> > > > Kevin Magnussen dans le grand bain

Kevin Magnussen dans le grand bain

L'information était dans l'air depuis quelques semaines et avait pris encore plus d'ampleur il y a quelques jours : Magnussen remplacera bel et bien Sergio Pérez chez McLaren en 2014. Le Mexicain n'aura donc pas fait long feu à Woking alors qu'il avait constitué le plat de résistance du marché des transferts il y a encore 12 mois.

© McLaren - McLaren mise beaucoup sur Magnussen pour l'avenir© McLaren - McLaren mise beaucoup sur Magnussen pour l'avenir

Comme Lewis Hamilton en 2007, Kevin Magnussen fera donc le grand saut directement dans une équipe de pointe. Le contexte est cependant différent puisque comme le soulignait Martin Whitmarsh lui-même il y a quelques semaines, Hamilton avait pu accumuler les kilomètres sans contraintes avant de prendre son premier départ en Australie. Le défi peut donc paraître plus important pour le jeune Danois de 21 ans, mais telle est la F1 moderne et on ne peut que se réjouir de voir une écurie comme McLaren prendre le risque de faire monter un rookie dans la discipline. « Il a un grand avenir. Il est très bon mentalement et c'est la chose la plus importante. Il sait comment tout gérer et ne sera pas distrait par tout ce qui entoure la Formule 1, » estime Jean Paul Driot qui a fait rouler le pilote danois chez DAMS en FR3.5. Le mental, c'est ce qui a fait la différence cette saison en 3.5. Rapide, Magnussen avait déjà prouvé l'être mais face à la concurrence il ne s'est jamais laissé démonter. Disqualifié de la première course du meeting français, il n'a pas flanché et signé la pole et la victoire de la deuxième course de façon magistrale.

Magnussen, lui, s'estime aussi prêt que possible pour franchir le cap : « Si nous étions en 2005, je ne serais pas prêt mais aujourd'hui je ne pense pas que vous puissiez vraiment être préparé parce qu'il n'y a pas suffisamment d'essais. Au vu des circonstances je suis aussi prêt que possible, » estimait le pilote danois il y a quelques semaines dans les colonnes du site Autosport.

Ce remplacement est-il à mettre au seul crédit des performances du pilote soutenu par Carlos Slim ? Au volant d'une monoplace ratée – McLaren connaît la pire saison de son histoire avec deux 5èmes places comme meilleurs résultats – Pérez n'a pas eu la tâche facile pour ses débuts dans un top team. Pourtant un mieux a été observé depuis quelques Grands Prix même si les analyses des hommes en gris tendent à montrer les limites du Mexicain face à Jenson Button. Sur le stricte plan comptable c'est le champion du monde qui a l'avantage avec 60 unités contre 35 mais c'est surtout en qualification que Pérez perd des points avec un léger avantage pour Button (9 à 8) alors même qu'il ne passe pas pour être le plus véloce sur un tour. Mais au delà des chiffres c'est aussi le contexte qui joue contre le pilote de 23 ans. L'écurie anglaise s'apprête à vivre une saison de transition l'an prochain avant l'arrivée de Honda qui ne veut pas faire de la figuration et compte bien jouer les premiers rôles dès 2015. Il faudra donc être prêt.

Dès lors placer Kevin Magnussen dans la voiture en 2014 apparaît comme un risque calculé pour l'équipe dirigée par Martin Whitmarsh. Kevin Magnussen, champion de Formule Renault 3.5 doit être placé en F1 l'an prochain pour légitimer le programme pour jeunes pilotes de la formation anglaise. Et force est de constater que les écuries enclines à le mettre derrière un volant l'an prochain ne sont pas légion. Force India a rapidement décliné ne voulant pas essuyer les plâtres pour voir le Danois partir une fois mûr. Marussia ? Elle y a songé mais aujourd'hui Max Chilton semble être en bonne position pour épauler Jules Bianchi en 2014. Et puis quel réel intérêt pour McLaren de placer son poulain dans une équipe de fond de grille ?

Avec ce transfert, McLaren place Magnussen sous le feu des projecteurs et joue à quitte ou double. S'il ne répond pas aux attentes on dira qu'il n'était pas bien préparé, que c'était trop tôt, justifiant la politique frileuse de nombreux teams. Dans le cas contraire on se félicitera que McLaren ait osé le titulariser aux côtés de Jenson Button. De quoi peut-être donner des idées à d'autres. No risk, no fun comme disait l'autre...


La chronique Pitstop, McLaren et Magnussen Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.