> > > > Grande-Bretagne : Chiffres et données techniques

Grande-Bretagne : Chiffres et données techniques

Petit tour d'horizon des contraintes techniques qu'impose le circuit de Silverstone sur le châssis, le moteur et les pneumatiques des monoplaces de Formule Un.

© Mercedes GP© Mercedes GP

Le Circuit de Silverstone est l'un des plus anciens circuits de Formule 1, même s'il a été grandement rénové en 2011. Le tracé britannique était à l'origine un aérodrome, comme d'autres circuits britanniques et notamment Donington. Il a été le théâtre du premier Grand Prix du premier championnat du monde de Formule 1 de l'Histoire, le 13 Mai 1950.

Si le Grand Prix de Grande-Bretagne existe depuis les débuts du championnat du monde de Formule 1, Silverstone n'en a pas toujours été l'hôte. Le tracé situé au coeur de la campagne britannique a partagé l'évènement avec le circuit d'Aintree entre 1955 et 1962 puis avec Brands Hatch entre 1964 et 1986.

Longtemps décrié par Bernie Ecclestone, le circuit a finalement obtenu une prolongation de son bail jusqu'en 2026. Le British Racing Drivers' Club (BRDC), propriétaire du circuit, a entrepris des travaux récemment pour créer de nouveaux virages afin d'améliorer le spectacle et de créer une sorte d'arène. De nouveaux bâtiments sont ainsi sortis de terre, en premier lieu les nouveaux stands surnommés The Wing.

Le Circuit de Silverstone est un circuit rapide, avec beaucoup de virages pris à haute vitesse, contrairement aux derniers Grand Prix disputés à Monaco, Montréal et Valence. Ce rendez-vous britannique sera l'occasion pour les équipes de poursuivre les essais des nouvelles pièces apportées à Valence et d'en essayer de nouvelles compte tenu de la proximité de la plupart des usines.

Les forces en présence devraient malgré tout rester les mêmes, sauf trouvaille incroyable de la part d'une des équipes. De plus, avec la possibilité de pluie, cela pourrait niveler les performances et offrir encore une fois un beau spectacle avec pourquoi pas, un vainqueur inattendu.

Silverstone côté châssis


Gianpaolo Dall’Ara, Directeur Technique de l'écurie Sauber F1 :
« Le Circuit de Silverstone est très différent des deux derniers tracés où nous nous sommes rendus. Il a quelques virages à haute vitesse qui constituent un vrai défi et il nécessite des réglages optimisés pour l'aérodynamique ainsi que les changements de direction.

Silverstone a le charme des anciens circuits avec une surface qui n'est pas parfaite et assez bosselée dans certains endroits. Il offre également quelques vrais défis pour les pilotes. Les lignes droites ne sont pas très longues, il est donc possible de rouler avec beaucoup d'appui. La zone DRS est dans le même endroit que l'année dernière, dans une section qui a été construite il y a quelques années. Sa longueur est limitée ce qui signifie que les dépassements ne sont pas faciles.

Nous roulerons avec les pneumatiques Tendres et Durs, qui devraient parfaitement convenir selon moi, et la surchauffe des pneumatiques ne devrait pas être un problème. Un autre facteur important à Silverstone est la météo, c'est un aspect que nous prenons en compte lorsque nous préparons ce week-end, et une chose à laquelle nous devrons peut-être nous adapter en course. »

Silverstone côté moteur


Rémi Taffin, Responsable des opérations de piste chez Renault Sport F1 :
« Silverstone est un circuit fantastique qui constitue toujours un test pour les limites du moteur, même avec l’ajout de la nouvelle section sinueuse. On le range dans la catégorie des pistes où il faut de la puissance, avec deux tiers du tour effectué à plein régime en qualifications et une vitesse moyenne supérieure à 200 km/h.

Nous travaillons avec l’objectif d’exploiter les rapports de vitesse avec la puissance maximale dans les longues lignes droites. Contrairement à ce que nos camarades britanniques affirment, il est de notoriété publique que la météo est difficile à prédire et la sélection des rapports de boîte est particulièrement délicate. La campagne entourant le circuit étant sans relief, le vent souffle fort et il peut changer de direction très rapidement.

Le nouvel enchaînement casse le rythme du tour, puisqu’aucun des virages n’est négocié à plus de 200 km/h. Cela réduit la vitesse moyenne et met en exergue sur la maniabilité de la monoplace et la réponse du moteur à bas régime.

