> > > > Lotus aborde le Grand Prix d'Espagne avec confiance

Lotus aborde le Grand Prix d'Espagne avec confiance

Après avoir placé ses deux pilotes sur le podium à Bahreïn, l'écurie Lotus aborde ce retour en Europe avec confiance. Romain Grosjean et Kimi Raikkonen espèrent disposer une fois encore d'une monoplace compétitive pour continuer à se battre aux avant-postes.

© LAT / Lotus© LAT / Lotus

La Formule 1 est de retour en Europe ce week-end, en Espagne plus précisément, et cela réjouit Eric Boullier, le manager de l'écurie Lotus F1 Team, car le Grand Prix s'annonce passionnant : «La première course en Europe est toujours le début d’une nouvelle aventure. Dans ce sens, oui, nous sommes tous impatients de relever ce défi. Cela rend aussi la vie de l’équipe plus facile, en termes de logistique. Nous ne sommes plus très loin de nos bases. Cela dit, Barcelone est un circuit spécial parce que nous y faisons toujours des essais l’hiver. Alors il sera intéressant de voir les écarts entre les équipes. Ils pourraient même être plus minces que ceux que nous avons vus jusque-là.»

Le responsable français aborde ce rendez-vous espagnol avec confiance compte tenu de la compétitivité récemment affichée par la E20 et les deux pilotes de l'équipe, Grosjean et Raikkonen : «Nous avons été capables de préserver nos pneus pendant les courses, jusqu’à maintenant. Mais la piste de Barcelone est très abrasive, en particulier pour le pneu avant gauche. Peut-être aurons-nous un avantage sur nos adversaires dans ce domaine. La seule question est notre performance en fonction de la température. Sur les quatre premières courses, il semble qu’une tendance se soit dégagée et que nous soyons de plus en plus compétitifs lorsque la température augmente. Nous verrons cela.»

Boullier est également revenu sur les essais du Mugello. L'écurie d'Enstone a pu tester de nouvelles pièces afin de préparer Barcelone et les résultats obtenus sont encourageants : «Oui (ces essais ont été utiles). Même si la météo n’était pas terrible, nous avons pu mettre à l’épreuve des modifications qui ne peuvent, normalement, pas être appliquées lors d’un week-end de course parce que cela prend trop de temps pour les installer. Nous avons beaucoup appris sur la voiture. Par ailleurs, notre séance à la soufflerie Windshear a apporté beaucoup de résultats positifs. Nous savons que la E20 sera encore plus rapide. Mais la performance est un concept relatif. Il faut attendre et voir si nos rivaux ont progressé.»

James Allison, le directeur technique de l'écurie Lotus, s'est aussi montré satisfait des essais menés au Mugello. Ils ont permis de travailler plus en profondeur sur certains points qui sont trop complexes et longs pour être faits lors d'un week-end de Grand Prix : «Nous avons effectué certains tests qui sont trop élaborés pour un vendredi de Grand Prix parce que les modifications sont trop longues. Lors des deux journées sur le sec, nous avons roulé avec une configuration fondamentale le matin et une autre configuration fondamentale l’après-midi. Par ailleurs, au cours de chaque matinée ou chaque après-midi, nous avons accompli une multitude d’essais mineurs qui pouvaient se faire indépendamment des évaluations majeures. Cela nous a permis d’obtenir les réponses à des questions fortes qui nous bloquaient depuis un moment et cela nous a donné une bonne direction pour nos futures campagnes. C’est là le grand bénéfice d’une session d’essais en cours de saison comparé aux essais d’hiver. En début d’année, vous êtes tellement concentré sur la fiabilité et sur le fait que tout soit en place pour la première course que vous n’avez pas le temps d’envisager une comparaison plus élaborée de différentes configurations.»

Kimi Raikkonen n'a pas roulé au Mugello, contrairement à ce qui avait été prévu initialement, mais le pilote finlandais ne s'estime pas lésé : «Nous n’avions pas d’éléments majeurs à essayer et nous ne courons pas au Mugello. Alors je n’ai pas pleuré lorsqu’il a été décidé que je ne participerais pas aux tests. Je connais bien le circuit mais je n’avais pas besoin de rouler. Je suis là pour courir et c’est ce que je ferai à Barcelone.»

D'autant plus que les vraies nouveautés seront exploitées à Barcelone lors des séances d'essais. Il y aura notamment un nouvel aileron comme le confie James Allison : «Nous allons apporter la première tranche d’évolutions issues de notre programme à la soufflerie Winshear. Par ailleurs, nous aurons aussi des éléments nouveaux développés dans notre soufflerie conventionnelle. Les modifications concerneront les tambours avant et arrière, l’aileron avant et le soubassement.»

