> > > > Ayrton Senna, le mythe : Imola 1989, la déchirure...

Ayrton Senna, le mythe : Imola 1989, la déchirure...

Pendant l'hiver, Retour de volant vous propose de rouler dans les traces d'Ayrton Senna, triple champion du monde brésilien mythifié après son décès en course le 1er mai 1994. Aujourd'hui, retour sur la déclaration de guerre entre les brillants pilotes de l'équipe McLaren.

© Instituto Ayrton Senna - Rien ne va plus dans le stand McLaren entre Alain Prost et Ayrton Senna.© Instituto Ayrton Senna - Rien ne va plus dans le stand McLaren entre Alain Prost et Ayrton Senna.

Numéro 1. Ayrton Senna est la référence en ce début de saison 1989 ; une première dans sa carrière en Formule 1. Maintenant qu'il a réussi à le graver sur sa McLaren, le plus dur est encore devant lui : conserver cette marque de prestige. Pas sûr que les McLaren-Honda aient encore la marge qu'elles avaient en 1988. Cette année, les moteurs à turbocompresseur laissent la place aux atmosphériques. Ferrari, Williams-Renault ou Benetton-Ford comptent bien récupérer plus que des miettes.

Pourtant, lors de l'ouverture de la saison au Brésil, Ayrton Senna est encore une fois en pole position, avec huit dixièmes d'avance sur le second, Ricciardo Patrese. Pas sûr que le changement de règlement ait transformé la physionomie du plateau. Après un accrochage au premier virage, il termine la course à une anonyme onzième place, loin de son coéquipier Alain Prost, deuxième, et de Nigel Mansell, vainqueur. Personne ne s'attendait vraiment à ce que la Ferrari du Britannique remporte la course, au nez et à la barbe des Mclaren boys mais c'est surtout grâce au talent de Mansell que la n°27 a franchi victorieusement la ligne d'arrivée. En Formule 1, son premier adversaire est d'abord son coéquipier. Et en la matière, Alain Prost est un sérieux client.. Senna se concentre donc sur un Français revanchard comme rival pour le titre.

Confirmation dès la seconde manche du championnat qui se dispute sur le rapide circuit d'Imola, à San Marin. En qualifications, les deux étalons McLaren reprennent les débats là où ils les avaient laissés fin 1988, en reléguant leur premier adversaire, Nigel Mansell, à quasiment une seconde et demi. Sans partage. Au départ, Ayrton Senna s'élance parfaitement de sa pole position et prend la tête juste devant Alain Prost. Au troisième tour de la course, Gerhard Berger, alors cinquième, sort violemment à Tamburello et sa Ferrari s'enflamme.

Tamburello, la courbe tragique où Piquet est sorti deux ans auparavant dans un effroyable accident et dont le destin va être scellé un jour funeste de mai 1994... La course est arrêtée alors qu'on extraie l'Autrichien de sa Ferrari disloquée. Ses jours ne sont pas en danger, heureusement. Il a "juste" quelques brûlures et contusions. C'est un miracle. Un nouveau départ est donné et la course reprend au troisième des soixante-et-un tours. Cette fois-ci, c'est Alain Prost qui prend le meilleur départ mais Senna réagit rapidement en reprenant la tête quelques virages plus loin. Les positions sont figées et Senna s'envole vers sa première victoire de la saison et McLaren-Honda son onzième doublé en dix-huit Grands Prix.

Pacte de non-agression

Sur le podium, l'ambiance est pourtant tendue. Alain Prost a le visage fermé et n'adresse même pas un regard à son coéquipier brésilien. De retour aux stands, le Français s'explique à la presse: « Je suis profondément déçu par le comportement d'Ayrton. Il n'a pas respecté notre pacte de non-agression valable pour le premier tour. Il n'est pas loyal ! » Incompréhension du côté de Senna, qui jure être dans son bon droit. « C'est vrai qu'il y avait un accord entre nous. Mais il stipulait que nous ne devions pas nous attaquer au premier tour. Or en comptant le premier départ, je l'ai dépassé au quatrième tour ! La question ne se pose donc pas. »

Mauvaise foi ou réaction de champion assoiffé de victoire ? C'est en tout cas l'expression d'une dualité exacerbée depuis le début de la saison 1988. Le pari de Ron Dennis de gérer deux pilotes du même calibre s'avère explosif. Payant en terme de résultats, mais destructeur pour la cohésion au sein de l'écurie. A Imola, c'est une véritable guerre qui commence au sein de l'équipe McLaren entre Alain Prost et Ayrton Senna.

Quelques jours plus tard, lors d'essais privés en Angleterre, Ayrton et Alain s'expliquent. Prost, après avoir obtenu les excuses qu'il attendait, en parle à des journalistes, sans penser que cela sortirait dans la presse. C'est pourtant ce qu'il se passe. Une véritable trahison pour Senna. « Sur l'insistance de Ron Dennis, j'ai accepté de m'expliquer avec Alain et on peut effectivement considérer que je me suis excusé. Mais en ayant dévoilé la teneur de notre entretien, Prost a tout cassé. Les choses ne seront plus jamais comme avant. » Le Français renvoie la balle immédiatement. « Je suis quelqu'un d'honnête alors qu'Ayrton ne l'est pas. C'est aussi simple que cela, nous n'avons donc rien à faire ensemble ». "L'affaire Imola" prend des proportions dantesques et les deux hommes ne s'adressent plus la parole. Le rêve de Ron Dennis tombe à l'eau et il se retrouve avec une situation délicate à gérer. Et ce n'est que le début.

(A suivre...)

All Formula 1 video rights belong to the FOM - Formula One Management. The footage is owned by Formula One Management.