Nous avons été très occupés depuis Valencia. Pas seulement parce que Silverstone est un gros challenge au vu des attentes placées sur le moteur, mais aussi parce que nous avons dû enquêter sur les problèmes rencontrés en Espagne avec les alternateurs. Tout le monde à Viry travaille à plein temps pour comprendre les problèmes et c’est un point sur lequel nous travaillons en collaboration avec nos équipes partenaires. Nous avons étudié plusieurs solutions, comme améliorer le refroidissement, utiliser l’alternateur moins durement ou changer complètement la pièce. Dans tous les cas, nous faisons tout ce qu’il faut pour être prêt à Silverstone et pour que ça n’arrive plus jamais. »

Silverstone côté pneumatiques


L'avis de Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport :
« Silverstone est l’un des circuits les plus légendaires du calendrier F1, en raison des grandes exigences auxquelles sont confrontés les pilotes, les autos et les pneus. C’est pour cette raison que nous avons choisi de tester un nouveau composé dur expérimental, que nous pourrions utiliser dans le futur. Le nouveau pneu est un peu plus large dans sa fenêtre de fonctionnement, ce qui devrait rendre plus facile la compréhension des pneus dans la bonne fenêtre d’exploitation des températures.

Dans un championnat équilibré, notre priorité est cependant de nous assurer qu’aucune équipe ne bénéficie d’un quelconque avantage. Nous souhaitons conserver la performance des pneus à leur plus haut niveau, et il s’agit d’une opportunité pour nous et les équipes de réunir des informations sur l’effet potentiel d’un nouveau composé et de collecter des données pour l’avenir. Silverstone est un circuit à très fortes énergies pouvant accueillir une météo imprévisible. Une solide performance des pneus ainsi qu’une stratégie efficace sont des ingrédients vitaux pour une belle course. »

L'avis de Lucas di Grassi pilote d'essais de Pirelli :
« J’ai piloté sur le nouveau circuit de Silverstone lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2010 et il est très intéressant : de hautes vitesses et de hauts niveaux d’énergie en sont les principales caractéristiques, ce qui a un effet conséquent sur les pneus en raison de l'appui aérodynamique. La traction est également mise à l’épreuve dans les portions plus lentes et techniques, particulièrement en termes d’accélération combinée, lorsque l’on tourne et accélère en même temps.

La combinaison Durs-Tendres est ici excellente, le Tendre étant clairement celui avec lequel il faut se qualifier. La plus grande difficulté côté réglages concerne l’imprévisibilité de la météo, et il faut souvent se concentrer sur sa voiture et collecter autant de données que possible durant toutes les séances. Il est toujours facile de se faire avoir par un réglage qui n’est pas parfait pour les conditions de piste en course.

J’ai testé le pneu Dur expérimental à Jerez plus tôt dans l’année. Il s’agit d’un concept similaire à l’actuel Dur, mais avec des améliorations au niveau de l’adhérence et de l’usure. Il est particulièrement efficace par un temps plus chaud et par de mauvaises conditions de piste ; cela pourrait donc être un pneu plus rapide, et plus endurant. »

Silverstone en chiffres


5 : C'est le nombre de G maximum que subiront les pilotes à Silverstone (selon McLaren). C'est également le nombre de victoires des deux pilotes les plus prolifiques sur le tracé britannique, Jim Clark et Alain Prost.

7 : C'est le nombre de virages pris à plus de 250 km/h par les pilotes à Silverstone - seul le circuit de Spa-Francorchamps "fait mieux".

15 : C'est le nombre de victoires décrochées par Ferrari en terre anglaise. L'écurie de Maranello devance d'une unité McLaren grâce à la victoire de Fernando Alonso l'année dernière.

64 : C'est le pourcentage du tour passé à fond par les pilotes.

223 : C'est la vitesse moyenne sur un tour du circuit de Silverstone - c'est l'une des plus élevées de la saison avec Spa-Francorchamps et Monza.

308 : C'est la vitesse maximale que devraient atteindre les monoplaces sur le circuit de Silverstone.

[A partir des communiqués publiés par la FIA, McLaren, Mercedes AMG, Pirelli, Renault Sport F1 et Sauber F1]


Preview, Silverstone et Technique Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
Clems
Clems :
BEL OUVRAGE
CF
Il y a 90 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.