> > > > Le chant du cygne des V8

Le chant du cygne des V8

Après 5 ans d'utilisation, les moteurs V8 sont maintenant bien fiabilisés et exploités par les équipes. Mais les limitations de développements, tant sur le moteur que sur l'aérodynamique des monoplaces, amènent les équipes à explorer de nouvelles voies... et les moteurs offrent de nouvelles réponses. Retour sur les dernières années de l'ère V8.

© Renault Sport F1 - Le moteur RS27, dominateur durant la seconde partie de l'ère V8© Renault Sport F1 - Le moteur RS27, dominateur durant la seconde partie de l'ère V8

Retrouvez la première partie de notre dossier consacré au V8 : L'envolée du V8

Après un début de vie disputé, Renault a repris la main sur les championnats en 2010 avec son RS27. Mais ce n'était que le début.

En 2011, Renault souffle les ambitions de ses adversaires

Le poids minimal des monoplaces est relevé à 640 kilos, ce qui permet aux équipes d'intégrer le KERS dans leur monoplace. Seules trois écuries n'en disposent pas faute de budget : HRT, Virgin et Team Lotus (qui deviendra Caterham). Cette dernière, ainsi que Williams, passeront d'ailleurs au bloc Renault, en lieu et place du peu performant Cosworth. Autre changement conséquent : le manufacturier unique des pneumatiques n'est plus Bridgestone, mais Pirelli, qui dispose d'un nouveau cahier des charges : offrir du spectacle à la F1 en produisant des pneus avec une durée de vie faible. De plus, dans la même optique, une aide aux dépassements est créée : le DRS (« Drag Reduction System »). Ce système permet d'ouvrir l'aileron arrière de quelques centimètres, ce qui permet d'augmenter la vitesse de pointe en réduisant la traînée aérodynamique. Le double diffuseur, pilier des monoplaces 2010, est également banni.

Concernant les motoristes, les développements suivent les mêmes axes que ceux débutés en 2010 : l'année est dominée par l'utilisation des gaz d'échappements, et est donc dominée par l'équipe Red Bull Renault, porté par un Sebastian Vettel écrasant toute concurrence. La RB7 dispose des fameux échappements soufflés qui permettent de coller la monoplace au sol grâce au travail du RS27. La cartographie du moteur est travaillée afin de continuer à produire des gaz d'échappements même quand le pilote n'appuie plus sur l'accélérateur, ce qui permet de ne pas avoir une trop grande différence entre le niveau d'appui en accélération, ou au freinage. Cela apporte une consommation d'essence un peu supérieure, mais le côté économe du bloc Renault gomme ce problème.

A mi-saison, pour le Grand Prix de Silverstone et devant la pression de la concurrence, la FIA modifie le règlement afin de limiter l'utilisation des diffuseurs soufflés. Mais cela n'empêchera pas la domination de Sebastian Vettel qui n'aura qu'un seul réel concurrent durant cette saison : Jenson Button. Mais même le pilote britannique ne pourra retarder le sacre de l'Allemand plus tard qu'au Grand Prix du Japon, où l'Anglais s'imposera devant Fernando Alonso et le pilote Red Bull, qui y gagnera son second titre.

Durant cette année, les motoristes doivent commencer à préparer un nouveau défi : le développement d'un nouveau moteur 4 cylindres avec un système de récupération d'énergie bien plus évolué que le KERS déjà installé dans les monoplaces. Ce projet laissera finalement sa place à un V6 Turbo après de nombreuses inquiétudes.

En 2012, autant en emporte le souffle...

La saison 2012 sera bien plus serrée que la précédente, en raison de la nouvelle réglementation technique où tout est fait pour resserrer les concurrents en tête. La position de la sortie des échappements est modifiée, ce qui empêchera les équipes de les diriger directement vers le diffuseur, ce qui provoque une perte d'appui conséquente chez certaines écuries, dont Red Bull qui utilisait ce système à la perfection. La hauteur du museau des monoplaces est abaissée afin d'éviter de répéter le looping mémorable de Mark Webber à Valence en 2010 ou encore le harponnement de Michael Schumacher par Vitantonio Liuzzi à Abu Dhabi en 2010, ce qui provoquera l’apparition d'une marche à la jonction entre le châssis et l'aileron avant.

