> > > > Officiel : Domenicali démissionne et Mattiacci le remplace chez Ferrari

Officiel : Domenicali démissionne et Mattiacci le remplace chez Ferrari

La nouvelle est désormais officielle : Stefano Domenicali a décidé de quitter son poste de directeur de l'écurie Ferrari. Il sera remplacé par Marco Mattiacci.

© Fan-F1 - Du changement à la tête de la Scuderia© Fan-F1 - Du changement à la tête de la Scuderia

La rumeur avait pris corps, plus encore, dans la matinée et elle est désormais avérée : Stefano Domenicali quitte le poste de directeur de la Scuderia Ferrari, qu'il occupait depuis janvier 2008.

L'Italien a tenu à expliquer sa décision et à remercier toute l'équipe pour ces 5 années : « Il y a des moments spéciaux dans la vie professionnelle de tout le monde, quand nous avons besoin de courage pour prendre des décisions difficiles et très déchirantes. C’est le moment pour un changement significatif. En tant que directeur, je prends mes responsabilités, comme je l’ai toujours fait, pour notre situation actuelle. La décision a été prise dans le but de faire quelque chose pour remuer les choses et pour le bien de ce groupe de gens dont je me sens proche. »

« De tout mon cœur, je veux remercier tous les hommes et les femmes de l’équipe, les pilotes et les partenaires pour les merveilleuses relations que nous avons apprécié toutes ces années. J’espère que très bientôt, Ferrari sera de retour où elle mérite d’être. Mes derniers mots de remerciements vont vers notre président, pour m’avoir toujours soutenu, et à tous nos fans. Je regrette seulement que nous n’ayons pas été capables de récolter ce que nous avons travaillé si dur à semer ces dernières années, » a-t-il indiqué dans un communiqué.

Luca di Montezemolo, de son côté, salue le travail de Domenicali et présente son successeur : « Je remercie Stefano Domenicali pour son dévouement constant et ses efforts, mais aussi pour le grand sens des responsabilités dont il a fait preuve, même aujourd’hui, en plaçant les intérêts de Ferrari avant tous les autres. Je tiens Domenicali en haute estime et je l’ai vu grandir professionnellement sur les 23 années durant lesquelles nous avons travaillé ensemble, je lui souhaite tout le succès pour le futur. »

« Je veux aussi souhaiter le meilleur à Marco Mattiacci, que je sais être un manager très considéré et qui connait bien l’entreprise. Il a accepté ce challenge avec enthousiasme, » conclut-il.

Marco Mattiacci était, jusqu'à aujourd'hui, le président de la branche américaine de Ferrari pour l'Amérique du Nord, s'occupant des ventes de voitures. Il a rejoint Ferrari en 1999 et n'a jamais eu de fonctions liées au sportif pour la marque italienne. Il a aussi occupé les postes de directeur des ventes en Amérique du Sud, au Moyen-Orient, en Russie, en Finlande et enfin, en Asie-Pacifique.

Plus d'informations et de déclarations à suivre...


Sondage : Pensez-vous que l'échec de Ferrari depuis 2008 est avant tout celui de Stefano Domenicali ?




Ferrari, Domenicali Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




36 réactions sur cet article Donnez votre avis
steph
steph :
Un F1 ne se construit pas avec un seul homme. il a sans doute des responsabiltés dans ce qui se passe mais c'est le team au complet qui doit se remettreen question.
j'attends de voir mais à mon avis, la saison est déjà pliée pour la SF
Il y a 56 mois
Fuckthebitch
Fuckthebitch :
Qui est Mattiacci ????
Il y a 56 mois
amd
amd :
j'ai l'impression que le problème c'est Luca di Montezemolo
Il y a 56 mois
Grand tout sec
Grand tout sec :
Voila une nouvelle qui devrait ravir les fans de Ferrari.
Il faut dire qu'après le dégout de Luca di Montezemolo au dernier grand prix, à bien y réfléchir les jours de Domenicali devaient commencer à être compté.

