> > > > A Silverstone, la Lotus E20 retrouve les grandes courbes… et le froid

A Silverstone, la Lotus E20 retrouve les grandes courbes… et le froid

Avec les grandes courbes que propose le circuit de Silverstone, la Lotus E20 de Romain Grosjean et Kimi Räikkönen devrait s’y sentir à son aise. Mais la dernière née d’Enstone retrouvera aussi, sur ses terres natales, des températures fraiches qui ne lui ont pas toujours été favorables jusqu’à maintenant : un test pour l’écurie britannique.

© LAT / Lotus© LAT / Lotus

Bien qu’ayant quitté Valence avec un nouveau podium dans son escarcelle, l’écurie Lotus F1 Team en est malgré tout repartie avec des sentiments mitigés : « Laissez-moi vous donner la version ‘’verre à moitié plein’’ : c’est un bon résultat pour l’équipe et pour Kimi. Sa deuxième place a rapporté beaucoup de points et nous n’avons pas perdu de terrain par rapport aux équipes qui nous précèdent au championnat. Maintenant, voici la version ‘’verre à moitié vide’’ : c’était une déception pour Romain, il était en position de force pour conquérir au moins le podium. Nous aurions pu aussi placer les deux voitures sur le podium et nous rapprocher encore plus de McLaren. Mais c’est la course et nous allons travailler très sérieusement avec nos partenaires pour ne pas revoir une pareille panne dans l’avenir, » analyse Eric Boullier, directeur de l’écurie Britannique, en référence à la panne d’alternateur qui a contraint Romain Grosjean à l’abandon.

Par conséquent, après avoir été plus proche que jamais de sa première victoire en Formule Un, Romain Grosjean aborde le Grand Prix de Grande-Bretagne avec confiance : « Nous avons compris de nouvelles choses sur la voiture. C’était bien de profiter de tout un week-end dans la chaleur à Valence parce que nous avons pu travailler sur la voiture et analyser les choses réellement. Silverstone est un circuit de très haute vitesse. Je suis confiant dans notre excellent niveau de performance et cela devrait mener à une belle course, » indique le Franco-suisse.

Le natif de Genève, qui vient de convoler en justes noces avec Marion Jollès, estime que bien que sa course ait connu un terme prématuré, elle lui a permis d’apprendre de précieuses leçons, notamment quant à la gestion des relances : « J’ai connu mon baptême de la voiture de sécurité en Formule 1 et cela a été une bonne expérience. Je suis certain que je saurai me servir de cette leçon la prochaine fois. Mon départ a été bon et j’ai pu profiter de cet élan. Beaucoup de gens disent que je suis trop agressif parfois, mais je ne crois pas l’avoir été cette année. Il m’est arrivé de commettre des erreurs et vous pouvez mettre en cause un manque d’expérience. Mais à Valence, j’ai montré que j’étais capable d’être agressif quand il fallait et de laisser de la place quand il fallait aussi. Quand Fernando m’a fait l’extérieur au virage deux, je lui ai laissé un espace. »

Son coéquipier, l’expérimenté Kimi Räikkönen, commence quant à lui à prendre goût aux podiums mais aimerait que la victoire lui tende enfin les bras : « Si vous m’aviez demandé, avant le début de la saison, si je serais heureux avec des podiums, j’aurais dit oui. Mais maintenant que j’ai obtenu de bons résultats, je veux plus. Lors des dernières courses, les résultats n’ont pas été aussi bons que je le voulais. J’ai bien terminé, mais je suis déçu de n’avoir pas encore remporté une victoire. Il faut juste tout mettre ensemble et je suis sûr qu’elle va venir. »

Le Finlandais espèrera donc pouvoir saisir sa chance à Silverstone, un circuit où il trouve qu’il est « toujours tellement agréable de venir » : « C’est un endroit fantastique pour courir. J’ai une longue histoire ici. Cela a été la première base de ma carrière internationale de pilote, en Formule Renault, en 1999 et 2000. Depuis, j’ai toujours eu plaisir à courir à Silverstone. Je ne sais pas pourquoi. Il y a peut-être un peu de nostalgie à chaque fois que je pose les pieds ici. Quelle que soit la météo, je m’en accommoderai. Dans le passé, nous avons vu ici beaucoup de conditions différentes et pas toujours bonnes ! Il pleut souvent et il y a aussi du vent. Les conditions de piste changent très vite, ce qui rend le réglage de la voiture plus compliqué à définir. Cela fait partie du plaisir de piloter en Angleterre. Au moins, c’est pareil pour tout le monde. »

Mais le natif d’Espoo a surtout de bonnes sensations dans la campagne anglaise et se souvient d’y avoir remporté la course, en 2007, l’année de son sacre : « Quand j’ai commencé à courir ici, c’était vraiment mon circuit préféré. Il est tellement rapide et exigeant, ce qui le rend très difficile. Les virages s’enchainent et ce ne sont que longues courbes très rapides qui s’enroulent avec beaucoup d’appui. Quelque part, c’est un bon circuit pour moi depuis le tout début. Ce sera intéressant de voir à quel point la nouvelle portion modifie le tour, mais je suis sûr que je vais la mémoriser très rapidement. Quand vous gagnez à Silverstone, c’est une extraordinaire sensation. Il faut avoir tout dans l’ordre. J’ai gagné ici en Formule Renault et avec Ferrari en 2007. Ce serait fantastique de gagner à nouveau, surtout avec l’usine juste à côté. Je suis certain que la fête serait fantastique. »

