> > > > Felipe Massa, un renouvellement justifié ?

Felipe Massa, un renouvellement justifié ?

Alors qu'on le disait sur un siège éjectable depuis des mois, Massa a finalement conservé la confiance de Ferrari pour 2013. Une petite surprise que la chronique Pitstop essaye de comprendre.

© Ferrari - Massa verra encore la vie en rouge en 2013© Ferrari - Massa verra encore la vie en rouge en 2013

Massa et Ferrari c’est une longue histoire. Après une première saison chez Sauber en 2002, le jeune Brésilien avait été nommé pilote d’essais de la Scuderia afin d’accumuler les kilomètres et emmagasiner de l’expérience loin du tumulte des Grands Prix afin de revenir assagi en 2004 et 2005 au sein de la formation helvétique. Depuis 2006, Massa arbore la combinaison rouge de l’écurie la plus emblématique de la Formule 1. 2013 sera donc sa huitième saison au volant d’une monoplace de Maranello. Huit années émaillées de rumeurs à n’en plus finir sur son avenir. Souvenez vous du début de saison 2008. Avec deux abandons successifs lors des deux premiers Grands Prix, d’aucun demandait déjà la tête de Massa sur un plateau. Pourtant en fin de saison c’est bien lui qui portait haut les couleurs de la marque italienne face à un Kimi Räikkönen que l’on disait démotivé. Comme le soulignait Vettel il y a quelques jours : « Beaucoup de gens oublient ce qu’il a gagné et qu’il a perdu le titre pour un seul point face à Lewis [Hamilton]. S’il avait été champion du monde, on parlerait de lui différemment. »

Mais depuis 2010 et l’arrivée d’Alonso, Massa est soudainement devenu transparent. Si les premières contre-performances pouvaient se justifier par son accident de 2009 au Grand Prix de Hongrie, l’excuse ne tient plus aujourd’hui. Comment expliquer qu’un pilote qui était loin d’être ridicule face à Schumacher et Räikkönen soit subitement largué face à Alonso ? La réponse est peut-être simplement à chercher dans la place qu’occupe l’Espagnol au sein de la Scuderia. A l’image d’un Schumacher, Alonso fédère véritablement son team autour de lui, laissant peu de place à ses équipiers. Face à un Schumacher sur le départ et à un Räikkönen, se contentant de faire le boulot sans se préoccuper de ‘politique’, Massa avait trouvé un environnement dans lequel s’épanouir et où il pouvait tirer son épingle du jeu de part sa proximité avec l’équipe. Mais avec Alonso, Ferrari s’est trouvé un nouvel enfant chéri. Pour un pilote qui, comme Massa, fonctionne beaucoup au moral, il est évident que ça doit jouer.

Malgré tout, depuis la reprise du championnat à Spa-Francorchamps, Felipe Massa a retrouvé de sa vigueur en terminant quatre fois dans le Top 5 sur les cinq derniers Grands Prix disputés. Au Japon il remonte sur le podium ce qui ne lui était plus arrivé depuis la Corée du Sud 2010, soit presque deux ans. En Corée justement, Massa semblait plus rapide que son chef de file mais est, logiquement, resté derrière étant donné la situation au championnat.

Pour autant, la décision de Ferrari de renouveler sa confiance au Pauliste – pour une seule saison – pose question auprès des fans du team et des observateurs. Au point que l’équipe se justifie sur son site Internet estimant qu’il n’y avait pas de meilleurs candidats pour épauler Alonso en 2013. Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux d’Alonso qui jugeaient également que la majorité des ‘petits noms’ cités pour remplacer Massa n’avaient pas réussi la moitié de ce que le Brésilien avait accompli dans sa carrière.

Après un début de championnat plus que difficile, Massa est revenu à un niveau acceptable et marque de gros points pour Ferrari qui occupe désormais la deuxième place du championnat des constructeurs. Avec un règlement 2013 qui ne connaîtra pas de grands changements on peut espérer retrouver Massa à un niveau similaire à Melbourne le 18 mars prochain. De ce point de vue son renouvellement se justifie, avant un remplacement à l’horizon 2014 ? Pas impossible, d’autant que Massa a souvent semblé avoir du mal à s’accommoder des changements de règlementations.


La chronique Pitstop, Massa et Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




5 réactions sur cet article Donnez votre avis
Unamed
Unamed :
C'est un bon pilote.

J'ai confiance en lui pour 2013.
Il y a 90 mois
milano
milano :
Depuis cet été il me semble qu'il a eu une remise en question sur son rôle dans l'écurie qui semblait ne pas vouloir accepté vis à vis de Alonso , depuis la trêve de cet été leur entente semble être au beau fixe ainsi que les performances , ne pas le renouvelé pour la saison 2013 aurait était une erreur car l'écurie n'as jamais semblé aussi uni , et de plus si on en croit les rumeur sur Vettel pour 2014 ca aurait fait 3 pilotes en 3 ans ce qui aurait chamboulé l'écurie , qui n'as vraiment pas besoin de ca en se moment.

Depuis Spa : Vettel:93pts
Massa:56pts
Button:55pts


Pour moi cette décision est tout de ce qu' il y a plus de logique .
Il y a 90 mois
Eric Jo
Eric Jo :
S'il faut attendre d'être sous pression et d'être menacé d'une non reconduction de contrat en cas de mauvais résultat, alors je ne pense pas qu'il s'agisse d'un bon pilote!
Il y a 90 mois
Eric Jo
Eric Jo :
Quand aux propos de Vettel sur le fait qu'il est failli être champion, on ne va pas tirer cela chaque année comme un boulet. L'année prochaine encore, nous entendrons ces chansons. Les performances par rapport à Alonso sont flagrantes, on ne lui demande pas forcément de faire mieux que son collègue, mais au moins de s'y rapprocher et pas tjours trouver des excuses du genre: j'ai eu du traffic à mon tour rapide etc ...
Il y a 90 mois
Zeits
Zeits :
Massa ne fait pas d'ombre à Alonso et c'est pour ça que Ferrari le garde, en attendant Vettel en 2014 pour former leur Dream Team, je pense que Vettel mettra 1 an à s'adapter aux rouges
Il y a 90 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.