> > > > Webber pouvait-il aider Vettel à faire mieux à Monaco ?

Webber pouvait-il aider Vettel à faire mieux à Monaco ?

Alors que Gary Anderson, analyste de la BBC, se demande si Mark Webber n’aurait pas pu aider Sebastian Vettel dans son pari stratégique du début de course, à Monaco, afin de lui permettre de gagner plus de places, l’Australien assure qu’il n’a pas aidé son coéquipier et que cela aurait d’ailleurs pu être contre-productif.

© GEPA / Red Bull© GEPA / Red Bull

Parti en pneus tendres, premier pilote sur la grille chaussé des pneus à flancs jaunes, Sebastian Vettel aurait pu réaliser le pari gagnant du week-end, à Monaco, alors que la pluie était annoncée aux environs du trentième tour et qu’il aurait été, par conséquent, le seul pilote à ne pas s’être arrêté aux avant-postes. Finalement, la pluie n’étant pas venue, le pilote Red Bull est rentré aux stands au 46ème tour pour chausser les pneus Super Tendres au moment même où ses rivaux, qu’étaient alors Mark Webber, Nico Rosberg, Fernando Alonso et Lewis Hamilton revenaient sur lui avec leurs gommes tendres. L’Allemand a malgré tout pu chiper les places de Felipe Massa ainsi que du pilote McLaren dans l’opération, mais selon Gary Anderson, analyste pour le compte de la BBC, le double champion du monde en titre n’a pas été particulièrement aidé par l’entrée en action de la voiture de sécurité en tout début de course : « La stratégie était un pari pour tout le monde à Monaco. Les pilotes de devant ne savaient pas comment leurs pneus Super Tendres allaient tenir, et c’était la même chose avec Vettel en pneus Tendres. La voiture de sécurité au début de la course, a vraiment aidé les pilotes en Super Tendres à les garder en bonne forme. Normalement, les pneus arrière deviennent assez chauds au moment du départ, et si vous n’arrivez pas à contrôler ça, ils se détériorent. C’est ce qui explique, en temps normal, la brièveté du premier relais. Vettel a probablement perdu un peu de son avantage à la suite de ça. »

Mais Gary Anderson estime également que Sebastian Vettel aurait pu espérer mieux qu’une quatrième place finale avec un petit coup de pouce de son coéquipier : « Webber aurait en fait pu aider un peu plus Vettel dans sa tentative de gagner des positions : en retenant Rosberg et Alonso un peu plus, Vettel aurait pu s’intercaler entre eux. Webber aurait pu s’inquiéter de se faire lui-même dépasser par Vettel, mais il aurait pu s’assurer que ça n’arrive pas en connaissant le temps minimum d’un arrêt. »

Dans la chronique qu’il assure pour la BBC, Mark Webber reconnaît volontiers qu’il aurait pu aider son coéquipier : « Si nous avions dû essayer quelque chose, j’aurais pu être encore plus sympa. J’ai laissé pas mal de marge à Seb. Si j’avais voulu l’aider à s’intercaler devant les autres, j’aurais pu ralentir et ça aurait été encore mieux pour l’équipe, mais ça ne faisait simplement pas partie du plan. »

L’Australien se défend d’ailleurs d’avoir aidé son coéquipier même si après avoir passé à son tour les pneus Tendres neufs, au 29ème tour, il n’arrivait pas à réaliser les mêmes temps que l’Allemand pourtant chaussé de pneus Tendres usagés : « J’ai entendu, après coup, que des gens supposaient que j’avais retenu Nico, Fernando et Lewis Hamilton, qui étaient aussi derrière moi, pour aider mon coéquipier, Sebastian Vettel, à gagner des places. Retenir le peloton pour aider Seb ? Ce sont absolument des foutaises. On ne peut simplement pas se le permettre à Monaco, » explique le grand Mark. Et le pilote Red Bull d’ajouter : « Au final, Seb n’avait plus de pneus et devait s’arrêter parce que nous autres commencions à être plus rapides, mais si ses pneus avaient tenu le coup, il aurait pu se battre pour la victoire. »

Le vainqueur du Grand Prix de Monaco 2012 explique par ailleurs qu’une telle stratégie aurait pu être contre-productive et aurait même pu ruiner les chances de victoires de l’écurie autrichienne : « Le problème en essayant de faire ça, c’est que qu’on s’expose à subir encore plus de pression par les types de derrière, Nico et Fernando dans ce cas. Ensuite, les gars dans les stands auraient pu foirer l’arrêt de Seb et on aurait pris des risques pour rien. On a toujours le droit au retour de bâton lorsqu’on essaye de jouer au plus malin, alors autant éviter de le faire, » conclut l’Australien.


Monaco, Webber et Vettel Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Bilo
Bilo :
Je pense que Webber avait autre chose à foutre que d'aider son équipier. Il est largement revenu au niveau cette année, ce n'est pas pour perdre des points bêtement. Un Rosberg 2e doit plus le satisfaire qu'un Vettel 2e.
Il y a 94 mois
pepin
pepin :
aides toi le ciel t'aidera.....
Il y a 94 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.