> > > > Vettel - Alonso : Duel au sommet

Vettel - Alonso : Duel au sommet

Vettel - Alonso : Deux grands champions pour une couronne. A deux courses de la fin de saison, alors que les deux hommes sont dans un mouchoir de poche, la chronique Pitstop revient sur leur parcours en F1 et sur leurs 18 premiers Grands Prix 2012.

© Ferrari - Qui va l'emporter ?© Ferrari - Qui va l'emporter ?

Après 18 courses, ils ne sont plus que deux à pouvoir prétendre au titre mondial 2012 de Formule 1. Lors de ces deux derniers rendez-vous de la saison, Fernando Alonso et Sebastian Vettel vont devoir réaliser le week-end parfait au risque de voir l'adversaire prendre l'avantage. Après Interlagos, un de ces deux homme sera triple champion du monde, le plus jeune de l'histoire, effaçant Ayrton Senna des tablettes.

C'est en 2001 que Fernando a fait ses débuts en Formule 1 au sein de la modeste écurie Minardi. C'est aussi dans la structure de Faenza, devenue Toro Rosso, que Vettel réalisera sa première saison complète, même si sa première apparition sur une grille de départ a eu lieu au volant d'une BMW-Sauber en 2007 sur le circuit d'Indianapolis.

Fernando Alonso est le premier pilote espagnol à réaliser des performances dignes de ce nom. Le pilote des Asturies est le seul ibérique à s'être imposé en F1 et à s'être élancé depuis la pole position tandis que sur les 86 podiums espagnols, 84 sont dus à l'actuel pilote Ferrari. Les deux autres sont à mettre au crédit d'Alfonso De Portago en 1956 sur Ferrari lors du Grand Prix de Grande-Bretagne et de Pedro de la Rosa en Hongrie 2006 sur McLaren.

Là où Alonso a popularisé la Formule 1 en Espagne, Sebastian Vettel arrive après les années de gloire de Michael Schumacher. Pas simple de se faire une place dans l'ombre du Kaiser. Dès ses débuts on le surnomme d'ailleurs Baby Schumi. Même si cela peut s'avérer flatteur, il y a dans cette comparaison, une obligation de réussir. Après 6 saisons au plus haut niveau, le palmarès de Vettel parle pour lui : plus jeune pilote à avoir marqué un point, plus jeune pilote à remporter un Grand Prix, plus jeune poleman, plus jeune champion du monde et plus jeune double champion. L'Allemand comptabilise aujourd'hui 26 victoires, 35 poles positions (seuls Senna et Schumacher ont fait mieux), 14 meilleurs tours et 45 podiums le tout en 99 Grands Prix.

Alonso n'est pas en reste non plus. Avant que ce diable de Vettel nourrit au Red Bull depuis qu'il porte des couches ne débarque, c'était lui le plus jeune pilote a être entré dans les points et à avoir remporté une course. Le pilote Ferrari cumule 30 succès, 22 poles, 19 meilleurs tours et 84 podiums pour 196 Grands Prix disputés.

En 2012, Alonso a réalisé un sans faute lors de la première partie de saison, profitant de toutes les occasions pour marquer des gros points au volant d'une Ferrari loin d'être parfaite tandis que Vettel semblait un peu en retrait à bord d'une RB8 moins dominatrice que sa devancière. Mais alors qu'Alonso jouait les épiciers (avec tout de même 3 succès contre 1 seul pour Vettel avant Singapour), Red Bull préparait sa riposte dans les ateliers de Milton Keynes. Depuis la course nocturne de Singapour, la Red Bull a retrouvé ses ailes pour le plus grand malheur d'Alonso qui après la pause s'est retrouvé embarqué dans des incidents à 2 reprises en 4 rendez-vous. Résultat, son avance a fondu comme neige au soleil. Aujourd'hui, l'Espagnol est dans le rôle du challenger dans le baquet d'une Ferrari, plus fiable mais clairement moins fringante que la Red Bull. Mais Alonso ne lâche jamais rien et n'est jamais meilleur que dans l'adversité et ne veut surtout pas revivre le camouflet de 2010 qui l'avait vu perdre bêtement le titre mondial. Face à un adversaire qui n'a rien à perdre, Vettel devra sortir le grand jeu et faire la course parfaite, que ce soit à Austin, un tout nouveau terrain de jeu pour tout le monde, et à Interlagos où le climat pourrait bien nous offrir un final grandiose qui restera dans les annales de la discipline.

