> > > > Saison 2013 : une pièce en trois actes

Saison 2013 : une pièce en trois actes

Alors que toutes les équipes sont résolument tournées vers 2014 et les changements que ce nouveau championnat amène avec lui, la chronique Pitstop revient, une dernière fois sur la saison 2013.

© GEPA - Vettel a brillé cette saison...© GEPA - Vettel a brillé cette saison...

Premier acte : Red Bull, Ferrari et les autres

Depuis trois ans maintenant le refrain de l'hiver est le même. L'objectif des équipes de pointe est de faire tomber Sebastian Vettel et Red Bull. L'équipe autrichienne qui a passé une intersaison studieuse sans pour autant affoler le chrono. En même temps on connaît le crédit à donner aux coups d'éclats d'avant saison. Derrière la résistance s'organisait avec Ferrari mieux armée que 12 mois auparavant, Mercedes qui semblait enfin avoir réglé ses problèmes de pneus et Lotus toujours dans le rôle de l'outsider à ne pas négliger.

A Melbourne c'est d'ailleurs une monoplace noir et or qui a remporté le premier round de cette pièce en 19 actes. En Malaisie, Vettel reprenait se position préférée après une manœuvre sur son équipier qui fera couler beaucoup d'encre. En Chine c'était au tour de Fernando Alonso de goûter au champagne du vainqueur. Le scénario de 2012 avec 7 vainqueurs différents en autant de Grands Prix restait dans les mémoires et faisait naître quelques fantasmes. Mais Vettel allait encore gagner à Bahreïn puis au Canada ainsi qu'en Allemagne, une première devant ses fans.

Red Bull n'avait pas la meilleure voiture. Sur un tour c'est Mercedes qui tirait les marrons du feux. La Ferrari F138 était bien mieux née que sa devancière mais la Scuderia commettait des erreurs comme en Malaisie ou à Bahreïn. Trop pointue aérodynamiquement la RB9 ne parvenait pas à faire fonctionner correctement ses gommes le dimanche. Ce qui ne l'empêchait pas de gagner. Imaginez si les enveloppes Pirelli lui allaient comme un gant...

Deuxième acte : Pirelli au coeur du scandale

En arrivant en Formule 1 en 2011 le manufacturier italien avait pour mission de ramener le spectacle avec des pneus moins résistants que par le passé. La gestion pneumatique devenait donc un point clé du succès en F1. Pour maintenir l'importance de ce facteur il faut revoir la formule chaque année car on sait que les équipes finissent toujours par s'adapter. Le manufacturier a-t-il été trop loin en 2013 ? Peut-être et la grogne n'a pas tardé. Entre ceux qui voulaient un retour aux mélanges 2012 et ceux qui parvenaient à tirer leur épingle du jeu avec les gommes 2013 le bras de fer aura été musclé avec en point d'orgue le testgate qui a explosé au Grand Prix de Monaco. Mais ce sont surtout les délaminations du Grand Prix de Grande-Bretagne qui pousseront Pirelli à réagir au nom de la sécurité. Une décision qui allait changer la physionomie du championnat.

Acte trois : Vettel seul au monde

La victoire hongroise de Lewis Hamilton en juillet allait être la dernière des adversaires de Red Bull. Après la pause estivale un seul homme est monté sur la plus haute marche du podium. Sebastian Vettel, ce nom revenait chaque dimanche à la Une de la presse spécialisée. Sifflé plus que de raison, le champion allemand a tout écrasé sur son passage allant même jusqu'à véritablement humilier la concurrence comme à Singapour ou Abu Dhabi. Vettel gagne et lasse. Oui le volte-face de Pirelli a aidé mais il reste que le travail doit être fait et que les ajustements du règlement avant chaque saison visait essentiellement Red Bull qui a continué à gagner. L’hégémonie agace comme celle de Schumacher à l'époque Ferrari. La nature humaine est telle qu'on aime détester ceux qu'on adulait hier et voire tomber nos héros.

Titré en Inde, Sebastian Vettel est entré dans un cercle très fermé, celui des quadruple champions du monde. Un sacre célébré par des donuts au pied de la grande tribune.Un geste répréhensible aux yeux de la FIA que l'Allemand réitérera à Abu Dhabi, Austin et Interlagos - mais en ramenant sa monoplace dans le parc fermé contrairement à l'Inde. « Souvenez-vous de ces moments, » lance-t-il à son équipe « ça ne durera pas éternellement. » Les siffleurs l'espère au même titre que la concurrence. La question de savoir si Vettel ne tuait pas la Formule 1 est revenue régulièrement sur le tapis et dans les propos des uns et des autres. La vérité c'est que Vettel écrit l'Histoire.

