> > > > Nous aussi on a vu "Rush"

Nous aussi on a vu "Rush"

Rush sortira cette semaine en France. La chronique Pitstop a pu poser les yeux sur le dernier film de Ron Howard et forcément on vous en parle.

© DR - Lauda - Hunt : un duel mythique sur grand écran © DR - Lauda - Hunt : un duel mythique sur grand écran

Enfin ! Rush va sortir dans les salles obscures de l'hexagone. L'attente aura été longue. Depuis l'annonce du projet l'excitation est palpable et est montée en puissance avec la diffusion des premières images fixes et autres trailer.

Un film sur la F1, les fans en rêvaient sans vraiment oser y croire. Depuis "Grand Prix" en 1966, le sport qui figure parmi les plus médiatisé n'avait plus eu l'honneur d'Hollywood. Il y a bien eu le projet de Silverster Stalone qui se sera finalement tourné vers l'Indy, sans qu'on le regrette quand on voit Driven.

La mission de Ron Howard n'était pas des plus simples en s'attaquant à cette saison 1976 ; réussir un film grand public sans laisser les puristes sur leur faim. Et puis comment réussir à faire ressentir toute l'intensité de ce duel Lauda-Hunt, faire transparaître cette rivalité profonde entre les deux hommes, le tout en deux heures ? Le sujet était vaste autant que riche et c'est sans doute aussi pour ça qu'il était si attendu par les aficionados qui chaque dimanche de course allument leur téléviseur. Au moment d'écrire ces lignes je dois avouer que je suis un peu dans une situation similaire ; réussir une critique la plus objective possible et non celle d'un fan a qui on aurait offert son cadeau de Noël en avance.

Autant ne pas faire durer le suspense plus longtemps : oui Rush est une réussite. La rivalité entre les deux champions est abordée à la racine, depuis la F3, pour monter crescendo jusqu'à cette fameuse saison 1976 qui est au centre du film. Évidemment il y a quelques raccourcis inévitables, comme l'affaire de l'essence à Monza qui est occultée pour se centrer pleinement sur la relation entre Hunt et Lauda au moment ou celui-ci fait son retour pour ne pas perdre pied dans la lutte pour le titre mondial, car c'est cette relation qui est au centre du film, cette rivalité qui va évoluer vers un profond respect mutuel. Ce come-back fait partie des moments forts du film au même titre que l'accident du Nürburgring. On a beau savoir ce qu'il va arriver Ron Howard parvient à nous scotcher dans notre fauteuil sans en faire trop. Pour rester sur la réalisation, les monoplaces sont tout simplement sublimes et voir ces vieux bolides en HD sur grand écran est un bonheur visuel de même que sonore avec le bruit des blocs Ferrari et Cosworth. Mention spéciales aussi pour la musique de Hans Zimmer sans laquelle le film ne serait pas non plus tout à fait le même. Petit bémol très personnel, le montage qui enchaîne les plans à une vitesse folle lors des séquences de course. C'est ce que j'appelle le syndrome Jason Bourne.

Autre défi, celui confié aux acteurs. Faire vivre deux légendes du sport. Là encore, Daniel Brühl et Chris Hemsworth sont parfaits dans leurs combinaisons. Je ne peux d'ailleurs que vous conseiller d'aller voir le film en VO si vous en avez la possibilité pour mieux apprécier le jeu de Brühl qui pousse le mimétisme jusque dans la voix du champion autrichien qu'il a eu la chance de rencontrer pour mieux préparer son rôle. En VF, cet accent allemand pourra sans douter sonner plus ridicule. Le traitement qui est fait du caractère bien trempé des deux héros du film est lui aussi une réussite même si parfois le trait est un peu grossi, on ne tombe jamais dans la caricature et jamais on ne se prend à se dire qu'un des deux est le mauvais de l'histoire. C'est un film sur deux héros avec leurs défauts et leurs qualités mais il n'y a pas de méchant dans l'histoire. Lauda-Hunt c'est une même passion, une même ambition, une même soif de victoire, il n'y a que l'approche qui diffère.