Certains rétorqueront que Vettel ne profite que de la supériorité de sa machine et que sans ses deux abandons, en Belgique et au Japon, Alonso serait encore devant, mais il ne faut pas oublier que Vettel a été aussi frappé par la malchance à deux reprises – problèmes d'alternateur à Valence et à Monza – et qu'au bout d'une saison les choses s'équilibrent. Au moment d'aborder la dernière ligne droite, nous avons deux grands champions au coude à coude et tous les ingrédients pour vivre un final haletant. Qui de Vettel ou d'Alonso tirera les marrons du feu ? Réponse, dans la soirée du 25 novembre prochain au terme du Grand Prix du Brésil.


La chronique Pitstop, Alonso et Vettel Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




11 réactions sur cet article Donnez votre avis
Globben
Globben :
Très bon trailer... Mais "mouchoir de poste" ?
Il y a 90 mois
Jean
Jean :
Ce sera Seb.
Il y a 90 mois
arkansis
arkansis :
On n'en sait rien. Vettel à l'avantage de la performance et des points, c'est tout. Tellement de chose peuvent encore se passer, rien n'est fait.
Il y a 90 mois
Depy
Depy :
Franchement, si Vettel n'est pas champion, je fais une photo avec une veste RedBull et je la poste en photo de profil ! :p

Vettel à l'avantage des points et de la performance, il ne lui fait pas vraiment plus. A moins d'un micro climat ou d'une lignée de chat noir chez RedBull, je n'y crois plus. Même si les saisons 07, 08 et 10 ont montrés que rien n'était joué d'avance, il faut admettre que peu de personnes parieraient des sous sur Alonso.

Et puis, avouons le, Ferrari au contre de RedBull n'inspire absolument pas confiance.
Il y a 90 mois
Steve
Steve :
"Réponse, dans la soirée du 24 novembre prochain au terme du Grand Prix du Brésil."

Ce serait pas plutôt le 25 ???
Il y a 90 mois
Benoit F
Benoit F :
@steve : Si si ^^
Il y a 90 mois
stau64
stau64 :
vous parlez d'une réponse au brésil, mais on peut l'avoir déjà ce week end !! Même si je souhaite le contraire, on verra...
Il y a 90 mois
freddy
freddy :
J croire jusqu au bout pour alonso,au debut saison la scuderia etais vraiment mal parti et n empeche maintenant il joue titre pilote
c est juste mon point vu
Il y a 90 mois
Depy
Depy :
@freddy,

En début de saison, Alonso à pu profiter de la performance moindre de RedBull et de la valse des gagnants pour ne pas être largué et se maintenir. Mais on peut voir que maintenant, la situation est tout autre et RedBull atteint à nouveau un niveau très haut. Alonso avec une monoplace améliorée peut jouer le top 5 en qualif et podium à la régulière... Vettel joue la pole et la victoire avec une RedBull bien améliorée ! En remettant dans le contexte qu'une victoire d'Alonso fut sur abandon de Vettel et deux sous la pluie qui nivelle le niveau de performance...

Quand on compare les monoplaces offertes à Alonso et Vettel sur l'ensemble de la saison, on ne peut que se dire que la seconde place est une aubaine pour Alonso malgré tout. Et quand on compare le nombre d'améliorations gagnantes chez RedBull et chez Ferrari, on ne peut que confirmer ce propos.

Maintenant, si on prend la saison de Vettel et d'Alonso, en tentant de dégager un semblant d'objectivité, je pense qu'Alonso a du se battre beaucoup plus avec sa monoplace là ou Vettel n'a jamais semblé clairement mécontent de sa monture.


Ce qui me choque d'ailleurs, c'est de voir que Ferrari peut encore avoir des soucis avec sa monoplace, malgré qu'elle soit plus saine. J'ai pas mal l'impression que la Ferrari dandine de l'arrière et parait moins stable en zone de freinage.
Il y a 90 mois
freddy
freddy :
depy
je suis tout a fait daccord avec toi mais je suis fan alonso donc je pense positif meme si c est vrai que la 2eme place et vraiment bien par rapport au niveau de la ferrari
Il y a 90 mois
ice-man
ice-man :
je vote baby schumi
Il y a 90 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.