Du côté des motoristes, certaines pièces vont faire parler d'elles et inquiéteront Renault jusqu'à la fin de la saison : Sebastian Vettel sera victime d'abandons lors des Grands Prix d''Europe et d'Italie, à chaque fois en raison de problèmes d'alternateurs. Ce souci mécanique se produira aussi sur les voitures de Mark Webber, son équipier, et de Romain Grosjean, pilote Lotus F1. L'alternateur, alors fourni à Renault par la firme italienne Magneti Marelli, dont on ne parle pas souvent, est pourtant une pièce essentielle dans chaque monoplace. Elle sert à alimenter l'ensemble des circuits électriques de la monoplace et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la pompe à boisson du pilote et par exemple, le fameux ECU qui contrôle le moteur. L'alternateur permet donc de produire l'énergie nécessaire à l'utilisation de tous ces systèmes.

Au final, Sebastian Vettel parviendra à remonter un énorme handicap grâce à 4 victoires consécutives entre Singapour et l'Inde, tandis que Fernando Alonso subit deux abandons en Belgique et au Japon. Mais c'est seulement au Grand Prix du Brésil que Sebastian Vettel sera sacré après une course dans des conditions humides. Le quadruple champion du monde est relégué à la dernière place au bout de quelques virages après avoir vu l'arrière de sa monoplace heurté par une Williams, causant des dommages sans grande gravité aux sorties d'échappement notamment.

En 2013, le V8 tire sa révérence

L'année 2013 est la plus fraîche dans les mémoires, et restera une année de transition autant au niveau du règlement, que des motoristes. Ces derniers ont donc énormément de travail, mais le règlement et les développements étant gelés, leur travail consiste à préparer leur moteur pour chaque course et chaque pilote, tout en basculant la majorité de leurs ressources sur le développement du V6. Au niveau sportif, la première partie de saison a été marquée par les problèmes de pneumatiques de Pirelli, qui ont vu leur point d'orgue lors du Grand Prix de Silverstone, avec quatre délaminations de pneumatiques successives durant la course.

Les pneumatiques étant bien plus délicats d'utilisation que leurs homologues 2012, certaines écuries ont eu beaucoup de difficultés dans leur exploitation, notamment Red Bull qui n'avait pas son niveau de forme habituel, les charges latérales que faisait subir la RB9 aux enveloppes étant trop fortes. Cela profitait donc à Ferrari et Lotus, avec des monoplaces qui excellaient dans la gestion des pneus version 2013. Red Bull gagnait tout de même, avec toutefois plus de difficultés qu'auparavant. Entre le Grand Prix d'Espagne et de Monaco, un autre scandale éclata avec l'affaire du "Testgate", où Pirelli effectua des essais pneumatiques à l'aide d'une voiture et des pilotes 2013 de l'écurie Mercedes.

Après le week-end noir de Pirelli à Silverstone, l'entreprise italienne décida de changer ses pneumatiques, en revenant aux spécifications 2012. Juste avant la trêve estivale, ce fut Sebastian Vettel et Lewis Hamilton qui s'imposèrent respectivement en Allemagne et en Hongrie. Il s'agissait de la dernière course sans victoire pour Sebastian Vettel. L'Allemand enchaîna 9 succès consécutifs, à tel point que de nombreuses remarques furent faites sur la manière dont Red Bull avait progressé, la plus pertinente venant certainement de Mercedes : le moteur RS27 serait à la base de la forme retrouvée de Red Bull et de Lotus. Le travail de Renault en matière de cartographie moteur offre à Red Bull des garanties et est un des éléments de la réussite de l'équipe de Milton Keynes.

C'est dans ces conditions que le dernier moteur V8 retentit le 24 novembre 2013, sonnant la fin d'une ère dominée par Renault. Ce sont en effet pas moins de 60 victoires, 5 titres pilotes et constructeurs, et plus de 40% des victoires de l'époque V8 qui ont été réalisés à l'aide d'un bloc RS27.

La saison 2014 verra le départ de Cosworth, en catimini, et promet une énorme lutte de performances et de fiabilité entre les trois principaux motoristes de l'ère du V8 : Mercedes, Ferrari et Renault. Néanmoins, le gel du développements des performances du moteur aura lieu fin février, et seuls des changements concernant la fiabilité seront acceptés durant la saison.


Une nouvelle ère de la Formule 1 s'apprête à s'ouvrir et sera à suivre sur Motorsinside.com. Vous pourrez trouvez plus d'informations sur ces nouvelles monoplaces dans « Dans les papiers des ingés » afin de « Comprendre tout comme Newey ».


