> > > > Lotus : une si longue attente

Lotus : une si longue attente

Alors que la fin de saison approche, la victoire semblait de plus en plus hypothétique pour l'écurie Lotus qui n'était jamais parvenue à signer le week-end parfait en 2012. Mais c'était sans compter sur un Grand Prix d'Abu Dhabi indécis qui a permis à Kimi Räikkönen de remonter sur la plus haute marche du podium.

© LAT - Lotus a enfin gagné© LAT - Lotus a enfin gagné

Petit retour en arrière, en février dernier alors que les premiers essais en vue de la saison 2012 de Formule 1 se tenaient sur le circuit de Jérez de la Frontera. Hormis la traditionnelle excitation de voir les nouvelles F1 sortir pour la première fois en piste, l’attrait de ces premiers tours de roue venait du stand Lotus où Kimi Räikkönen effectuait son retour après deux ans passés sur les spéciales du championnat WRC.

Les fans d’Iceman ont rapidement été rassurés puisque le Finlandais s’offrait d’entrée le meilleur chrono sur la piste espagnole. Cette forme affichée par le champion du monde 2007 et son écurie ne s’est pas démentie tout au long de l’hiver. Il y a bien eu le problème de suspension qui a provoqué le forfait de l’écurie lors de la deuxième semaine d’essais à Barcelone, mais ça n’a pas semblé perturber la marche en avant des hommes d’Enstone.

Avant de s’envoler pour Melbourne, l’écurie faisait même figure d’épouvantail alors qu’on prédisait un duel McLaren-Red Bull. Après un début de saison pour le moins disputé qui a vu les victoires de McLaren, Ferrari, Mercedes et Red Bull, on attendait logiquement le tour de l’écurie dirigée par Eric Boullier qui allait regagner l’Europe forte d’un double podium à Bahreïn où la victoire n’était déjà pas passée loin.

Mais jusqu’à ce dimanche 3 novembre, la plus haute marche du podium se refusait à Räikkönen et Grosjean. Lotus était régulièrement citée comme favorite à l’entame d’un week-end mais pour une raison ou pour une autre elle ne parvenait pas à concrétiser ses apparentes bonnes dispositions ni les espoirs placés en elle. En Hongrie le duo de pilotes terminait une nouvelle fois sur les deux dernières marches du podium. Avec la reprise du championnat à Spa-Francorchamps, piste sur laquelle Räikkönen a souvent brillé, tous les espoirs étaient à nouveau permis. Mais même si le pilote finlandais parvenait à terminer une nouvelle fois dans le Top 3, la E20 semblait marquer le pas par rapport à ses rivales. La faute à un système de double DRS que les ingénieurs ne parvenaient pas à dompter de façon satisfaisante ? Peut-être bien. Ce fameux système sera d’ailleurs rangé dans les cartons pour 2012 du moins.

En Corée, l’équipe introduit des nouveaux échappements à effet Coanda. Ce système permet de mieux diriger les gaz d’échappements vers le diffuseur afin de récupérer un peu des appuis perdus suite au bannissement des diffuseurs soufflés. Inconvénient, cela fait également perdre de la puissance, il faut donc améliorer le dispositif afin de trouver le juste équilibre. En Inde, différentes sorties sont d’ailleurs testées. Mais pour tirer pleinement profit de cette amélioration aérodynamique en course, encore faut-il bien se qualifier. L’exercice contre le chrono n’a pas constitué le point fort de la monoplace noire et or depuis le début du championnat. En Inde, Räikkönen se fourvoie dans ses réglages et ne fait pas mieux que 7ème, alors que Grosjean, sous pression depuis ses incidents de Spa et Suzuka, est 9ème sur la grille. Bloqué toute la course derrière Massa, Iceman ne parvient pas à passer la Ferrari plus rapide que sa Lotus dans la longue ligne droite du circuit de Buddh.

A Abu Dhabi avec les deux longues lignes droites de la piste dessinée par Hermann Tilke, on imagine que le scénario risque d’être plus ou moins identique. Au terme de la première journée Kimi Räikkönen pointe à sept dixièmes du meilleur temps de Vettel et estime qu’il peut encore aller chercher quatre dixièmes, ce qui réduirait l’écart à trois dixièmes seulement. Le lendemain, le Finlandais réalise le 5ème temps des qualifications à quatre dixièmes de la pole signée Lewis Hamilton. Avec l’exclusion de Vettel (3ème), la Lotus numéro 9 partira 4ème soit sa meilleure position de l’année.

Dès le départ, Räikkönen profite d’un envol moyen de Webber pour se mettre en deuxième position derrière Hamilton. La suite on la connait, l’Anglais abandonnera au 19ème tour à cause d’un problème de pression d’essence et le pilote finlandais prendra les commandes de la course pour ne plus les lâcher, offrant enfin la victoire à Lotus, ce qui n’était plus arrivé depuis le Grand Prix des Etats-Unis 1987 avec Ayrton Senna. En s’imposant pour la 19ème fois de sa carrière, la première fois depuis son retour, il rejoint des pilotes comme Lauda, Prost ou Mansell qui se sont également offert une pause avant de revenir dans la discipline pour gagner à nouveau. Ne lui reste plus qu’à décrocher un deuxième titre pour que ce retour soit totalement réussi, mais ça ce ne sera pas avant 2013, au mieux …


La chronique Pitstop, Raikkonen et Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
amd
amd :
polémique : je me demande d'ailleurs si les autres équipe non pas customiser leurs kers pour faire cracher plus de chevaux ci la différence en qualif ne serai pas la.
Il y a 90 mois
Mystic
Mystic :
Lors du dernier SC on sentait qu'il la voulait cette victoire, vu comment il a répondu à la radio. Juste épic ce moment !
Il y a 90 mois
Till
Till :
Non, ce n'est pas possible, étant donné que l'ECU est standardisé. De ce fait, si jamais un équipe dépassait le niveau de puissance maximal autorisé par le KERS, cela se saurait immédiatement.
Il y a 90 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.