> > > > Valence : Un tracé qui pourrait réussir à Sauber

Valence : Un tracé qui pourrait réussir à Sauber

Après avoir signé son deuxième podium de la saison, l'écurie Sauber est plutôt confiante pour le prochain rendez-vous, qui se déroulera à Valence. Avec une C31 quasi inchangée et un tracé de Valence proche de celui de Montréal, l'optimisme est de mise dans le clan de l'écurie suisse.

© Sauber© Sauber

Après avoir terminé sur le podium (3ème) à Montréal, son deuxième cette saison après la Malaisie, Sergio Pérez veut faire encore mieux à Valence : «J'ai vraiment apprécié le résultat de Montréal et j'en veux encore plus. J'aime beaucoup le circuit de Valence et également l'ambiance qu'il y a tout au long du week-end, car nous sommes proches des fans.»

Le pilote mexicain n'a d'ailleurs pas de très bons souvenirs de Valence, mais il espère que cela changera après le Grand Prix de cette année : «Je n'ai pas le meilleur des souvenirs de mes débuts à Valence en Formule 1, car c'était l'année dernière et c'était très difficile pour moi. Je revenais à la compétition après mon accident de Monaco, et en fait, avec le recul, je ne pense pas que j'étais suffisamment prêt physiquement. Je ne me sentais vraiment pas bien.»

Kamui Kobayashi aime beaucoup la ville de Valence lui-aussi et le pilote japonais espère y être performant : «Valence en tant que ville est une belle destination de part de nombreux aspects, je pourrais aisément la choisir pour y passer mes vacances. Vous pouvez aussi avoir le meilleur jus d'orange frais ici. Toutefois, mon objectif est de réaliser une bonne séance de qualification et une bonne course ensuite.»

Kobayashi sait qu'avec la chaleur attendue, les pneumatiques pourraient souffrir, mais cela ne l'inquiète pas plus que cela, car ce sont des conditions qu'il apprécie : «A Valence, il fait très chaud habituellement. J'aime cela personnellement, mais c'est difficile de dire l'impact que cela aura sur la voiture et les pneumatiques. Ce sera dur, c'est certain. La gestion des pneumatiques sera la clé, en combinaison d'une bonne stratégie de course.»

Sergio Pérez estime que de part sa configuration, le circuit en ville de Valence est similaire au circuit Gilles-Villeneuve de Montréal, et les enseignements tirés du week-end canadien seront donc très précieux : «Le circuit en ville de Valence a de longues lignes droites avec de gros freinages pour aborder les virages et ce que nous avons appris à Montréal sera très important en conséquence.»

Kamui Kobayashi est de l'avis de son coéquipier, le circuit n'est pas très différent des deux derniers visités, Monaco et Montréal : «Le circuit en ville requiert un bon niveau d'appuis sur la voiture. Vous êtes toujours proches des murs, mais après nos deux dernières courses à Monaco et Montréal, ce n'est pas nouveau. Les dépassements ne sont pas faciles mais pas non impossibles non plus. En 2010, c'était plutôt amusant même.»

Giampaolo Dall’Ara, le responsable des ingénieurs de piste chez Sauber, explique quant à lui que même si Valence est considéré comme un circuit en ville, le tracé valencian possède également des caractéristiques qui le rapprochent des vrais circuits : «Valence est un circuit en ville, mais pas vraiment un circuit typique, parce que l'asphalte est très doux, et les vibreurs pas très hauts. De plus, l'efficacité aérodynamique est bien plus importante ici qu'à Monaco ou Singapour par exemple, et il y a de vraies zones de dégagements. La plupart des virages sont lents, mais vous ne pouvez pas ignorer la vitesse de pointe. Par conséquent, la stabilité au freinage et une bonne motricité sont deux éléments importants.»

Giampaolo Dall’Ara s'attend à ce que la gestion des pneumatiques soit de nouveau au coeur de la performance à Valence, compte tenu des températures attendues et des pneumatiques apportés par Pirelli : «A Valence, il faut s'attendre à des températures élevées à ce moment de l'année, donc la piste devrait être très chaude. Pirelli nous fournit les gommes Medium et Tendres, qui ont quelque peu changées depuis l'année dernière et cela pourrait nous obliger à étudier plus en détails la stratégie pour les utiliser.»

L'usure pourrait donc être un problème, ce qui serait être intéressant car cela devrait faciliter les dépassements, qui ne sont pas aisés sur ce tracé : «La dégradation à l'arrière pourrait être un problème. Les dépassements ne sont pas faciles sur ce tracé, les qualifications seront donc très importantes. La monoplace n'a quasiment pas changé depuis Montréal, nous pourrions, toutefois, rouler avec plus d'appuis.»


Preview, Valencia et Sauber Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.