Maintenant si son remplacant est un novice dans le domaine de la F1 et même du sport automobile par sur que Ferrari soit très vite devant.
Enfin attendons, je peux me tromper.
Il y a 56 mois
elegies
elegies :
La Question, c'est pourquoi Ferrari n'avance plus ?
Ils ont les pilotes, la soufflerie et le pognon, pourquoi ils sont a ce niveaux ? Manque de cerveaux ?
Il y a 56 mois
Aifaim
Aifaim :
steph@, vous avez probablement raison : "la saison est pliée" pour l'un ou l'autre des titres car je doute que Ferrari soit en capacité de créer un nouveau châssis d'ici l'an prochain.
A priori, avec des options, des qualités et faiblesses différentes, le propulseur italien est peu ou prou au niveau de celui de Renault mais la monoplace est inférieure à la RedBull, ce qui l'empêche de compenser son handicap vis-à-vis des Mercedes clients. Bien sûr, il y aura des jours meilleurs qu'à Bahreïn, le podium est envisageable mais pour la victoire, à moins de circonstances exceptionnelles, ce n'est pas aujourd'hui quelque chose d'acquis. Et c'est dommage ... Pourvu que je me trompe !
elegies@, "manque de cerveaux ?" En nombre, probablement pas mais en hyper-compétence, peut-être et, comme Renault, en recherche du top-top, il y a eu un manque révélé par l'option choisie par Mercedes.
Il y a 56 mois
arno
arno :
Fin 2006 la scuderia a du faire face aux départs de Todt, Brawn, Martinelli et Schumacher, les deux années suivantes se sont plutôt bien passés avec 3 titres à la clé.

Et là nous attaquons la saison 2009 tournant charnière de la formule 1 elle voit l'introduction du KERS voit le jour et ou les essais d'avant sont réduis de moitié passant de 30000km à 15000km et ou les essais libres sont interdits.

La scuderia à partir de cette année n'a jamais était capable de produire une monoplace performante sans pour autant être larguée jusqu'à cette année et l'arrivée du V6 turbo hybride.

Je pense qu'elle doit revoir profondément ces méthodes de travail et que le départ de Domenicalli peut être salutaire mais qu'il ne changera pas grand choses sur les performances de cette saison.
Il y a 56 mois
bertayo
bertayo :
@arno : Todt quitte la Scuderia fin 2007, mais effectivement, c'est depuis 2009 et l'interdiction des essais privés en cours de saison que Ferrari a perdu en performance.

Je pense que Ferrari prépare plutôt 2015, en renouvelant la tête pour changer la mentalité du groupe qui était peut-être habitué à Stefano.
Il y a 56 mois
arno
arno :
Todt devient administrateur délégué fin 2006 pour assurer la transition avec Domenicali et il quitte la scuderia au début de la saison 2008.
Il y a 56 mois
Pedrolito
Pedrolito :
Je ne pensais pas que Montezemolo nommerait un homme d'affaire, et je reste sur ma faim. Ç'aurait été en intérim, pourquoi pas, mais là...

Je m'attendais plutôt à un grand chambardement avec l'annonce des noms qui parlent. On a un inconnu au bataillon, visiblement sans expérience dans le sport automobile.

Va-t-il falloir espérer et attendre que Montezemolo saute lui-même (vu qu'il semble qu'il soit attaqué en ce moment) pour voir la mise en place d'une équipe technique avec un projet solide ???
Il y a 56 mois
Profx
Profx :
le gros soucis de ferrari , il leur faut limer le bitume pour tester des soluces avant de les utiliser en course

avant l interdiction des essais prive , je pense qu ils etaient de loin ceux qui en faisaient le plus
Il y a 56 mois
milano
milano :
Je suis sur le cul , malgrés les performances non satisfaisante de Ferrari je ne m'y attendez pas du tout encore moins en tout début de saison !

L?échec est il à mettre sur son compte ? je pense que non enfin le changement peux aussi faire du bien à voir l'année prochaine pour des comparaisons à moins que les progrés ne viennent plus vites .
Il y a 56 mois
manu
manu :
Enfin, montezemelo a finit par écouter les griefs de Nando, sa conversation avec nando à l'hôtel à Barhein a cette foi porter ses fruits.
domenicali parti, vous allez voir que la performance des rouges sera au RDV. Nando a toujours dit que domenicali plombe les rouges
Il y a 56 mois
darkmika31
darkmika31 :
@elegies :
"La Question, c'est pourquoi Ferrari n'avance plus ?"
En effet, telle est la question.
Je proposerais 3 pistes, assez polémiques malheureusement. Tant pis je prends le risque de livrer une opinion, en espérant n'offusquer personne.