Alors que Lauda a joué les consultants de luxe on aurait pu craindre que la vérité soit quelque peu altérée avec une mise en avant de son personnage mais ce n'est aucunement le cas grâce à Alistair Caldwell (team-manager de McLaren à l'époque) qui a apporté la vision depuis le stand McLaren à cette histoire. La qualité du casting ne s'arrête pas à ces deux là. Que ce soit, Enzo Ferrari, Clay Regazionni, Teddy Mayer et même Graham Hill, chaque personnage est crédible ce qui ajoute clairement à l'immersion dans cet univers qui peut sembler totalement atypique aujourd'hui.

Bref, vous l'aurez compris, Rush est une réussite qui parviendra à satisfaire les fans (même si les vrais puristes trouveront à redire sur des détails), qui apprécieront le petit clin d’œil final, mais aussi les novices qui verront une lutte intense entre deux hommes au caractère bien trempé.

NB: La chronique Pitstop vous est proposée chaque semaine en collaboration avec le blog F1 Chronicles. Ce même blog est inscrit à l'édition 2013 des Golden Blog Award. Ci dessous vous trouverez un module vous permettant de voter pour le blog. Les votes ont lieu jusqu'au 25 octobre. La remise de prix quant à elle se déroulera le 16 novembre prochain. Merci pour votre soutien.


La chronique Pitstop, et Exclusivité Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
QuentinF1
QuentinF1 :
Je suis d'accord avec vous du début à la fin, y compris pour le petit bémol des scènes de course !! Sinon le film est super ! Réaction des gens en sortant de la salle "tu préfères la mentalité de Lauda ou de Hunt ? " - "Je ne sais pas, un mélange des deux" ^^
Il y a 73 mois
Adelin
Adelin :
Alors comme ça, il y en a qui ont déjà vu le film !!
Je fais 3 fois au cinéma par an ce film sera un des trois (dès vendredi ;-P)

Le SAV ne fait pas parti des Golden Blog Award cette année ?
Il y a 73 mois
Ben_FanF1
Ben_FanF1 :
@Adelin, l'avantage d'habiter près de la frontière luxembourgeoise ;)
Il y a 73 mois
Arklash
Arklash :
J'ai été surpris dans le film, pendant les scène de course, de voir des photographes allongés dans l'herbe sur le bord de la piste pour prendre justement des photos, et non derrière les glissières de sécurité.

Est-ce que dans les année 70', la sécurité était à ce point négligéé/oubliée pour que des photographes soient sur le circuit ?
Il y a 73 mois
QuentinF1
QuentinF1 :
Arklash : oui les conditions de sécurité à l'époque sont celles décrites dans la film. Il y avait une interview d'un photographe de F1 (dont j'ai oublié le nom) dans sport auto, c'est ce qu'il décrit !
Il y a 73 mois
Adelin
Adelin :
Je viens d'aller voir le film !!!

Tout d'abord, j'ai été surpris par le peu de gens qu'il y avait : 8 personnes dans un salle de 200 places !!! Cela peut s'expliquer par l'heure et le jour (vendredi quoique le 27/09, c'est congé pour pas mal de personne) ! J'espère que le film aura plus de succès que ça car il est génial

Un film vraiment touchant ouvert à tout type de public
Moi qui ne connait pas cette époque, j'ai pu voir que la F1 était fort différente qu'avant avec de nombreux risques !!! Tout les faits décrits sont exacts, ce qui est chouette !

Il est vrai qu'on peut reprocher le fait que les plans lors des courses sont trop rapides
J'ai pas aimer les scènes quand Lauda est à l'hôpital :/

A part cela, je n'ai rien à dire
A recommander
Il y a 73 mois
Adelin
Adelin :
J'ai eu des échos de personnes ne connaissant pas vraiment la F1 disant que ce film est génial
Allez-y !
Il y a 73 mois
surboumpour4roues
surboumpour4roues :
........ a Adelin ; record battu, pendant la projection nous étions cinq !!! effectivement la f1 ne fait pas audience en France , c'est un peu triste surtout avec l'investissement d'un constructeur comme Renault..
Il y a 73 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.