Retrouvez les autres articles de la biographie :

Ayrton Senna, le mythe : le funambule n'a pas peur de l'eau

Ayrton Senna, le mythe : "Magic" émerge du déluge
Ayrton Senna, le mythe : d'un souffle...
Ayrton Senna, le mythe : début de règne à Monaco
Ayrton Senna, le mythe : l'aura mystique de "Magic"
Ayrton Senna, le mythe : champion du monde !
Ayrton Senna, le mythe : Quitte ou double à Hondaland
Ayrton Senna, le mythe : Règlement de comptes à O.K. Suzuka
Ayrton Senna, le mythe : Prophète en son pays
Ayrton Senna, le mythe : Gerhard Berger, le meilleur pote
Ayrton Senna, le mythe : Le miracle de Monaco 1992
Ayrton Senna, le mythe : Schumacher, Prost et Williams, sources de frustration
Ayrton Senna, le mythe : "Magic" marche sur l'eau à Donington
Ayrton Senna, le mythe : Prost à la retraite, la fin d'une époque


Retour de volant, Senna et Histoire Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
alpi
alpi :
J'aime beaucoup le "s'empresse d'aller tout raconter aux médias"... Comme souvent (toujours ?) on fait passer Senna pour la victime et Prost pour le **** ! Il est vrai qu'on aime pas bien notre plus grand champion automobile qui a lutté (et le plus souvent battu) Senna, le Dieu (mort), la perfection incarnée, la droiture, l'honnêteté, le respect incarnés, celui qui n'a jamais eu un écart de conduite et qui n'a jamais, ô grand jamais, mis un autre pilote dans les graviers... Si on lui avait retiré définitivement sa licence après le Japon 1990, il ne serait sans doute pas là où il est. C'est tout ce qu'il méritait. Cela ne retire en rien l'immense talent qu'il avait mais arrêtez un peu de toujours écrire bêtement des articles stupides et avec autant de parti pris !
Il y a 76 mois
maranella
maranella :
Disons qu humainement parlant quand on a connu les deux il y a un abysse entre les deux.
Sur la piste les deux tentaient tt pour vaincre mais hors piste ayrton avait des qualités que prost n a jamais eu et n aura jamais.
Les employés qui ont travaillé pour le peu de temps qu'a existé son ecurie vs parleront de son respect d autrui.
Il y a 76 mois
alpi
alpi :
pour en avoir parlé avec René Arnoux et le neveu de Jacques Laffite, Prost n'est peut-être pas un modèle d'altruisme, de respect des autres etc... mais il n'a jamais mis la vie des autres en danger sur une piste et n'était pas près à tout pour gagner. Sinon, il serait resté chez Williams en 1994 et Senna n'y aurais pas mis les pieds ! Cela lui aurait sauvé la vie d'ailleurs ! Etonnant le destin non ?
Il y a 76 mois
Profx
Profx :
alpi si prost etait reste chez williams , senna y serai aller quand meme;)
pourquoi aurait il renoncer a sa seule chance d etre titrer encore ?
Il y a 76 mois
Kart'in
Kart'in :
Je suis assez d'accord avec Profx et puis on ne peu pas réécrire l'histoire ; pour ce qui est de l'article il est plutôt assez réaliste même si certaine vérités sont difficile a admettre , quelqu'un comme Ron Dennis était le mieux placé pour savoir le pourquoi des disputes prost /Senna.Ce que je retiendrais c'est que c'était génial sur la piste en tant que spectateur.
Pour ce qui est d'Ayrton je dirait qu'il n'avait plus grand choses à prouver (surtout au volant d'une F1) depuis 1993 et aussi bien sportivement qu'humainement, considéré par tout les pilotes de son époque comme l'homme à battre il était reconnu et respecté par les plus grand nom de la F1 ( Fangio, Stewart, Lauda.)Dans le livre "Senna croisements d'une vie" pour ce qui l'on lu ,on y découvre un personnage surdoué , avec un grand sens des valeurs et de l'amitié. Meilleurs V?ux 2014!
Il y a 76 mois
ErnarhdHendrickson
ErnarhdHendrickson :
En 1994 il dégage de chez Williams comme le parasite arrogant qu'il était, il a du battre Senna en qualifie une seule fois sur toute leur cohabitation, et lorsqu'il battait Senna c'etait sur abandon, Prost le dit lui même lorsqu'ils étaient dans la même écurie, le but de Senna n'etait pas la victoire c'etait l'humiliation. Pour en revenir a 94 mon cher alpi ma mémoire me fait défaut mais Prost ne comprenait pas comment Senna pouvait prendre un tour à Hill au bout de 10 tours.
Comme Lauda le dit parfaitement il est le meilleur pilote de F1 de l'histoire et à côté de lui les autres ne tiennent pas la comparaison, même si évidemment il ne faut pas oublier Clark.
Il y a 74 mois
alpi
alpi :
Non Profx ! Prost avait une clause qui empêchait Williams de recruter Senna tant que Prost y serait ! Donc, Senna n'y serait pas allé en 1994 ! On ne peut pas dire tout et n'importe quoi. Les contrats ne servent pas à rien et Senna n'a pu rejoindre que parce que Prost quittait l'écurie !
Il y a 74 mois
alpi
alpi :
@ErnarhdHendrickson,
ce que tu penses de Prost, je m'en balance totalement et tes propos sont nuls en plus d'être faux. Regarde les stats avant de vomir ta haine car un peu d'objectivité ne nuit pas...
Après, ce que pense Lauda et ce que tu penses de Senna, meilleur pilote de l'Histoire, ce débat ne m'intéresse pas car il est ne vaut pas plus que tes autres propos : c'est de la subjectivité pure !
Il y a 74 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.