2014 sera un nouveau chapitre de ce grand livre de la Formule 1. Un nouveau défi pour tout le monde. Plus que jamais la chasse à Red Bull et à Vettel est ouverte !


La chronique Pitstop, et Exclusivité Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




14 réactions sur cet article Donnez votre avis
Adelin
Adelin :
Super résumé de cette saison !!
Tout est très bien condensé ;-)
Il y a 71 mois
GD-Seb
GD-Seb :
Très bon résumé !
Cependant, j'aimerais revenir sur un passage qui mériterait d'être nuancé: Les sifflets de Vettel.
Les seules fois où Vettel avait été sifflé avant cette saison, c'était à Monza, fief de Ferrari. D'accord.

Mais cette saison, les sifflets se sont régulièrement fait entendre. Peut-être par lassitude, mais peut-être pas.

En effet, entre temps, Vettel a gagné en Malaisie, en dépassant Webber d'une manière qui aura fait couler beaucoup d'encre.
Les gens n'apprécient certes pas ceux qui gagnent toujours, mais détestent encore plus les enfants irrespectueux de leurs aînés.

De plus, ses changements incessants de version au fil des interviews pour se justifier de sa manoeuvre (radio en panne, une autre fois: trop de bruit dans l'habitacle, et enfin: Webber était trop lent) ont probablement agacé le public.
Il y a 71 mois
frantz
frantz :
C'est un coup de ferrari ,la madona qui exite la foule par pure dépit envers red bull.
la RB10 d'après Newey aura l'ADN du RB9 , autrement dit VETTEL sera encore sifflé en 2014


Vive VETTEL
le mythe ferrari est bien terminé
Il y a 71 mois
Mike Patton
Mike Patton :
Super résumé Ben,c'es- aussi agréable de te lire que de t'écouter pendant le sav.
Cependant il'y'as une petite coquille:
"Après la pause hivernale un seul homme est monté sur la plus haute marche du podium."
C'est plutot trêve estival non?
Il y a 71 mois
Profx
Profx :
treve estival pour l hemisphere nord , treve hivernal pour celui du sud ;) alors si ben vit au sud comme moi , c est effectivement hivernale ;)
Il y a 71 mois
Ben_FanF1
Ben_FanF1 :
@mike Patton : Merci du compliment et faute corrigée ce doit être le paysage hivernal depuis la fenêtre de mon bureau qui m'a fait faire un lapsus ;) car non @profx je n'habite pas dans l'hémisphère sud pourtant là en ce moment je dirais pas non ;)
Il y a 71 mois
Wicoulas
Wicoulas :
@GD-Seb Je suis d'accord avec vous que cette histoire est à mettre en relation avec l'incident de la Malaisie, cependant, je trouve personnellement qu'il s'agissait plus d'un prétexte pour le déstabiliser et que la réelle source se trouve bien dans la lassitude.

Je me justifie : prenons je le GP du Canada, le premier GP où les sifflements sont apparus. On a un podium Vettel/Alonso/Hamilton. La dessus, Vettel est l'intru des trois sur le fair play : il est le seul parmi le podium qui n'a jamais été lié à une quelle conque affaire saisie par le tribunal de la FIA ou le CMSA, à la différence d'Alonso et d'Hamilton qui ont chacun vu leur équipe sanctionnée par ces instances... deux fois. Donc qui huaient ils ?

Que les fans se mettent à huer Vettel pour un dépassement sur son équipier... Mouais, personnellement, je trouve qu'ils se sont plus saisis d'une occasion pour montrer leur ras-le-bol et déstabiliser le champion qui n'est le leur.

Après, cela se verra sur le temps : si Vettel continue de gagner, qu'il gagne même chez une autre équipe (je l'espère, une équipe rouge, mais c'est une autre histoire), il faudra voir si les fans continuent de montrer leur désapprobation.
Il y a 71 mois
GD-Seb
GD-Seb :
@Wicoulas
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
S'il ne souhaite pas se mettre en danger en changeant d'écurie, alors c'est que les sifflets lui plaisent, s'il s"agit de lassitude.
Il y a 71 mois
Sato
Sato :
Depuis Singapour Vettel n'est plus sifflé.

