> > > > Caterham et Petrov sur les terres de leurs débuts en F1

Caterham et Petrov sur les terres de leurs débuts en F1

Alors que Vitaly Petrov reviendra sur le circuit qui a marqué ses débuts en F1, il y a deux ans, l’écurie Caterham s’apprête à devoir répondre à tous les défis qu’impose le circuit bahreïni. Gestion de la chaleur, du sable, du vent et des freins seront ainsi les priorités de l’écurie malaisienne.

© LAT / Caterham© LAT / Caterham

Après être revenu, en Chine, sur la terre de ses premiers points en Formule Un, Vitaly Petrov reviendra, à Bahreïn, sur le circuit où il a fait ses débuts en 2010, pour le compte de Renault : « C’est une piste qui a beaucoup d’importance pour moi. J’ai reçu un super soutien là-bas quand nous y avons couru pour la dernière fois et je suis sûr qu’il en ira de même cette saison avec Caterham. Du point de vue du pilote, c’est un circuit assez technique et un de ceux où vous avez besoin d’avoir une voiture vraiment bien équilibrée et de vous assurer de prendre la corde des virages pour faire de bons temps. C’est particulièrement vrai dans le dernier secteur : vous pouvez gagner ou perdre beaucoup de temps à cet endroit » explique le Russe.

Pour sa part, Heïkki Kovalainen juge que le circuit de Sakhir ne propose pas « vraiment de virage difficile » : « Vous pouvez attaquer fort pendant la plupart du tour, notamment sur les vibreurs qui sont plutôt doux pour les voitures. En ce qui concerne la surface, elle se gomme et le niveau d’adhérence s’améliore de façon spectaculaire, alors on va voir les temps au tour constamment diminuer durant le week-end et ça signifie qu’il faudra tout le temps être sur la piste en qualifications pour s’assurer d’en tirer le maximum. »

Vitaly Petrov abonde d’ailleurs dans le sens de son coéquipier : « Ce sera intéressant, samedi, de voir à quel moment chacun fera ses relais en Q1. La piste devient plus rapide tours après tours, et ça signifie que vous devez être plutôt audacieux avec votre stratégie pour être sûr de vous donner la meilleure fenêtre de tir possible pour faire un bon tour de qualifications. »

Pour Mark Smith, directeur de l’écurie malaisienne, le sable obligera également les ingénieurs et mécaniciens à « accorder une attention particulière à la filtration de l’air et à toutes les parties mécaniques afin d’éviter une usure prématurée » alors que selon lui le vent jouera lui aussi un rôle significatif tout au long du week-end : « La direction du vent peut changer très soudainement et nous devrons en tenir compte lorsque nous prendrons la décision finale pour les rapports de boite de vitesses, particulièrement avec l’utilisation faite du KERS et du DRS. »

En dehors des conditions de piste, Heïkki Kovalainen estime qu’il faudra principalement se concentrer sur le freinage : « Les températures ambiantes élevées et la nature du circuit signifient que nous allons consacrer une grande partie de nos essais du vendredi à la gestion du refroidissement des freins et à leur tenue afin d’être aussi bien préparés que possible pour les qualifications et la course. » En effet, Mark Smith rappelle que les freins sont très sollicités sur le circuit de Sakhir : « Ce sera très important de trouver le bon équilibre entre la gestion de la température des freins et leur niveau d’usure, sans trop concéder en performance absolue. Ça signifie que le travail de mise au point, pour chaque journée passée en piste, sera très centré sur la définition d’une plateforme stable qui réponde à la fois aux gros freinages et à chaque besoin de traction dans un tour. »


Preview, Sakhir et Caterham Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.