> > > > Les 20 ans du décès d'Ayrton Senna : témoignage de Ron Dennis

Les 20 ans du décès d'Ayrton Senna : témoignage de Ron Dennis

Le 1er mai 1994 a vu la mort d’Ayrton Senna sur le circuit de Saint-Marin, 20 ans plus tard le monde de la F1 célébrait ce triste anniversaire. F1-Fan proposera une série de témoignages sur la mort du pilote Aurivierde. On poursuit avec Ron Dennis directeur exécutif de McLaren Mercedes qui livre son témoignage.

© Sutton© Sutton

Les pages les plus glorieuses de la carrière d'Ayrton Senna ont été écrite entre 1988 et 1993, lorsque le Brésilien courait pour McLaren. Ron Dennis l'avait alors associé à Alain Prost pour un duo qui, lui aussi, restera dans la légende.

Le Britannique est revenu sur l'un des tout premiers essais de Senna, en 1983, et il en garde un souvenir mitigé : « Quand il est venu faire un test, il a donné l'impression d'être très arrogant. Il voulait être sûr d'avoir l'avantage, être sûr que la voiture n'allait pas être endommagée par les autres jeunes, que les pneus seraient neufs, etc. Il était clairement impressionnant, il n'y avait aucun doute sur le fait qu'il était impressionnant, mais il était encore jeune. Il était très imbu de lui-même. Malgré ça, vous pouviez voir qu'il était rapide et plus encore, mais en fait je n'étais pas si intéressé que cela. Il était trop jeune pour rejoindre notre équipe et nous n'avions pas besoin d'un pilote, alors cela m'importait peu au fond et nous étions heureux de le laisser courir ailleurs. »

Quand Ayrton s’engage chez McLaren, Ron Dennis revient sur la gestion de la « star » Ayrton Senna et sa complicité : « Si vous êtes expérimenté et que vous connaissez bien le pilote, alors vous savez quels leviers tirer et quels leviers pousser, quoi dire et comment. Je pense que lorsque vous gagnez ensemble, vous devez aussi être capable de perdre ensemble. Chez McLaren, il a remporté 40 % des courses dont il a pris le départ. En même temps, il se battait toujours contre le fait de ne pas être suffisamment compétitif. »

« J'avais beaucoup de choses à lui dire. Si j'étais vraiment frustré, je disais : "Si je ne te payais pas autant, nous pourrions dépenser plus sur le développement de la voiture." Il me répondait : "Vous n'auriez pas besoin de me payer autant d'argent si nous avions une très bonne voiture car je serais en train de gagner." Alors je revenais et, l'air de rien, je lui disais : "Voici combien je t'ai payé au cours des deux dernières années : si j'avais dépensé cet argent sur la voiture et sur le développement..." Je pouvais tirer plusieurs leviers, mais il était loyal, » a-t-il expliqué sur le site officiel de la Formule 1.

Ron Dennis se souvient aussi de leur complicité, qu'il exprime à travers un pari : « Une fois, il m'a remis une enveloppe provenant de sa collection personnelle. Je l'ai encore chez moi. Cette enveloppe contenait 10 000$. Il avait parié avec moi sur le fait que je n'arriverai pas à manger un contenant entier de chili au Mexique, mais avant qu'il puisse revenir sur son pari, j'avais tout englouti. C'était à peu près la quatrième fois qu'il perdait un pari majeur, et je me souviens bien du moment où il m'a dit : "Je ne vais plus jamais parier avec toi !" C'est un très bon souvenir pour deux raisons : premièrement, parce que cela a fait sourire Ayrton, ce qui n'était pas très facile. Deuxièmement, parce que séparer Ayrton de son argent tout en le faisant sourire, c'était presque impossible ! Ce fut un grand moment, mais j'ai payé le prix pendant les deux jours qui ont suivi. »

Le patron britannique en vient au décès de Senna avec beaucoup d'humilité : « Rien n'est plus certain dans la vie que le fait que les choses changent, et qu'il y a des choses qui changent votre vie. J’étais sur le muret des stands, j'ai décidé que j'allais me fermer. Il n'y a aucun moyen de partager de tels moments. Vous pouvez sourire, agiter les bras et affirmer que vous le connaissiez mieux que personne, comme dans le film "Senna" et comme certaines personnes l'ont fait, mais je dirais que ces personnes ne savent rien. Ils n'ont eu aucune influence sur la vie d'Ayrton. Ils ne connaissaient pas Ayrton mais ils parlaient comme des amis de longue date. Cependant vous devez choisir comment agir pour que cela affecte moins votre vie. »

Enfin, Dennis revient sur la popularité de Senna dans le milieu de la Formule 1 : « Je pense que cela vient des qualités démontrées pendant le temps où il a vécu sur cette planète. Je ne vois rien de positif dans le fait qu'un jeune homme n'ait pu survivre, mais nous n'avons vu aucun déclin. C'est une pensée qui me vient à l'instant, mais il était incroyablement compétitif et toujours présent. C'est de cela dont vous vous rappelez. Je n'ai jamais vraiment réfléchi à ce à quoi ressemblerait Ayrton s'il était encore parmi nous, mais une chose est sûre, c'est qu'il aurait pris un sacré coup de vieux. Il aurait fait d'autres choses dans sa vie qui auraient peut-être agit sur sa réputation, comme un mariage qui aurait mal tourné ou ce genre de choses, mais ce n'est pas le cas. Ça s'est terminé comme ça, soudainement. Ça, c'est une facette. Ensuite, c'était un grand. Il avait en lui toutes les valeurs humaines et il agissait toujours selon ses principes. Il y avait très peu de failles dans sa vie, il avait beaucoup de principes. Il a été un être humain incroyable. »


Histoire, Senna et Dennis Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.