1] L'italianisation de l'écurie a été un très mauvais signal, car elle sous-entend une préférence nationale au détriment d'une sélection par le talent uniquement. Rien que le fait de le savoir, même inconsciemment, ce n'est pas l'idéal pour le rendement d'une telle entité. En regardant le doc de canal+ sur la Scuderia (dont un lien youtube était proposé ici-même la semaine dernière), j'ai été très marqué par l'amour viscéral, évident, qui caractérise les employés du cheval cabré. Mais émotion débordante et recherche de la performance absolue font-elles bon ménage ?

2] Pour avoir travaillé avec des industriels italiens par le passé, j'ai pu me rendre compte de leur extrême compétence technique, en rien inférieure à qui que ce soit... mais aussi de quelques traits culturels qui malheureusement nuisent à l'efficacité : une tendance latine à l'optimisme ("tutto va bene"), et un certain sens de la désorganisation. Des petits travers qui coûtent cher, quand on navigue dans un environnement hautement complexe et hautement compétitif. Des petits travers qui ont amené les décideurs de Ferrari d'il y a 20 ans à confier les rênes d'une équipe à la dérive à un Français, Jean Todt. Qui lui-même s'est entouré de cadres britanniques (Ross Brawn & James Allison notamment) et allemands (Michaël Schumacher), pour chasser au quotidien chaque imperfection, chaque approximation, et pour réduire au maximum la part d'imprévu et d'improvisation. Des maréchaux au sang froid, méthodiques à l'excès, pour mener des troupes amoureuses transies de leur étendard. Résultat : un redressement pas-à-pas, continu et durable, jusqu'au faste du début des années 2000... avant la stagnation et le déclin.

3] Je joue ma vie, mais ... Fernando Alonso. Brillantissime pilote, assurément... Le meilleur ? Peut-être, nul ne saurait le dire avec certitude, en tout cas c'est lui qui a fait chuter le Kaiser Schumacher au sommet de son art. Je n'oublierai jamais Imola 2005, où Alonso a contenu avec maestria un Schumi nettement plus rapide sur les 10 derniers tours .
Mais... l'atout majeur d'une équipe peut se retourner contre elle, s'il joue moins le jeu collectif que le jeu personnel. Alonso est devenu trop politique, trop dominant, trop encombrant oserais-je dire, pour une Scuderia à la peine sur le plan technique et sportif. En même temps qu'il tire Ferrari vers le haut sur la piste, Alonso tyrannise et tétanise son équipe, l'empêchant paradoxalement de progresser. Pour moi le paroxysme a été atteint l'année dernière :
- Sepang : pourquoi personne sur le muret n'est capable d'imposer à Alonso de rentrer pour changer son aileron AV à la fin du 1e tour ? Aileron AV cassé dans le diffuseur de Vettel sur une faute de pilotage, pas de pb c'est arrivé aux plus grands, mais alors pourquoi la Scuderia endosse en plus la responsabilité totale du maintien en piste ?
- Monza : l'épisode des "génies" de la qualif
- les critiques à peine voilées sur sa voiture, certains avec un palmarès plus étoffé ont été remerciés pour ce genre de propos par le passé
- l'interview grotesque où Alonso soutient qu'il est à l'origine du recrutement de Räikkönen pour 2014, ce serait lui-même qui l'a proposé...

Bref, depuis 2008, un enchaînement de décisions malencontreuses et de situations défavorables qui ont amené petit-à-petit à la situation actuelle de la Scuderia. Tout aurait pu être différent au soir du dernier GP en 2010, et en 2012...
Il y a 56 mois
Ayrton
Ayrton :
C montezemachin qu'il faut changer aussi !!
Il y a 56 mois
Aifaim
Aifaim :
Ayrton@, peut-être que Ferrari garde le meilleur (sic !) pour la fin ..?
Il y a 56 mois
Sid
Sid :
De mon point de vue, ce qu'il manque à la Scuderia, c'est un chef d'orchestre, un vrai, un bon, comme Todt a pu l'être, qui en impose et qui sait se faire respecter, même de son pilote vedette multi-récompensé. Un chef d'orchestre qui sait aussi s'entourer, notamment sur la stratégie, parce que là, depuis 2013, c'est vraiment pathétique!!