J'espère qu'il va continuer à vous faire rager et pour longtemps les haineux.
Il y a 71 mois
Sato
Sato :
Le commentaire a été désactivé par la rédaction.
Il y a 71 mois
Profx
Profx :
suposons qu en 2014 vettel soit encore titre ;) , en 2015 idem , tjs chez rb bien sur n ne croyez vous pas que si rien ne vient mettre en danger reelement palpable , la domination de rb , ou sa position personnelle chez rb , il faudrai vraiement qu il soit d une debilite totale pour aller voir ailleurs . quelle serait son interet a faire une telle ineptie ? faire la preuve de son talent ? mouais si une ecurie autre n as pas mis en danger rb d ici la , ce n est ni son depart de rb , ni son arrivee dans une autre ecurie qui transformera celle ci au point de lui donner la capacite de battre rb. ceux qui demande a seb de quitter rb , c est soit des anti vettel soit des anti rb , mais surement pas de bon suporter de leur ecurie vu que part cette demande ou cet espoir , ils font la preuve de leur certitude du fait que leur ecurie ou pilote favori , ne peut rien contre rb et vettel .
si la voiture seule faisait la diference , pourquoi annoncer deja que ricciardo va etre ridicule ? ( lu ici combien de fois de la part d anti rb ? ) si vettel est nul et que tout reside dans sa voiture , idem pourquoi demander son depart ? de toutes facons un benobo serai capable d aller aussi vite non ?)
au jour d aujourd hui , a la fin de cette saison , on doit reconnaitre que vettel et red bull sont les references actuelles en formule 1.
il est plus que probable que rb aura encore une avance l an prochain , meme si elle ne se montre pas des le premier gp . reste a leur adversaires de se decarcasser pour reprendre la main ;) . les rouches prendre un pilote capable de develloper leur char en el1 ;) leur deux stars ne semblent pas etre du genre a savoir develloper une caisse ;) , sinon pourquoi la ferrari cette annee n as pas cesser de reculer depuis le debut de saison ou elle etait plutot performante , cote merco , croisons les doigts que rosbergh soit plus "dur" et s offre un peu plus de credibilite en tant que cdm possible ( il a l air trop tendre trop "sympa" aujourd hui) hamilton ,ben lui il est etrange , un coup il fait des etincelles apres il disparait ... mclaren , entre button et le ptit rookie , on supose que button sera le grand devellopeur . et lotus , ben la il me semble qu on peut dire que depuis l annonce du changement d ecurie de roiko , rg a continuer a faire avancer la voiture , et comme le maldo avec williams s est paye une saison "sabatique" cote resultat , on peut suposer que cote devellopement il ne doit pas etre une epee ...
2014 pourrai etre l annee surprise , un coup de chance de la part d une ecurie moyenne par exemple , qui sais ? les grand inge repute d aujourd hui ne sont pas arrive en f1 en etant des stars donc peut etre que quelques part dans une ecurie pas top , y a un autre futur genie de la planche a dessin qui se cache ;)
Il y a 71 mois
Sagital X
Sagital X :
Rien d'autre à ajouter.
Il y a 71 mois
Wicoulas
Wicoulas :
@GD-Seb
Hmmm... Donc dès qu'un pilote est champion avec son écurie, il devrait la quitter ? En vous lisant, on a l'impression que Vettel s'assied dans une voiture, allume l'auto-pilote et sifflote jusqu'à la fin de course...

Je ne pense pas que les sifflets lui plaisent (quoique, je ne suis pas dans sa tête me direz vous), Vettel est accro à la victoire, il veut tous les records, je ne vois pas pourquoi il devrait se forcer à quitter RedBull (même si cela me plairait) tant qu'il n'a pas tout gagné.
Il y a 71 mois
Aifaim
Aifaim :
GD-Seb@, la RedBull n'était pas invincible comme le furent autrefois les McLaren. Pour preuve, elles n'ont pas signé des doublés partout. Donc, il fallait un Vettel au volant pour la rendre inapprochable.
Wicoulas@, moi non plus je ne vois pas pourquoi Vettel devrait quitter une équipe dans laquelle il se sent bien. Il faut tout de même rappeler aux plus jeunes que deux double champions du monde, Jim Clark puis Jackie Stewart sont restés plusieurs années fidèles à leur mentor, Colin Chapman (Lotus) pour l'un et Ken Tyrrell (Matra, March, Tyrrell) pour l'autre. Personne, à l'époque, ne remettait en cause leur talent quand leurs voitures s'avéraient les meilleures pas plus qu'ils étaient dénigrés au volant de monoplaces poussives.
Je le dis à tous : Minorer la valeur d'un quadruple champion du monde est tout simplement indécent. Ses résultats n'enlèvent absolument rien au talent de ses adversaires qui méritent tout autant d'avoir des supporters. Personne est contraint de l'aimer en tant qu'homme, mais son coup de volant est respectable.
Plus de 50 ans de passion pour le sport automobile m'ont détaché depuis longtemps les oeillères du favoritisme. Un jour, certains comprendront ce qu'est un grand prix sans pilote-chouchou, apprécier les exploits d'où qu'ils viennent, suivre 22 voitures et non pas une, deux ou quatre.
Il y a 71 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.