Les hommes d’Enstone auront en tout cas pour ambition de bien faire alors que l’équipe est basée, comme la grande majorité des écuries du plateau, en Angleterre : « C’est bien pour tout le monde d’être proche de l’usine, notre budget voyage est vraiment minime à cette occasion ! Nous aurons de nombreux visiteurs en provenance d’Enstone et c’est fantastique de sentir le soutien de tous ceux qui travaillent si dur toute l’année. Il faudra se méfier de la météo à Silverstone, mais qu’il fasse chaud ou froid, de toute façon, nous devons bien faire. Nous sommes de retour sur un circuit permanent, avec un tracé différent et il nous faudra observer comment nous nous comporterons. »

Pour Romain Grosjean, l’objectif sera d’essayer de faire aussi bien qu’en 2011 et d’en repartir avec le plus beau trophée possible : « J’y ai gagné l’an dernier en GP2, alors je ne suis pas trop mauvais sur ce circuit ! C’est pareil pour tout le monde. Il est difficile, mais il procure une bonne sensation. C’est un des tracés les plus rapides de la saison, avec des virages légendaires comme le complexe Maggots, Becketts, Chapel… Quelle sensation ! C’est un Grand Prix spécial pour l’équipe puisque l’usine est tout près du circuit. Ce sera très agréable de voir les gens de l’équipe. Ils font tous un travail formidable, ils s’investissent tellement ! J’irai leur rendre visite après la course avec, je l’espère, un beau trophée à leur montrer. »

Pour James Allison, directeur technique de Lotus, la E20 devrait retrouver en Silverstone un terrain qui lui est plutôt favorable : « C’est le premier circuit depuis un moment avec de grandes courbes rapides. Les choses ne se sont pas trop mal passées pour nous au Mugello, à Barcelone, à Sepang et à Melbourne. Alors nous espérons bien que la E20 va prospérer à Silverstone. » Cependant, comme le souligne Eric Boullier, la météo est souvent des plus maussades à Silverstone, ce qui soulève naturellement des interrogations quant aux chances de briller pour Lotus, dont la monoplace semble particulièrement souffrir dans ces conditions : « Il semblerait que la E20 génère moins de chaleur dans ses gommes que certaines voitures de la concurrence. Ce qui implique que nous pouvons être bien sur une piste plus chaude, alors que certains de nos adversaires commencent à sortir de la fenêtre d’utilisation. Le revers de la médaille intervient sur une piste froide ou après un safety car. Heureusement, la plupart des courses se dispute dans des conditions estivales où il est plus question de faire baisser la température des pneus que de les faire chauffer. […] Le circuit [de Silverstone] en lui-même va induire beaucoup d’énergie dans les pneus grâce à son tracé fait de grandes courbes rapides et grâce à l’abrasivité de son revêtement. Nous serions ravis que le Royaume-Uni nous offre une de ses vagues de chaleur occasionnelles, mais la température de la piste sera probablement plus basse qu’à Valence. Cela ne nous causerait un désagrément qu’en qualifications et si nous parvenons à régler cela nous-mêmes plutôt que d’espérer que la piste réchauffe nos gommes, ce sera parfait. »

Une chose est sûre cependant, Lotus n’arrivera pas à Silverstone avec une armada de nouveautés, les pièces récemment apportées à la Lotus E20 ayant plus ou moins porté leurs fruits : « Celles qui ont été implantées à Valence ont plutôt bien fonctionné. Trois ou quatre petites choses ont certainement amélioré le comportement et deux autres demandent encore à progresser. Quelques modifications seront apportées à la voiture pour Silverstone mais seuls les regards les plus acérés pourraient les remarquer. Nous espérons, cependant, qu’elles permettent de faire un pas dans la bonne direction. »


Preview, Silverstone et Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




5 réactions sur cet article Donnez votre avis
Bny09
Bny09 :
Dans l'apres course de Skysports à Valence, ils ont précisés que Grosjean disposait d'une nouvelle version de l'aileron dont la monoplace de Raïkonnen n'était pas équipée ...
Il y aurait donc un pilote n°1 chez Lotus ??
Il y a 90 mois
Dino
Dino :
C'est pas systématique que ce soit le numéro 1 qui bénéficie des nouveautés. Une écurie peut très bien donner une nouveauté au pilote n°2 pour faire un essais comparatif grandeur nature.
Après, on sait aussi Kimi Räikkönen assez sensible et ses problèmes de direction en sont la preuve, donc peut-être qu'ils préféraient avoir l'aileron sur Romain avant de le valider...
Ou alors, il y a ton hypothèse qui corrobore les impressions que m'a laissé Boullier à Valence, à savoir que le podium de Kimi ne le consolait pas de l'abandon de Romain.
Il y a 90 mois
Bny09
Bny09 :
Merci pour ta réponse je suis su même avis, il ne lui reste plus qu'à éviter les DNF (de sa faute) pour assoir son statut de n°1 devant Kimi qui est tout de même assez régulier.
Il y a 90 mois
Gusgus
Gusgus :
Il est aussi possible que, tout simplement, le nouvel aileron ne convienne pas à Kimi Raikkonen.

Pour ce qui est de l'attitude de Boullier à Valencia, il est sûrement plus proche de Grosjean que de Raikkonen puisqu'il a supervisé une grande partie de sa carrière. Pour lui, un bon résultat de Grosjean est aussi un accomplissement personnel, alors imaginez une possible victoire !
Il y a 90 mois
Gusgus
Gusgus :
Enfin, pas une grande partie de sa carrière, mais c'est lui qui a oeuvré pour lui donner une seconde chance, via Gravity Sport Management. (D'ailleurs on pourrait lui reprocher sa double casquette...)
Il y a 90 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.