Ferrari a de la ressource, mais ne sait pas l'exploiter : le fait même qu'ils n'aient pas su anticiper leurs problèmes de soufflerie montre à quel point les têtes pensantes de la Scuderia ne savent pas se projeter dans l'avenir.

Quant à Alonso, de mon point de vue (et pourtant, je suis fan), sa chance chez Ferrari, c'était 2012 et le voir dire qu'il accueille Raikkonen à bras ouvert, je trouve cela d'une mauvaise foi confondante sachant qu'il doit l'estimer en grande partie responsable de son échec 2012 et que l'annonce de l'arrivée de Kimi en 2013 sonnait pour lui comme un véritable désaveu (ses courses s'en étaient clairement ressenties d'ailleurs).

Aujourd'hui, si je reprends l'une de ses déclarations d'après qualif à Sepang, son objectif, c'est d'être devant Kimi, point barre (et quand on voit ses départs 2014, on n'en doute pas) et je ne pense pas qu'il fasse plus d'effort que cela, à part peut-être pour les GP qui lui tiennent à c?ur, comme Barcelone...

C'est bizarre, sûrement faux d'ailleurs, mais Ferrari, en ce moment, me fait penser à la période Berger-Alesi, avant que Todt n'aille faire son marché chez Benetton...
Il y a 56 mois
arno
arno :
Ferrari ce n'est pas qu'une écurie de Formule 1 c'est avant tout un constructeur automobile et la gestion de Montezemolo n'est sur ce point là aucunement critiquable..

Il a redressé les comptes de l'entreprise qui était déficitaire, et sous sa coupe le CA a été multiplié par 5 et le cours de l'action par 10,

Montezemolo fait un très bon travail à la tête de Ferrari et il n'y a aucune raison de le remplacer.


Il y a 56 mois
Wicou
Wicou :
Bien comme plusieurs, j'ai été très surpris par cette nouvelle. Ce n'est pas la première fois qu'on annonçait que Domenicali allait perdre gros, mais je ne pensais pas que cela arriverait en début de saison.

Ce départ me laisse perplexe : comme dit plus haut, cela peut être facilement interprêté comme un abandon de l'année 2014... Vraiment ? Je veux dire, après les saisons 2011 et surtout 2012 où la Scuderia s'est battue avec acharnement, j'en espérais tout de même plus pour cette saison...

Par ailleurs, je rejoindrais Darkmika sur le fait que si Domenicali doit effectivement porter la responsabilité des échecs de la scuderia (c'est lui le chef après tout), je pense qu'il est loin d'être le seul fautif. Si la Scuderia sous l'ère Alonso s'est montrée battante et capable de revenir malgré un retrait technique et de gagne l'ingagnable (2011, 2012), elle semble également avoir acquis un vice de trop plein de confiance ce qui lui a fait perdre l'imperdable (fin 2010, 2012, début 2013). Donc le changement radical de personnalité à la tête qui s'annonce va peut être permettre de ressaisir un peu l'équipe. Et peut être de rappeler qui est le chef ?
Il y a 56 mois
 maranella
maranella :
@darkmica
Je trouve ton analyse très juste et en rien sujette à une polémique quelconque.

Jean todt avait su créer une équipe internationale gagnante et di montezzemolo a eu la patience que la structure se mette en place et gagne cela n'a pas été immédiat.

Depuis son départ certains n'ont eu de cesse de démanteler cette structure a commencer par organiser le depart de j todt et son remplacement ainsi que l equipe.

Le venue d alonso et de sa domination morale sur le team a accru cette dégénérescence du team.
Cette année le recrutement de kimi n est pas anodin et est un message direct envers alonso.

