> > > > Retro : La Lancia D50

Retro : La Lancia D50

Petit coup d'oeil dans le rétro avec la Lancia D50 qui permit à Fangio de décrocher le titre mondial 1956 pour le compte de la Scuderia Ferrari...

Martini devrait revenir en F1 cette saison avec l'écurie Williams. L'occasion, peut-être, de revoir une livrée qui a marqué l'histoire des sports mécaniques dans différentes catégories. En ce qui me concerne, lorsqu'on évoque Martini je pense avant tout aux Lancia du championnat du monde des rallyes. Lancia qui a été engagée en F1 dans les années 50 avec la Lancia D50.

C'est en 1953 que débute le travail de développement de cette monoplace qui devait faire ses débuts en Argentine pour l'ouverture du championnat 1954. Mais ce n'est qu'en Espagne, dernier Grand Prix de la saison que la D50 fit enfin son apparition. Une première sortie prometteuse puisque Ascari s'adjugeait la pole avec une avance d'une bonne seconde sur la Mercedes de Juan-Manuel Fangio.

Cette Lancia se distinguait de la concurrence par ses réservoirs disposés de part et d'autre de la carrosserie entre les roues avant et arrière. L'objectif était d'obtenir une meilleure répartition des masses, de réduire le poids et d'améliorer la maniabilité. Avec 620 kilos sur la balance la D50 était plus légère de 70 kilos que la W16 de Mercedes.

En Espagne, Ascari prenait rapidement la poudre d'escampette avant de devoir abandonner après seulement 10 tours. Malgré cette mésaventure, l'optimisme était de mise pour 1955.

Un optimisme qui allait être de courte durée. A Buenos Aires, Ascari, victime de la chaleur accablante, part à la faute alors qu'il menait l'épreuve. A Monaco, l'Italien héritait tout juste de la tête de la course après l'abandon de Stirling Moss. Mais, au 81ème passage, alors qu'il devançait Maurice Trintignant, Ascari loupa son freinage à la chicane du port et tira tout droit dans l'eau, sans trop de dommages.

Deux semaines plus tard, le pilote est au volant d'une Ferrari 750S pour une séance d'essais à Monza. Il perdit le contrôle de son bolide dans le virage Vialone. Accident qui causa la mort du double champion du monde. La disparition d'Ascari mit un frein au projet F1 de Lancia qui se présenta encore à Spa-Francorchamps.

La D50 connu cependant une deuxième vie avec Ferrari. Enzo Ferrari persuada Fiat de financer le rachat des monoplaces de Lancia. Un achat judicieux puisqu'il permettra à la Scuderia de remporter cinq victoires sur les huit manches de la saison 1956 et le titre mondial avec Juan-Manuel Fangio. Un titre qui aurait pu échapper au duo puisqu'à Monza, dernière épreuve du calendrier, l'Argentin était contraint à l'abandon suite à une suspension cassée. En repassant par les stands, Peter Collins vit Fangio hors de la voiture et lui céda la sienne permettant ainsi à Ferrari de décrocher le titre des pilotes.


La chronique Pitstop, Histoire et Exclusivité




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Désolé, Benoît, mais c'est Jean Behra qui mettait la pression sur Ascari, suite à l'échange de voiture avec le jeune Perdisa dont c'était le premier grand prix. Je n'ai pas mes archives avec moi, mais il me semble que Ascari a glissé sur l'huile répandue par la Mercedes.
En ce qui concerne la 750S (un proto), son instabilité chronique causa tant d'accidents qu'elle sera surnommée "la tueuse" ...
Il y a 76 mois
Aifaim
Aifaim :
La légende de la photo n'est appropriée puisque c'est Alberto Ascari et son célèbre casque bleu ciel qui est au volant, donc elle date de 1954 ou 1955.
Il y a 76 mois
La rédac'
La rédac' :
@Aifaim

Merci de vos retours. Si la légende n'était pas fausse, elle prêtait effectivement à confusion. Nous l'avons complétée.

Pour Monaco 1955, c'est en fait Maurice Trintignant - futur vainqueur - qui suivait Ascari au moment de son accident. L'article est corrigé en conséquence !
Il y a 76 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.