Dans les papiers des ingés, Technique et Moteur Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




14 réactions sur cet article Donnez votre avis
Profx
Profx :
pour nous les vieux , je pense que le plus grand nombre de victoire d un v8 est et restera cosworth ;) mais c etait avant l eclusivite des moteur turbo
c est assez amusant de voir combien la f1 se repete ;)
le dernier moteur non turbo a avoir gagner un gp avant l abandon de l atmosphérique pour le tout turbo sur le plateau etait un cosworth .
Il y a 76 mois
Profx
Profx :
une question : quelqu un aurai les stats de la precedente epoque turbo ? il me semble que renault avait assez bien domine son sujet du cote des gp gagnés. meme si il n ont eu aucun titre de cdm des constructeur et qu aucune ecurie motorisee par l ancien moteur turbo ne l as ete non plus
Il y a 76 mois
Aifaim
Aifaim :
Profx@, www.statsf1.com/fr/moteur-ford-cosworth-aspx
Il y a 76 mois
VENON
VENON :
@profx:erreur mon cher:Ferrari:constructeur et moteur en 1982 et 1983;Mac Laren en 1984 et 1985 avec Porsche;Williams en 1986 et 1987 avec Honda et de nouveau Mac Laren en 1988 mais avec Honda.
Il y a 76 mois
surboumpour4roues
surboumpour4roues :
........du reste pas un mot pour la dernière course du Cosworth , bravo les journalistes nouvelle génération , excepté Ferrari et son v 12 ( du reste trop lourd ) le reste du plateau en V8 Cosworth a fait la f1 pendant 20 ans ! quelques apparitions de motoristes comme Matra , Alfa ou Lambo mais rien de sérieux excepté BRM, Cosworth associé a Ford a dominer le circus , c'est triste que personne ne puisse souligner la période............
Il y a 76 mois
Aifaim
Aifaim :
Surboumpour4roues@, Cosworth, c'est un au revoir, pas obligatoirement un adieu. On ne peut pas dire que le dernier passage de Cosworth en F1 ait été brillant : Ses clients se sont tous débinés (sauf Marussia) !
Il y a 76 mois
Profx
Profx :
@venon ou ai je dit que renault turbo avait gagne un seul titre ? nul part ...
faut arreter la parano et de lire mes posts en travers ou de travers ;)
a l ere turbo renault a imposer le moteur turbo dans sa propre ecurie, une fois retire comme constructeur chassis , lotus a utilise se moteur plusieurs annees et sauf erreur avec pas mal de reussite , avec un ptit jeune que j apreciais a debut de cette epoque avant de le "connaitre" mieux


@surboumpour4roues : ben si vous faites attention a mes posts ici meme , je souligne que justement avant l ere totalement turbo , cosword a ete le plus couronne des moteurs de f1
et sauf erreur il a meme ete le dernier a gagne une course alors que presque tout le plateau etait turbo
Il y a 76 mois
VENON
VENON :
@profx:je n'ai pas parlé de Renault,c'est toi qui dit qu'il te semble qu'aucun teams motorisés par un moteur turbo dans les années 80 n'a remporté le championnat du monde ou constructeur ou moteur et je suppose que tu as reçu une réponse assez précise .Il faudrait prendre un rendez-vous chez Alain Afflelou hein profx!!
Il y a 76 mois
Profx
Profx :
ben je pense que ce n est pas moi qui ai besoin de rendre visite a alain ;)
j ai ecrit que renault avait un beau palmares en moteur turbo , qu il avait impose ce type de moteur , mais n avait pas ete capable ni en temps que team complete (moteur/chassis) ni en temps que motoriste seul de gagner un championnat .
renault pas le turbo
Vu qu a partir de 86 il n y avait plus que des turbo sur la piste cela me parait dur , voir meme impossible qu un non turbo gagne ;)
Il y a 76 mois
VENON
VENON :
@profx:relisez bien votre article qui date de 4 jours et repris ici plus haut et vous constaterez que vous ne savez plus ce que vous dites, mais bon c'est pas grave hein.
Il y a 76 mois
Profx
Profx :
je repete donc encore une fois ce qui est ecrit mais dit un poil autrement : l ancien moteur turbo renault a reussi une belle carriere en nombre de victoire mais n as ete courrone ni en tant que constructeur ou motoriste .
c est plus clair ainsi venon ?
Il y a 76 mois
VENON
VENON :
@Profx:non lis la fin du 2eme article au-dessus de cette page et on lit :il me semble que Renault avait assez bien dominé son sujet du coté des gp gagnés meme si ils n'ont eu aucun titre de cdm des constructeurs et qu'aucune écurie motorisée par l'ancien moteur turbo ne l'a été non plus.C'est plus clair ainsi Profx?
Il y a 76 mois
Profx
Profx :
ben oui , mais je ne parlais pas de l ancien moteur turbo dans l ensemble des marques , vu que je parlais de renault , il s agissait uniquement du moteur turbo de cette marque . cela me paraissait evident , me le parait toujours autant d aileurs ;)
Il y a 76 mois
VENON
VENON :
@Profx:ok mais parfois il faudrait s'appeller Aifaim pour te comprendre hein.
Il y a 76 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.