> > > > Coup d'Oeil dans le Rétro : Suzuka 1988

Coup d'Oeil dans le Rétro : Suzuka 1988

Difficile de choisir une course dans l'histoire à Suzuka, tellement le Japon a donné lieu à des moments de légende. Nous avons donc décidé de revenir sur la fabuleuse trilogie 1988-1990, summum de la rivalité Senna-Prost. Premier acte, 1988 et le premier sacre de Magic.

© McLaren - La fabuleuse MP4-4 de 1988 qui permet à Senna de décrocher son premier titre à Suzuka© McLaren - La fabuleuse MP4-4 de 1988 qui permet à Senna de décrocher son premier titre à Suzuka

Suzuka, 30 octobre 1988. La saison s'est résumée à une lutte entre les deux pilotes McLaren, Alain Prost et le nouveau venu à Woking, Ayrton Senna. Personne n’a pu contester la domination des monoplaces rouges et blanches et de la surpuissante MP4-4 propulsée par le V6 Honda. Ni le champion du monde Nelson Piquet, transféré de Williams à Lotus, ni les Ferrari, ni Nigel Mansell, handicapé par un moteur Judd bien trop en retrait par rapport au Honda des McLaren, n'empêcheront Prost et Senna de remporter 15 des 16 épreuves de 1988.

Pourtant au milieu de ce triomphe, l’ambiance chez McLaren s’est quelque peu dégradée depuis le GP du Portugal. A la fin du premier tour, Prost a tenté de dépasser Senna dans la longue ligne droite d’Estoril, et le Brésilien a tassé le Français contre le mur. C’est le premier événement déclencheur de la rivalité. Le GP d’Imola 1989 achèvera d’allumer la mèche entre les deux pilotes.

Avant le départ du GP, les données sont on ne peut plus simples. Si Ayrton Senna gagne, il sera champion du monde. Les deux McLaren sont en première ligne, Senna devant Prost. On s’attend à une lutte acharnée, arbitrée pourquoi pas par Berger et sa Ferrari, vainqueur du seul GP non remporté par une MP4-4 en 1988 à Monza.
A l’extinction des feux, Senna manque de caler. Piquet est à deux doigts de le percuter et une bonne moitié du peloton passe devant la McLaren en perdition. En tête, Alain Prost s’échappe. Il sait qu’il doit gagner au Japon pour préserver ses chances avant l’Australie de décrocher une troisième couronne en quatre ans.

La folle chevauchée de Senna

Rien ne pouvait empêcher Senna d’être champion cette année. Le Brésilien entame sa remontée en dépassant coup sur coup Patrese, Boutsen et Nannini. De plus, la pluie commence à tomber. Une véritable aubaine pour Senna, un maître des conditions humides.
Devant, Alain Prost mène bon train, mais doit rapidement faire face à des soucis de boîte de vitesses. Cette avarie sur la McLaren permet à Ivan Capelli, qui pilote la March 881 conçue par un jeune ingénieur nommé Adrian Newey, de revenir sur les talons du double champion du monde français. Mais la puissance du moteur turbo Honda empêche Capelli de doubler. Pendant ce temps, Senna revient très fort sur le duo de tête.

Champion du monde

Senna va passer sans trop de problème Prost pour prendre la tête et creuser l’écart sur son rival. Le Brésilien va faire de nombreuses fois des signes à la direction de course pour tenter d’arrêter la course du fait des conditions climatiques difficiles. Aucune raison de stopper les voitures selon la FIA, Senna doit donc continuer, ce qu’il va faire à merveille, pour remporter son premier titre de champion du monde. Prost termine 2e, et Berger 3e. La saison 1988 s’achève et une période très intense va débuter pour la F1 sur fond de lutte Senna-Prost.


Histoire, Suzuka et McLaren




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.