> > > > Pas d'argent pour la onzième écurie au classement constructeur ?

Pas d'argent pour la onzième écurie au classement constructeur ?

La fin des Accords Concorde au profit d'une négociation individuelle équipe par équipe devrait sonner le glas d'une dotation qui était accordée à la onzième équipe du classement constructeur, comme semble le confirmer Bernie Ecclestone.

© Team Lotus (2011) - Bernie murmure difficilement à l'oreille des petites équipes© Team Lotus (2011) - Bernie murmure difficilement à l'oreille des petites équipes

Si les relations entre Bernie Ecclestone et les petites écuries, au premier rang desquelles Marussia, semblaient déjà tendues, notamment à la veille du Grand Prix d’Australie 2013, où avait pu se poser la question de la diffusion d’images des monoplaces de l’écurie russe, elles ne semblent pas devoir s’améliorer au vu de la disparition d’une clause issue des Accords Concorde.

Ainsi, si les dix premières équipes au classement constructeur se voyaient réserver une part importante du gâteau financier, proportionnellement à leur classement, la onzième écurie bénéficiait tout de même d’une enveloppe de 10 millions de dollars (moins de 8 millions d’euros). Marussia ayant terminé à cette place lors des trois dernières saisons, les regards se tournent naturellement vers elle.

D’autant que, si les anciens accords étaient négociés collectivement, permettant à chaque équipe de se faire entendre au sein du groupe, les accords commerciaux, cette saison, ont été négociés directement et individuellement avec chaque équipe. Un procédé qui ne donne pas le même poids à la firme russe, dernière du classement constructeur la saison dernière et qui se retrouve sans accord : « [Marussia] n’a pas d’accord commercial parce qu’ils ne sont pas dans le top 10. Nous payons le top 10, c’est ce que nous faisons. Pendant trois ans, nous avons fait quelque chose de différent parce que nous avions un accord avec Max [Mosley], mais à partir de maintenant, nous paierons le top 10 et c’est tout, » a ainsi déclaré le patron de la Formula One Management à nos confrères britannique du Telegraph.

Ce changement de situation pourrait se traduire par une précarisation plus importante des petites équipes qui se verraient alors exclues de toute dotation, dans un contexte économique très défavorable. Pour rappel, Bernie Ecclestone avait déjà indiqué à Reuters, en décembre, qu’une grille composée de dix équipes avait sa préférence.


Economie, Ecclestone et FOM Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




7 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Une préférence à 10 équipes ? Mais avec combien de voitures ? Il est vrai qu'aujourd'hui le peu d'abandons par grand prix peut inciter à rendre acceptable un plateau de 20 voitures et le resserrement des performances rend les courses plus excitantes. Tout se passe comme si les arrêts au stand réglementairement obligatoires ou rendus nécessaires par des pneumatiques volontairement fragilisés venaient s'ajouter à la conception d'un show au suspens garanti. Et à celui qui se plaindra d'un déroulement bien peu linéaire pour ne pas écrire "fouillis", Ecclestone aura beau jeu de répondre :"Mais qu'en serait-il avec 22, 24 ou 26 voitures au départ ?"
Le piège est là, d'autant que si le plateau s'avérait néanmoins trop chiche, il pourrait toujours proposer une troisième voiture, par exemple aux trois premiers du classement constructeur ... Bernie a quasiment tous les atouts en main et c'est normal puisque le jeu de cartes lui appartient ou presque !
La question qu'il faut poser et Fan-F1 peut tout à fait servir de berceau à un super débat sur le sujet : "A quoi servent les "petites" équipes en 2013 et après?"
Il y a 83 mois
Sagital X
Sagital X :
J'ai l'impression, et elle est pas nouvelle, que M.Eccelstone cherche à renflouer les caisses de la FOM au détriment des petites écuries, en proie aux pires difficultés pour rester simplement en F1. La réduction des couts avait pour but d'aider à maintenir les petites infrastructures mais là c'est un sacré pas en arrière de fait.
En tout cas pour répondre à ta question Aifaim, n'oublie pas que les petites écuries permettent aux pilotes novices de devenir les futurs grands pilotes. Regarde Pic ou Bianchi qui sont en train de révéler leur potentiel tout simplement.
Il y a 83 mois
milano
milano :
Je plains les rookies depuis que Bernis a opté pour le spectacle , ce n'est vraiment pas facile pour apprendre dans ces conditions avec les pneus .
Il y a 83 mois
rap
rap :
il officialise que la f1 est une occupation de riche et plus un sport de compétition.
A quand un championnat à 4 écuries si on suis ce raisonnement?
La f1 est clairement sur la pente descendante et plus du tout une discipline innovante et plaisante.
Il y a 83 mois
Aifaim
Aifaim :
Sagital X@, la question est un sujet de débat, pas une interrogation personnelle. Rap@ et Milano@, vous avez raison : Ecclestone semble vouloir faire de la F1 un spectacle fermé avec dix écuries quasiment immuables. Si l'une venait à défaillir, pas de problème, il se trouvera quelqu'un pour racheter l'emplacement et tant pis si ce n'est qu'une coquille vide d'Histoire si elle est remplie de dollars. En se coupant ainsi de sa légende, la F1 y perdra son âme et son essence.
On dirait que Bernie Ecclestone veut créer une oeuvre qui lui survivra en la retranchant dans un univers étanche, réservé à "des gens bien comme il faut". Pour rassurer Sagital X, une petite écurie d'aujourd'hui peut être une grande de demain et réciproquement : Qu'était Williams quand elle s'appelait "Politoys" ... demandez à Pescarolo ! Qu'était la dernière Brahbam vis-à-vis des grandes heures de Jack et Dennis Hulme ? Mac Laren a eu des débuts et des périodes difficiles. Lotus a eu une vie plus que mouvementée mais toute font partie de l'Histoire, de nos souvenirs et de notre vie.
La vision d'Ecclestone serait moins castratrice si une passerelle existait réellement avec le GP2, c'est-à-dire si un pilote perdant son baquet de F1 pouvait retrouver un volant - à l'instar de Grosjean - un cas exemplaire mais unique de "remontée". Mais le GP2 actuel est un ascenseur à sens unique.
Il y a 83 mois
Sagital X
Sagital X :
"une petite écurie d'aujourd'hui peut être une grande de demain et réciproquement". Je suis absolument d'accord avec cette vision et c'est ce qui est effrayant.
Si on le prend dans le sens de la montée, Lotus, Red Bull ou encore McLaren en sont les meilleurs exemples. Mais dans l'autre sens, Williams commence à fléchir sérieusement malgré sont glorieux palmarès, et d'autres équipes comme Jordan, Stewart et consorts ont disparu.
Par là ce que j'entend c'est que les équipes qui sont en difficulté n'ont pas besoin de cette pression supplémentaire. Les coupes budgétaires avaient pour but de réduire les couts et là c'est l'inverse qui est réalisé.
Déjà que le spectacle est cantonné à la gestion des pneus, réduire la grille de départ n'apporterait rien de plus.
Il y a 83 mois
Aifaim
Aifaim :
Sagital X@, juste une précision : Il ne s'agit pas forcément de "réduire la grille de départ" mais de réduire le nombre d'équipes, c'est-à-dire le nombre d'interlocuteurs : 20 voitures peut-être mais une 3e auto pour les mieux classés de la saison précédente, ce n'est pas exclu a priori ... tant qu'Ecclestone n'aura pas dit que cette éventualité est hors de propos, je ne la tiens pas pour vraisemblable mais pour plausible.
Il y a 83 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.