> > > > Le retrait de Mercedes souhaité par certains actionnaires

Le retrait de Mercedes souhaité par certains actionnaires

Ne figurant toujours pas parmi les signataires des Accords Concorde pour la période 2013-2017, Mercedes fait aujourd'hui face à la fronde de certains de ses actionnaires, dont l'attitude pourrait conduire la marque à revoir son engagement en F1.

© Mercedes - Des nuages s'amoncèlent dans le ciel de l'étoile...© Mercedes - Des nuages s'amoncèlent dans le ciel de l'étoile...

Constamment sous le feu nourri des critiques depuis son retour, en 2010, l’écurie Mercedes peine à retrouver son lustre d’antan, celui d’une époque où, à peine arrivée dans la discipline, la marque à l’Etoile portait Juan-Manuel Fangio vers le titre de champion du Monde en 1954 et 1955. Deux saisons fastes et victorieuses, et une hégémonie tuée dans l’œuf par l’accident du Mans en 1955 qui coûta la vie à 82 spectateurs ainsi qu’à Pierre Levegh, un des pilotes des Flèches d’argent, qui quittèrent la Formule 1 en fin d'année.

Retirée depuis lors de la catégorie reine en tant que constructeur à part entière, Mercedes goûtait à nouveau, avec McLaren en 1998 puis Brawn GP en 2009, la joie de la victoire, en tant que motoriste. Estimant avoir trouvé, en la structure appartenant à l’ingénieur britannique, Ross Brawn, une base suffisamment saine pour convenir à son retour, le constructeur allemand la rachetait et se lançait à nouveau dans le grand bain. Une décision qui, plus de deux années après, a toujours du mal à satisfaire l’ensemble des parties prenantes.

Sans aucune performance significative en 2010 puis 2011, Mercedes a plus fait parler d’elle comme l’écrin peu reluisant dans lequel Michael Schumacher est revenu à ses premières amours que comme une écurie se battant pour la victoire. Si la saison 2012 a mieux démarré, la voiture présentant un niveau de performance plus élevé, semble-t-il, à ce stade de la compétition, que les années précédentes (deux qualifications en deuxième ligne), elle a paradoxalement réalisé un départ (un peu) plus mauvais sur le plan comptable, n’inscrivant qu’un seul point contre 29 en 2010 et 2 en 2011.

Une situation qui fragilise encore l’orientation choisie par l’entreprise et ne fait pas que des heureux, surtout du côté des actionnaires. Ingo Speich, à la tête du fonds d'investissement de Daimler, qui détient Mercedes et qui a racheté 45% de Brawn GP, a tenu lors d’une assemblée des actionnaires un discours prônant le retrait de Mercedes de la Formule 1, qui aurait été applaudi par quelques uns des bailleurs de fonds de la société, rapporte le site Internet autrichien Die Presse. Sur ce même site, Speich a déclaré que « Mercedes n’est plus la référence dans le secteur haut de gamme », au moment où Audi annonce pour sa part des ventes record pour le premier trimestre de 2012, et a parlé de « décennie perdue » pour qualifier les années 2000, période durant laquelle la marque de Stuttgart a connu un certain déclin, au profit de la marque aux anneaux ou de BMW.

Des déclarations qui font écho à celles qui avaient suivi l'annonce du rachat de Brawn GP par Mercedes. Ainsi, Erich Klemm, un des membres du conseil de surveillance de Daimler AG déclarait : « Dans nos usines, chaque centime investi doit en rapporter trois. Nos employés sont fortement touchés par la crise : ils ont moins d'heures de travail et donc, de plus faibles revenus. En ces temps difficiles pour l'économie, notre société devrait mieux investir dans le marketing de ses voitures de série. Nous n'arrivons pas à comprendre pourquoi le conseil d'administration s'est lancé dans un nouveau projet en F1 ». Dieter Zetsche, toujours à la tête de Daimler, notait pour sa part qu'« à partir de 2011, le budget pour la Formule 1 sera sous les 60 millions d'euros par an. Cette somme représente environ un quart de ce que nous dépensions ces dernières années. À l'avenir, nous allons attirer l'attention sur notre marque à un coût moindre. »

Pour rappel, Mercedes est le seul constructeur de pointe à ne pas avoir ratifié les nouveaux Accords Concorde liant les équipes signataires à la Formule 1 pour les cinq saisons à venir.


Mercedes, Economie Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.