Romain Grosjean connaît bien le circuit de Catalunya et selon lui l'une des clés sera la gestion des pneumatiques, ce qui pourrait être favorable à l'écurie Lotus et à la E20 : «Oui, nous avons roulé (sur le Circuit de Catalunya) lors des essais d’hiver. Ses exigences en matière de tenue de route sont constantes et ce sera un bon point de repère pour toute la campagne européenne. Tout le monde connait très bien Barcelone grâce aux essais. Le premier secteur est très rapide avec les quatre premières courbes et le dernier est plutôt lent entre les virages 10 et 15. A la sortie du 15, il faut posséder un bon train arrière et une excellente motricité. Il est important de ne pas faire surchauffer les pneus arrière et leur usure sera la clé. Si vous dégradez trop vos gommes, vos temps au tour sont nuls. Alors la gestion des pneus sera l’élément clé d’un bon résultat en course. Nous verrons aussi quelle sera la température. S’il fait aussi chaud qu’à Bahreïn, la E20 devrait être bien…»

James Allison reconnaît lui aussi que les pneumatiques pourraient jouer un rôle important ce week-end, mais il faut surtout avoir une monoplace bien réglée pour tirer partie au mieux de la fenêtre de fonctionnement des gommes Pirelli : «Tout ce que vous pouvez essayer de faire est d’avoir une fenêtre d’utilisation la plus large possible pendant laquelle la voiture est performante. Il faut faire le meilleur usage des pneus disponibles. Chaque pneu a une plage d’utilisation et si vous avez de la chance, ou si vous avez une bonne voiture, il est possible d’amener les pneus dans cette plage d’utilisation la plupart du temps. Le genre de choses qui vous permettent d’être en accord avec cette plage opérationnelle sont : un bon appui, un package suspension mécanique qui n’est pas exigeant sur les gommes et des pilotes qui comprennent les nécessités des pneus et ne les abiment pas sans raison. A l’exception du vendredi matin en Chine, où il faisait vraiment froid, je suis rasséréné par le fait que sur les quatre premières courses, nous avons toujours été sensiblement dans la fenêtre d’utilisation des gommes. Il s’agissait de quatre circuits différents, avec des grandes variations de températures de piste et des revêtements plus ou moins abrasifs. Alors nous sommes heureux que la fenêtre opérationnelle de la E20 soit assez large.»

Grosjean pense qu'au-delà des pneumatiques, l'élément crucial de ce week-end sera la séance de qualification, car il est très difficile de doubler sur le tracé barcelonais : «A Barcelone, il est important de bien se qualifier et il sera beaucoup plus difficile de dépasser qu’à Bahreïn. Les qualifications sont un domaine où nous pouvons progresser un peu. Nous avons quelques idées là-dessus et j’espère qu’elles nous amèneront en première ligne.»

Son coéquipier finlandais, Kimi Raikkonen s'attend à disposer d'une bonne monoplace en Espagne et il espère donc décrocher un bon résultat - et pourquoi pas un nouveau podium après celui de Bahreïn : «Je m’attends à ce que Lotus soit très compétitive à Barcelone. Ce sera très, très serré entre les top teams. C’est le seul circuit où les équipes ont déjà fait des essais avec les nouvelles voitures et le réglage est crucial parce que la piste évolue avec le vent et la température. Toutes les équipes auront des améliorations pour la première manche européenne, ce qui la rend encore plus intéressante et plus serrée entre les meilleurs.»

Romain Grosjean, de son côté espère poursuivre son apprentissage en Formule 1, et profiter de chaque occasion pour prouver son talent et décrocher de bons résultats pour lui et pour l'équipe Lotus : «Il faudra voir ce que nous pouvons sortir du chapeau ! Je dois continuer à avancer étape par étape. Les deux dernières courses ont été bonnes, pour l’équipe comme pour moi. Je vais donner le meilleur de moi-même à Barcelone et l’objectif pour les prochaines courses sera de monter aussi haut que possible au classement des pilotes. Il me reste beaucoup de choses à apprendre. Je n’ai fait que quatre Grands Prix en titulaire cette saison. Ce n’est pas une très grosse expérience, mais chaque course que je finis m’apporte justement une expérience fantastique. Et évidemment, le podium de Bahreïn me donne confiance pour Barcelone.»

Même si les équipes et les pilotes connaissent bien le circuit de Catalogne, selon Allison, les choses seront différentes par rapport aux essais hivernaux, car les voitures ont beaucoup changé et les températures ne seront pas les mêmes : «Même si nous le connaissons comme notre poche, la course se révèle toujours un peu différente des essais d’hiver, en raison de l’évolution de la température entre février et mai. Les pneus se comporteront un peu différemment avec une dizaine de degrés en plus sur l’asphalte. Par ailleurs, la voiture a passablement évolué depuis nos derniers essais ici, aussi l’équipe de course va avoir un week-end chargé pour en extraire le meilleur.»


Preview, Barcelona et Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.