Il faudra un peu de temps pour qu une structure gagnante se régénère
Il y a 56 mois
gillos
gillos :
He mec juste pour info il y avait pas de Jean Tod Brown ou Schumacher pour faire de Ferrari le top de la F1 simplement Ferrari élabore ces voitures tout seul sans racheter ces concurrents plus performant !! Exemple Renault Williams Renault Benetton résultats champion du monde Renault seul? Zéro pointé incapable de produire une F1 complète absolument zéro dernière tentative on transforme en lotus et toujours zéro alors on critique Ferrari ho la la autre exemple Mercedes hi hi ByHonda Ros Brown et tuti quanti tous ces alliances pour faire tomber le cheval cabré !! Quand ils auront le palmarès de Ferrari on discutera
Il y a 56 mois
fred197
fred197 :
comme je vois, Ferrari retombe dans ses travers du passé, des que les résultats ne suivent pas, ils faut que des têtes tombent comme Fiorio et Prost à une certaines époques
bon, apres Domenicali, qui sera le prochain à faire les frais en cas de nouvelle échec?
Il y a 56 mois
gillos
gillos :
Réponse à sid !!! problème de soufflerie ignorant tu arrive à prédire un tremblement de terre qui endommage ta soufflerie alors quest ce que tu attends construit une F1 et montre nous t'est vraiment un grand **** naisseur
Il y a 56 mois
fred197
fred197 :
je pense plutôt que le problème est plus en profondeur, que cela remonte à 2009 et qu'ils n'ont pas su tirer des leçons de leurs erreurs passées
peut etre que cela remonte à plus longtemps même, à l'époque qu'ils dominaient et ils se sont sans doute reposer sur leurs lauriers
maintenant, ils se rendent compte qu'ils sont à leur tour largués, et qu'ils essaient en vain de ratrapper le temps perdus, mais que c'est peut-etre déjà trop tard ou qu'il faudra encore beaucoup de temps pour revenir au sommet comme au début de la venue de Todt, Schumacher et compagnie
Il y a 56 mois
Ford_Escort
Ford_Escort :
C'est sûr qu'après avoir vu la gueule de Luca Cordero di Vazymolo (copyright Lionel Froissart) au dernier grand prix, on sentait ça venir (il a même quitté le circuit avant la fin du GP).

Par contre, le remplacer en début de saison, c'est se tirer une balle dans le pied; ajouter à ça son remplacement par un VRP à qui il faudra le reste de la saison pour prendre la mesure de la maison Ferrari F1 ...

La chose a quand même quelque chose d'intéressant; je m'explique; on a dans nos pays latin une culture de l'homme providentiel, une sorte d'architecte autour duquel tout tourne (voir les espoirs délirants placés dans le président de la république à chaque élection); et si, comme le dise ici au sujet de Alonso, cette emprise excessive était à l'origine d'un déséquilibre ! Et s'il n'était pas temps d'avoir un rééquilibrage entre les pilotes, les ingénieurs, et les managers (un peu ce que l'on voit chez Red Bull et Mercedes) ?
Il y a 56 mois
darkmika31
darkmika31 :
@arno :
Totalement d'accord avec vous.
Di Montezemolo n'a pas vraiment une tête de fusible... Ne pas oublier qu'il gravite autour de Ferrari depuis 1973, et que son rôle principal est de vendre des voitures. Faire gagner la Scuderia, c'est le rôle du directeur de l'entité F1, qui n'est qu'une partie de l'activité de Ferrari.
C'est comme si on demandait la tête de Carlos Ghosn parce qu'il manque des cv au V6 Renault...
Il y a 56 mois
Profx
Profx :
euh il a pas commence justement dans la partie f1 ?
Il y a 56 mois
darkmika31
darkmika31 :
@maranella :
Alors je crois qu'on est en ligne sur à peu près tout. :)
Je pense comme vous que Di Montezemolo a été excédé l'an dernier par la tournure des événements au sein de l'équipe, et que le retour de Räikkönen a pour but de recentrer Alonso sur son coeur de métier. C'est donc un message clair : "La direction dirige, le pilote pilote". Ca tombe bien, c'est exactement la conception du Finlandais, qui est également un des rares pilotes à avoir les épaules pour donner la réplique à Alonso.
Maintenant, le départ de Domenicali sonne comme un 2e coup de tonnerre, il était l'un des principaux artisans de la mise à l'écart de Räikkönen au profit d'Alonso en 2009. Ce n'est pas dirigé contre le pilote espagnol, mais ça concrétise la fin d'un cycle, et la naissance d'un nouveau projet, tout comme le retour de James Allison.
Avec ou sans Alonso ? Je pense rétrospectivement que c'était l'ordre du jour de l'entretien privé de Bahreïn, dont l'annonce m'avait décontenancé la semaine dernière.
Je me demande si les ambitions légitimes d'Alonso (disposer du matériel pour redevenir champion du monde à court terme) et les ambitions légitimes de Ferrari (revenir au sommet => au mieux à moyen terme, quand on voit le déficit par rapport à Mercedes et à RedBull) ne vont pas se télescoper.
Si tel était le cas, ce serait dommage de voir le couple Ferrari / Alonso se séparer avant de décrocher un titre, mais c'est la loi du sport !
Et puis un qui serait aux anges... ce serait @surboumpour4roues, qui nous aurait alors annoncé la nouvelle en avant-première mondiale !! ^^ ^^
Il y a 56 mois
rico
rico :
Un nouvel homme est entré dans l?équation hier, Bob Bell. Le directeur technique de Mercedes s?en ira à la fin novembre. Sa destination n?est pas connue et il pourrait intéresser Ferrari.

