> > > > Impitoyable Monaco

Impitoyable Monaco

Il arrive souvent qu’une affinité particulière se crée entre un pilote et un circuit. Les exemples sont nombreux : Senna et Monaco, Schumacher et Spa-Francorchamps ou encore Berger et Hockenheim. Mais l’inverse est aussi vrai. Une piste peut se transformer en simple cauchemar pour un pilote. Sergio Pérez nous l’a prouvé à Monaco ces deux dernières années.

© Sauber / Histoire d'amour et de haine entre Pérez et Monaco© Sauber / Histoire d'amour et de haine entre Pérez et Monaco

Parfois l’histoire est belle. Surtout à Monaco, théâtre de toutes les passions et les envies. Chaque pilote présent sur la grille de départ de ce Grand Prix mythique rêve de le gagner. C’est même justement ici qu’ils pensent avoir la meilleure chance de pouvoir s’imposer. Le succès d’Olivier Panis, parti de la 14ème place en 1996 est dans toutes les mémoires. L’hécatombe est souvent une vérité dans les rues de Monte Carlo, et le seul véritable circuit urbain encore présent au championnat est le plus sélectif. Aucune erreur n’est pardonnée, et elles se payent cash, sans passer par la case Casino !

Ayrton Senna a écrit une belle page d’histoire entre les rails de la Principauté. Graham Hill et Michael Schumacher également. L’Allemand d’ailleurs, a rajouté un chapitre ce week-end avec sa fausse pole position. Ses cinq victoires ici ont même éclipsé l’épisode désolant de 2006 ou le Baron Rouge avait garé sa Ferrari à la Rascasse, mettant un terme prématuré à la séance de qualification, pour empêcher ses adversaires de lui voler son meilleur temps.
Mais il y a aussi des pilotes qui ont les plus grandes difficultés à dompter la conduite si particulière entre les rails resserrés de cette piste atypique.

Felipe Massa en fait partie, même si, cette année, il semble avoir enfin trouvé le rythme suffisant pour ne pas se faire éclipser par son coéquipier. Massa l’avoue sans se faire prier, il n’aime pas conduire sur la piste monégasque. Mais son abnégation et son talent sont néanmoins obligés de se révéler là bas, sa pole en 2008 et sa solide performance cette année le prouvent.

Et une fois de plus, les destins du brésilien et de celui que l’on annonce comme son successeur au sein de la Scuderia, Sergio Pèrez, semblent se croiser.
Tout le monde a encore en tête l’horrible sortie de piste du Mexicain lors des qualifications du Grand Prix de Monaco 2011. Les plus anciens observateurs ont immédiatement eu en mémoire le crash de Karl Wendlinger en 1994, dans les mêmes conditions à la sortie du tunnel. A cette époque, la Formule 1, traumatisée par la mort d’Ayrton Senna, pensait ne jamais pouvoir sortir de ce cycle infernal. L’Autrichien était sorti de sa monoplace avec plusieurs graves contusions à la tête, et plusieurs jours de coma et d’inquiétude ont rythmé les semaines suivant le Grand Prix. L’homme s’en était, au final, fort heureusement, sorti indemne, mais le pilote était brisé, tout comme sa carrière en Formule 1 qui ne prit jamais l’envol qu’on aurait pu lui souhaiter.

Pour Sergio Pérez, la chance a été encore plus flagrante. Sa sortie de route aurait pu lui causer bien plus de dégâts physiques et psychologiques, mais grâce aux énormes progrès réalisés en termes de sécurité, le Mexicain en était quitte pour rater deux courses et subir quelques maux de tête embarrassants durant plusieurs mois.

En revenant cette année sur la piste de tous les dangers, Pérez pensait pouvoir conjurer le sort qui s’était emparé de lui en 2011. Peine perdu, il sera l’auteur d’un nombre incalculable de fautes, pas du tout représentatives de sa qualité. En effet, après une qualification ratée suite à une embrassade avec le rail dans le « S » de la Piscine, le pilote Sauber accumulera les petits accrochages en course et terminera à une anonyme 11ème place à un tour du leader Mark Webber.

Voilà donc la force du Grand Prix de Monaco. C’est une des seules pistes qui puisse gagner sa bataille psychologique contre un pilote. Mais rien n’est écrit définitivement. La preuve c’est que, comme un joli pied de nez, Sergio Pérez a néanmoins signé le meilleur tour en course de ce week-end. Il tenait alors sa revanche !


