> > > > La Turquie ou rien

La Turquie ou rien

Bernie Ecclestone n'est en discussion qu'avec la Turquie et douche les espoirs de l'Autriche pour accueillir la 20ème épreuve de la saison 2013.

© LAT - La Turquie est la seule en lice pour obtenir la 20ème course de 2013© LAT - La Turquie est la seule en lice pour obtenir la 20ème course de 2013

Si le Grand Prix d'Allemagne a été avancé d'une semaine pour laisser la place à une autre course européenne, celle-ci ne pourrait jamais avoir lieu. Bernie Ecclestone ne semble considérer que la Turquie et non l'Autriche.

La Turquie a perdu sa place au calendrier en 2012 puisque les organisateurs n'étaient plus en mesure de répondre aux exigences de la FOM. Cependant, le report de l'épreuve du New Jersey à 2014 a permis de redonner une place disponible au calendrier 2013, ce qui a provoqué le changement de calendrier effectué la semaine dernière par la FIA.

Le circuit d'Istanbul a évidemment plongé sur l'opportunité qui se présente à lui de revenir en F1, qui était sa principale raison d'être puisqu'il n'y a pas d'autres événements internationaux qui s'y tiennent. Varul Ak, qui a racheté les droits d'exploitation de l'Istanbul Park, a alors rapidement engagé les discussions avec Bernie Ecclestone, qui se sont conclues par un accord.

Néanmoins, le projet finalisé doit encore être approuvé par le gouvernement, comme le reconnait Demire Berberoglu, le président de la fédération des sports automobiles turcs : « Nous faisons tout notre possible pour faire revenir la Formule 1 sur la piste de l'Istanbul Park en 2013 et dans les années futures. Tout le monde sait que ce qui est nécessaire pour assurer sa présence au calendrier 2013 de la Formule 1 et les années suivantes est une garantie et l'autorisation du budget nécessaires par le gouvernement. Cela va donc évoluer en fonction de la décision du Premier Ministre. »

Cependant, les organisateurs n'ont pas reçu un accueil des plus chaleureux de la part du gouvernement turc, puisque le ministre des sports turc a déclaré : « Un éventuel retour de la Formule 1 en Turquie n'est pas à l'ordre du jour du gouvernement. C'est un dossier qui concerne exclusivement le secteur privé. S'il le souhaite, le secteur privé peut et réussira à faire revenir la Formule 1 en Turquie mais il est hors de question pour nous de régler le montant des droits qui ont été proposés à une société privée. »

Devant ces déclarations, Bernie Ecclestone a été l'auteur d'une de ses traditionnelles sorties médiatiques au moment de discussions serrées avec un circuit. Il a ainsi déclaré au journal autrichien Kleine Zeitung : « A l'heure actuelle, je pense plus à la Turquie et à un retour à Istanbul. Pour l'instant, je pense que nous aurons 19 courses l'an prochain. Ce ne serait pas un gros problème pour la F1. »

Si l'option turque ne se concrétise pas, il ne considère pas à l'heure actuelle se rabattre sur l'Autriche puisqu'il affirme n'être en discussions avec personne sur ce sujet. Le Red Bull Ring semble d'autant moins une destination envisageable puisqu'il est déjà occupé le week-end du 21 juillet. En effet, il censé accueillir les World Series by Renault ce week-end là.

Si le changement de date du Grand Prix d'Allemagne de F1 a déjà provoqué celui de deux autres manifestations internationales (le festival de Goodwood et la course de Moto GP sur le Sachsenring), ce nouveau changement semble quelque peu difficile à mettre en place puisqu'on voit mal les organisateurs des WSR se plier à la volonté de la F1 alors qu'il s'agisse d'une série rivale au GP2 détenue par la F1...

Avec la participation de www.Racingbusiness.fr


Calendrier, Circuits et Istanbul Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
david malkassian
david malkassian :
Info bidon la Turquie a perdu sa place parce qu'elle ne pouvait répondre aux exigences, vérifier vos infos svp, elle a perdu sa place car l'état ne s'est pas entendu sur le partage des revenus avec la F1, arrêtez de prendre la Turquie pour un pays non responsable.
Il y a 67 mois
Businessf1
Businessf1 :
Merci pour votre commentaire. Je ne comprends pas trop en quoi j'ai déclaré que la Turquie est un pays non responsable dans mon article... De plus, je ne vois pas comment l'état aurait pu ne pas s'entendre sur le partage des revenus avec la F1 puisque la répartition de ces revenus est la même pour toutes les courses : la seule source de revenus pour les organisateurs est la vente de billets. Tous les autres revenus (droits télévisés, publicité au bord du circuit...) reviennent à la FOM...
Il y a 67 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.