Quoi qu?il en soit, Ferrari devra mettre à la tête de la Scuderia un homme capable de galvaniser ses troupes et calmer Fernando Alonso et Kimi Raikkonen, qui auraient joué un rôle certain dans le départ de Domenicali.

Encore un coup TORDU de cet has been fernando , honte à lui de cafter sur le dos de Domenicali car si Ferrari ne gagne pas avec lui c'est bien de sa faute, battu à plat de couturex4 fois par Vettel
Il y a 56 mois
eric974
eric974 :
Les taxis rouges ont eu raison de Domenicali qui par sa démission en assume la responsabilité. Mais en nommant un homme d'affaire à la tête de la scuderia celle-ci ne montre , à mon avis,comme Lotus que les rouges sont dans le flou total.
De toute façon avec un moteur trop lourd qui est gelé pour cette année il ne faut pas s'attendre a des miracles la reconstruction sera longue et commence par mettre les bonnes personnes aux bons endroits aux bons moments.
La bonne nouvelle de la nomination de Mattiaci est sans doute pour Gene Hass qui pourrait peut être récupérer un moteur Ferrari pour son équipe vu le passé de Mattiaci sur le sol américain.
Il y a 56 mois
rico
rico :
Tant qu'on ne maîtrise pas les velleités de Fernando à à ne plus faire de la politique mais à piloter, ferrari sera toujours dans la mouise. A ce rythme, ferrari va finir par virer aussi Pat Fry qui est déjà dans une mauvaise posture et qui n'acceptera pas encore la venue d'un autre directeur ....

Briatore finira par diriger ce team, lui qui a la capacité de débaucher qui il veut, à part le pr Newey qui refuse catégoriquement de venir chez les rouges.
Maintenant qu'Aldo Costa est dans le secret de Dieu sur le moteur Mercedes, je ne suis pas étonné que lui aussi va se faire débaucher à coup ce centaine de millions d'euros.lol

Il y a 56 mois
darkmika31
darkmika31 :
@rico :
Bonjour,
Vous dites que les pilotes Ferrari ont joué un rôle dans l'éviction de Domenicali. Personnellement, j'en doute un peu : Alonso, parce que Domenicali est celui qui l'a fait venir chez Ferrari, qui lui a donné les pleins pouvoirs et qui l'a toujours soutenu; Räikkönen, parce qu'il vient juste d'effectuer son retour, et parce que ce genre de jeux d'influence ne l'intéressent pas.
Très honnêtement, je pense que cette décision est juste celle d'un patron (Di Montezemolo) qui fait un constat d'échec à la tête d'un de ses départements (l'entité F1), et qui prend les mesures qu'il juge bonnes. Je rajouterais que cette éventualité avait même dû être discutée entre lui et Domenicali avant la saison : "si 2014 n'est pas l'année du retour au 1e plan, je serai dans l'obligation de te remplacer". Tout simplement parce que ce bouleversement de réglementation était la dernière chance pour Domenicali d'améliorer un bilan peu flatteur depuis 2009, en regard des moyens colossaux dont dispose la Scuderia.
Ce qui me peine un peu pour Domenicali au final, qui a une personnalité attachante, c'est qu'à très peu de choses près en 2008, 2010 & 2012, il aurait eu 3 titres pilotes en plus dans la besace, et la question de sa légitimité ne se serait peut-être même pas posée. Mais bon, ainsi va le sport, et avec des si... on referait toute l'histoire de la F1 ! :)
Il y a 56 mois
Sid
Sid :
@Gillos

Il n'ait nul besoin de m'insulter sous prétexte que nous ne partageons pas le même point de vue sur Ferrari.

