Pirelli : Le tour du circuit de Montréal

Les deux composés les plus tendres de la gamme Pirelli – Le supertendre P Zero Rouge et le tendre P Zero Jaune – font leur retour au GP du Canada, mais auront à faire face à un défi très différent de celui de Monaco, qui s’est déroulé il y a quinze jours.

Le Circuit Gilles Villeneuve est un tracé temporaire bien plus rapide, provoquant une importante usure pneumatique. En plus de changements météo fréquents, qui pourraient faire entrer en jeu les mélanges intermédiaire (Cinturato Vert) et pluie (Cinturato Bleu), le Canada est l’une des courses les plus excitantes et imprévisibles de la saison, avec un pourcentage plus important d’interruptions, d’incidents et d’interventions de la voiture de sécurité qu’à la normale.

La piste semi-permanente étant utilisée très fréquemment, l’évolution du circuit est importante durant le fil du weekend, et les temps au tour deviennent de plus en plus rapides avec le dépôt de gomme sur la piste. Les importantes zones de freinage du Canada (le circuit le plus dur avec les freins) et la traction nécessaire dans les virages lents et à moyenne vitesse placent des demandes importantes sur les pneus, particulièrement sur le train arrière. D’une façon générale, la surface procure extrêmement peu d’adhérence, causant des glissades des monoplaces, et accentuant l’usure pneumatique. Savoir comment gérer les gommes sera crucial au Canada, et les difficultés de la piste rendront une course à un arrêt (comme à Monaco) quasiment impossible. Plusieurs opportunités de dépassements existent sur le tracé long de 4,361 km, mais les manœuvres comportent des risques, la piste étant généralement très sale hors trajectoire.

Publiée le 07 Juin 2012 à 11h49





Sauber coupe une Formule 1 en deux L'explication du refroidissement des freins de la RB8, banni par la FIA








Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.