour préparer ce rendez-vous chinois au mieux : «J'étais à Maranello la semaine dernière, pour travailler sur le simulateur afin d'être préparé pour les deux prochaines courses, j'ai étudié chaque minute en détail afin de voir ce qui n'a pas fonctionné à Melbourne et à Sepang, afin de régler les choses et d'être prêt pour la Chine et Bahreïn.»

Sous le feu des critiques pour son début de saison, Felipe Massa ne s'en fait pas car il se sait soutenu par Ferrari et ce soutien est tout ce qui importe pour lui : «Je sais qu'il y a eu beaucoup de critiques à mon égard, mais j'y suis habitué, car ce n'est pas la première fois que cela arrive. Je sens que l'équipe a confiance en moi et c'est ce qui importe. Je suis bien conscient, ayant vécu cela plusieurs fois par le passé, que cela prend un peu de temps pour que la situation s'inverse.»

Le Pauliste a de bons souvenirs du Circuit International de Shanghai, il y a décroché deux podiums. Et même s'il s'attend à vivre un course difficile, il sait que tout peut se passer ce qui pourrait lui permettre de décrocher un bon résultat : «L'année dernière en Chine, j'avais terminé la course en 6ème place, mais en fin de course, j'avais beaucoup souffert car je n'arrivais pas, avec les durs, à avoir un rythme similaire lorsque j'étais en tendres. C'est dommage, car je me souviens que j'étais encore deuxième au tour 43. J'ai terminé deux fois sur le podium à Shanghai : j'étais sur la troisième marche en 2007 et sur la deuxième en 2008. C'est un tracé que j'apprécie : il y a beaucoup de virages différents et une très longue ligne droite qui même avant le DRS permettait des dépassements. Il est clair que cette année, nous allons un peu souffrir, notamment en vitesse de pointe, donc ce ne sera pas facile pour nous. Mais ce n'est pas toujours le plus rapide qui gagne à la fin ... »


Preview, Shanghai et Ferrari Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.