> > > > Force India espère continuer sa remontée au Canada

Force India espère continuer sa remontée au Canada

Jouissant d'un capital points bien en avance par rapport à 2011, Force India reste pourtant dans le fond du peloton des écuries installées, malgré un début de saison des plus réguliers. L'écurie indienne espère continuer sur cette lancée pour rattraper ses prédécesseurs au classement mondial. Et cette reconquête, entamée à Monaco, pourrait se poursuivre à Montréal ce week-end.

© Sutton© Sutton

Un paradoxe. Malgré une moisson de points bien plus importante que l'année précédente, Force India se retrouve à la même place que l'année dernière, la huitième, ne précédant que Toro Rosso parmi les écuries ayant inscrit au moins un point. Si le classement n'est pas celui escompté en début de saison, on se montre satisfait des 28 points amassés jusqu'ici dans l'état-major de l'équipe basée à Silverstone, contre 10 petites unités l'année passée.

Ainsi, quand Vijay Mallya, patron de l'écurie, parle d'un « début de saison en force », Paul di Resta note une certaine régularité dans les résultats : « Je pense que nous avons démontré que nous avons repris où nous nous étions arrêtés l'année dernière et que nous nous battons pour les points à chaque fois. Les équipes qui nous entourent sont très fortes, mais nous avons montré que nous sommes constants et que nous pouvons défier des écuries comme Lotus, Williams et Sauber, qui sont toutes compétitives ».

En plus de cette constance, Nico Hulkenberg souligne pour sa part un rythme de course encourageant : « La plupart des courses ont été imprévisibles, mais je pense que notre rythme a été plutôt constant jusqu'ici. Nous étions très proches d'atteindre la Q3 en Espagne et à Monaco, et nous avons été bons en course – en réalité, nous sommes probablement plus forts en course qu'en qualifications ».

Vijay Mallya, quant à lui, met cette « dynamique positive » sur le compte de ses pilotes, qui sont « à la hauteur de [ses] attentes », et juge que les résultats de son écurie pourraient décoller si leur compréhension des pneus Pirelli s'améliore : « Je crois que l'on doit [l’imprévisibilité de la F1] en grande partie aux pneus et que cela génère des courses divertissantes. C'est pourquoi nous travaillons d'arrache-pied pour mieux les comprendre et en tirer le meilleur. Si cela se produit, j'espère que nous pourrons profiter nous aussi d'excellents résultats dans les courses à venir », déclare-t-il en référence à la victoire de Pastor Maldonado en Espagne et au podium de Sergio Perez en Malaisie.

Des envies que partage Nico Hulkenberg, qui espère que la progression de l'écurie pendant la saison sera identique à 2011 : « Nous ne sommes pas trop loin derrière Sauber et Williams après six courses et nous avons vu l'année dernière que nous étions capables de bien progresser course après course, je suis sûr que nous pourrons faire de même cette année ».

Force India s'est d'ailleurs rapprochée de ses deux adversaires désignés, après un Grand Prix de Monaco réussi : « Je suis très heureux du déroulement du weekend à Monaco avec les deux voitures dans les points. C'était notre seconde fois avec les deux voitures dans les points et ce résultat nous raccroche à nos compétiteurs les plus proches, Sauber et Williams. Notre objectif est de continuer à réduire l'écart et nous avons ce qu'il faut pour le faire ».

Si Paul di Resta est d'accord avec son employeur, évoquant « un weekend où toute l'équipe a produit son maximum » malgré « une course difficile, dans la concentration et la gestion des pneus », Nico Hulkenberg regrette le trafic, de coutume en Principauté : « Je n'ai jamais eu une piste libre, surtout après mon arrêt aux stands, ce qui a permis à Paul de sortir devant : il a eu quelques tours clairs ce qui était juste assez pour me passer. Mais à part ça, c'était une course sans histoire et la voiture était rapide », tempère l'Allemand.

Cap est donc mis sur le Québec et sur sa plus grande cité, Montréal. Une ville qui, malgré les menaces qui pourraient planer sur le Grand Prix suite aux manifestations étudiantes, est toujours appréciée par les pilotes : « J'aime Montréal en tant que ville. Il y a toujours une bonne atmosphère parce que toute la ville est derrière la course et la ville est remplie de fans » raconte Nico Hulkenberg. Quant au circuit Gilles Villeneuve, le pilote allemand le classe parmi ses « favoris. […] C'est un circuit atypique, mélange entre sections permanentes et secteurs urbains, il y a beaucoup de virages où les murs sont très proches. Il est facile de faire une erreur parce que vous devez utiliser les vibreurs et vous rapprocher des murs pour faire un bon tour ».

Du côté de son coéquipier écossais, on remarque aussi la configuration particulière du tracé nécessitant moins de charge aérodynamique : « C'est un circuit plutôt atypique avec quelques longues lignes droites et vous avez besoin d'une bonne vitesse de pointe pour être performant. On y court avec un package aérodynamique avec des appuis faibles, comparable à celui que l'on amène à Monza, on ressent la voiture différemment, comme plus légère sans tout cet appui. On prend toujours quelques tours pour s'y habituer à nouveau ».

Le circuit Gilles Villeneuve n'a pas toujours réussi à l'écurie indienne : « Nous avons eu des visites mitigées à Montréal » se souvient Vijay Mallya. « Nous étions compétitifs en 2010, mais l'année dernière, je crois que nous avons laissé échappés des points faciles. Espérons que nous nous rattraperons cette année ».


Preview, Montreal et Racing Point F1 Team Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.