Hors Piste, Monaco Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




12 réactions sur cet article Donnez votre avis
marcelin
marcelin :
Je trouve ce circuit trop ennuyeux,si la pluie ou un incident arrive,pas gd chose ne se passe,relativement aucun depassement possible,ce circuit est bien trop triste
Il y a 85 mois
Depy
Depy :
Rien avoir avec l'article à proprement parlé, mais je trouve cette vidéo assez impressionnante, Conor Daly Horror Crash 2012 GP3 : www.youtube.com/watch?v=kXszF6m_ew8

On peut voir la roue qui saute sur une voiture et ensuite sur une autre encore dans les 57 secondes...

Les fixations ne sont elles pas les mêmes que pour la F1 ? Je trouve en tout cas qu'autant en F1 que sur cette vidéo, cette saison est assez dangereuse à cause des roues qui se baladent ! A peu de chose près, on aurait très bien pu avoir cette roue dans le public ou sur le casque d'un des deux pilotes se la prenant...
Il y a 85 mois
Axel B.
Axel B. :
C'est effectivement la remarque que je me suit fait Depy...sur ce point, la FIA a regressé semble-t-il...
Il y a 85 mois
eric974
eric974 :
Moi je pense que c'est en retombant sur le grillage que la fixation de la roue est sectionnée. En effet les autres roues restent bien accrochées malgrés l'impact
Il y a 85 mois
Depy
Depy :
A mon avis ça doit être une histoire de ce genre là. Mais sectionnée ou pas, le risque existe. Il me semblait qu'ils avaient ajoutés un câble non ? Ou changé quelque chose à la fixation du moins !

Je ne suis pas tellement fan des cockpits fermés, mais dans ce cas là ça pourrait sauver des vies ! Néanmoins, on ne parle là que du pilote et non des spectateurs et des commissaires qui eux, peuvent aussi se prendre des écrous, des débris volants ainsi que des roues baladeuses.
Il y a 85 mois
Fab007
Fab007 :
Malheureusement, un peu comme Eric, je pense que toutes les fixations et tous les cables n'auraient rien pu faire sur un tel incident : ces systèmes ne sont pas étudiés pour résister ce types de chocs, et quand on voit comme la voiture retombe sur le grillage pile à l'endroit de la suspension, il me parait difficile de demander à ce que le cable tienne le coup.
Il y a 85 mois
Depy
Depy :
Oui pardon, pour ce cas ci je suis d'accord, c'est vraiment un manque de pot total. Mais d'une manière générale, il me semble que les roues se détachent facilement. Peut être que je n'ai plus de souvenirs d'avant le changement de sécurisation et de toute façon, c'est presque impossible de quantifier la différence avant/après modifications.

Mais c'est une impression que j'ai en tout cas.

Si quelqu'un peut il éclairer ma lanterne à ce sujet :p
Il y a 85 mois
SebF1
SebF1 :
@Depy

En effet, pour la saison 2011 de F1, un second cable a été rajouté a chaque suspension afin de minimiser les chances qu'une roue se detache. Cependant, comme l'a dit Fab007, j'imagine qu'a partir d'une certaine intensité, rien ni personne ne peut empecher une roue de se detacher. En tout cas, ce genre de crash reste tout de meme assez rare, et puis en ce qui concerne les comissaires, je pense qu'il y aura toujours un risque pour qu'ils se prennent une piece volante, surtout a Monaco, ou ils sont encore plus pres de la piste que sur les autres circuits. Ca fait partie des risques du metier.
Il y a 85 mois
SebF1
SebF1 :
Mais je ne sais pas si le reglement concernant les attaches de roues est aussi strict en GP3 qu'en F1.
Il y a 85 mois
Depy
Depy :
Merci pour cette précision, il me semblait bien que c'était l'année passée.

Bien entendu, les risques existent toujours. Par contre, je trouverai ça un peu bête que les règlements ne soient pas égaux à ce niveau, c'est quand même de la sécurité en plus !
Il y a 85 mois
Gusgus
Gusgus :
Plutôt que de parler de l'accident en lui-même, sachant qu'effectivement toutes les protections possibles et inimaginables ne pourront pas empêcher les plus gros impacts d'arracher les roues, je me permets de souligner la conduite scandaleuse du pilote russe, dont j'ai oublié le nom, sur lequel monte Daly : non prise en compte du drapeau noir avec un disque orange le forçant à réparer son aileron arrière, multiples changements de ligne et plus généralement défense excessive malgré cet aileron arrière cassé...

Et tout pour une sanction ridicule : une simple exclusion de cette manche-ci...
Il y a 85 mois
Depy
Depy :
Oui ça, c'est le moins qu'on puisse dire ! Je me demande comment ça peut passer et comment un pilote de course peut se comporter d'une manière aussi dangereuse de manière délibérée. Je ne savais pas par contre qu'il avait reçu une sanction aussi peu représentative...
Il y a 85 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.