Mais je vous remercie de confirmer mon argumentation sur le manque de prévision de Ferrari, et par là, l'absence d'un bon chef d'orchestre à sa tête!! Parce que si je reprends vos post, si leur soufflerie était défaillante, c'était parce qu'elle aurait subi des dommages suite au tremblement de terre qui a eu lieu dans la région... Si c'est vrai, cela voudrait dire qu'il n'y a eu personne chez Ferrari pour se dire, suite à cet événement, que ça serait bien de faire une vérification globale de cet équipement et de faire un suivi...
Une soufflerie, comme n'importe quel équipement stratégique dans n'importe quelle entreprise, ça s'entretient, ça s'étalonne et surtout, ça se vérifie, c'est de l'autocontrôle!! Et avec un équipement aussi sensible qu'une soufflerie pour une écurie de F1, je ne pense pas qu'il faille mégoter sur la vérification...

Que Ferrari ait mis plus d'une saison à réaliser les écarts entre la soufflerie et le réel, à identifier la cause et trouver une solution, me pousse à penser qu'il manque un véritable patron à cette équipe...

Et, au passage, mes propos ne remettent pas en cause l'historique de Ferrari mais depuis 3-4 saisons et jusqu'à ce jour, elle n'est juste pas à la hauteur de sa légende!!!
Il y a 56 mois
arkansis
arkansis :
Une équipe de F1 qui réussie, c'est une question d'alchimie de compétences humaines et d'interprétation de règlement technique, sans parler des moyens techniques et financiers qui sont prépondérants.

La moindre faille en F1 empêche de concrétiser. Donc si Ferrari ne s'en sort pas en ce moment, la cause peut être l'alchimie humaine comme tout autre chose.

Si le problème est bien cela, Ferrari remontera, si ce n'est pas cela, le résultat sera pire et la faute reviendra totalement et impartialement cette fois-ci à Montezemolo.
Il y a 56 mois
darkmika31
darkmika31 :
@arkansis :
Je me dois de réagir, car je crois que c'est la 1e fois que je ne suis pas d'accord avec vous !! :)

Je ne vois pas en quoi Di Montezemolo serait fautif, vis-à-vis des échecs de la branche F1. Vous citez :
- "l'alchimie de compétences humaines" -> c'est au directeur de la Scuderia de la créer et de l'entretenir, en recrutant les bonnes personnes aux bons postes, et en mettant en place des méthodes de travail. Pour cela, il faut lui laisser un peu de temps pour concrétiser sa vision, et c'est justement ce qu'a fait Di Montezemolo avec Jean Todt (avec succès, mais après 6 ans de patience quand même), puis avec Stefano Domenicali (avec moins de succès, certes).
- "les moyens techniques et financiers qui sont prépondérants" -> Di Montezemolo les fournit à la Scuderia.
- "l'interprétation de règlement technique" -> je pense que ce n'est pas à lui de rentrer dans ce niveau de détail...

Plus généralement, je ne dis pas que c'est votre cas, mais je rigole doucement quand je lis que Di Montezemolo doit dégager, que c'est un incapable. Ce Monsieur a juste redressé l'entreprise Ferrari, dont le but principal n'est pas de gagner en F1, faut-il le rappeler, mais de vendre des voitures et de dégager du profit. Il est l'homme de confiance de la famille Ferrari depuis les 70's, avec tout ce que cela peut représenter dans un pays comme l'Italie. Il est plus que personne l'incarnation de Ferrari, et quand il parle, tout le monde se tait, même si on s'appelle Michael Schumacher ou Fernando Alonso.
Il y a 56 mois
arkansis
arkansis :
Ce que j'ai voulu dire c'est que Di Montezemolo a fait le pari de croire que le problème est d'ordre humain en faisant tomber des têtes, et que si ça ne change rien, cela peut prouver que le problème n'est pas d'ordre humain, ce qui peut révéler un manque de discernement de sa part, qui au final risque à ce moment là de jouer en sa défaveur.
Il y a 56 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.