> > > > Pérez attaque Pirelli : Une excuse "pathétique" selon Hembery

Pérez attaque Pirelli : Une excuse "pathétique" selon Hembery

Passe d'armes verbale dans le paddock après la première journée du Grand Prix d'Espagne 2014 de Formule 1 : Sergio Pérez a mis en cause Pirelli et ses choix "trop conservateurs". Une excuse jugée "pathétique" par Paul Hembery.

© Pirelli - Hembery défend l'approche du manufacturier italien© Pirelli - Hembery défend l'approche du manufacturier italien

Alors que le début de saison n’a pas été pauvre en polémiques, de toute sorte, voilà que les pneus Pirelli ont été remis en cause de manière véhémente. En effet, Sergio Pérez, qui pilote une Force India, s’est fendu d’une attaque en règle contre Pirelli, la firme italienne accusée d’avoir eu une approche trop conservatrice sur les gommes apportées en Espagne. Paul Hembery, directeur de la compétition du manufacturier, n’a pas tardé à répondre.

Une approche trop conservatrice selon Pérez
Ainsi, interrogé par Crash.net au cours d’un point-presse, Sergio Pérez, à la question de savoir s’il trouvait la saison ennuyeuse, a répondu : « [La saison] n’est pas ennuyeuse, mais le problème est que Pirelli ne nous aide pas du tout. »

Au centre de la plupart des débats la saison passée, avec en point d’orgue le calamiteux Grand Prix de Grande-Bretagne et l’explosion de cinq pneus, Pirelli, qui a annoncé avant le début de saison sa volonté de ne plus se retrouver dans la situation de l'an passé, n’est pas épargné par le Mexicain : « Ça ne nous aide pas à attaquer, à apprécier le pilotage. Nous avons un manque d’appui sur les voitures par rapport à la saison passée mais ils amènent aussi des composés très durs. Je pense qu’ils étaient un peu affolé par le graining à l’avant. »

« Quand vous regardez la différence avec le GP2, je pense qu’il est un peu embarrassant que les voitures de GP2 soient aussi proches de nous avec le budget qu’ils ont. Nous avons, au moins, huit fois le budget d’une équipe de GP2 donc être une à deux secondes plus rapides c’est un peu embarrassant, » lance-t-il, visiblement agacé.

Il prédit, ce dimanche, un Grand Prix d’Espagne très peu palpitant en raison de ces gommes trop dures : « Pirelli doit être plus agressif avec les composés parce que dimanche, vous allez avoir une course où tout le monde se suit et ça va être une course ennuyeuse, ce qui n’est pas bon pour le sport. »

Mais, est-ce seulement la faute du manufacturier de Milan, pour lui ? « Non, je veux dire qu’évidemment, nous avons un problème avec l’appui parce que nous en avons moins que l’année dernière, mais je pense que l’influence des pneus Pirelli est bien trop importante. Avec les composés [qu’ils] ont amené, ils sont trop conservateurs. Vous glissez. Donc, quand vous suivez une voiture, c’est très difficile. »

Hembery y voit une excuse "pathétique"
De son côté, interrogé sur de tels propos, Paul Hembery a vivement réagi : « C’est vraiment pathétique comme excuse, très franchement. Ils ont tous les mêmes ! »

A la question de savoir si, en souvenir du Grand Prix d’Espagne 2013, marqué par la victoire de Fernando Alonso sur une stratégie à quatre arrêts, la firme italienne n’a pas été un peu loin dans l’autre sens, le Britannique se défend : « Non, nous n’avons pas sur-réagi. Nous devions arriver cette saison avec une approche différente ; les voitures sont différentes, il y a beaucoup de couple, donc ce n’est pas comme si nous changions tout durant l’année. Nous avons réussi à faire deux sessions d’essais et vous n’allez pas arriver sur une saison avec tout qui est parfait pour une voiture toute nouvelle. »

Hembery de poursuivre, pour Crash.net : « Si nous pouvions changer les choses durant l’année, si nous avions un choix de 12 composés, alors vous pouvez faire beaucoup d’autres choses. Il y a essentiellement trois composés – parce que le super tendre est souvent pour les circuits urbains, en général – donc vous avez seulement trois composés qui doivent couvrir des températures sur la piste qui vont de 50 à 15°C. Parfois vous aurez du mal et parfois, comme aujourd’hui, vous êtes dans la fenêtre où tout marche bien et c’est la nature des choses. »

Alonso et Vergne sur la même ligne que Pérez
Plus tard, après cet échange, Fernando Alonso a fait part de son désaccord vis-à-vis d'un choix de gommes qu'il juge, lui aussi, trop dures pour ce circuit : « Il n’y avait pas beaucoup d’adhérence sur la piste aujourd’hui et, globalement, nous avons eu un peu plus de mal, ce qui était dû à une série de facteurs, dont la piste qui était moins gommée que d’habitude. En plus, nous avons moins d’appui aérodynamique que par le passé et aussi, à mon avis, le choix des pneus ici est trop conservateur pour ce circuit. »

Du côté de Jean-Eric Vergne, même son de cloche : « Je pense que [la performance des pneus] est très faible. Vous regardez les temps des GP2… J’en parlais plus tôt avec Jules [Bianchi] et il aurait été sixième durant les qualifications du GP2… Allons, allons. » Il ne jette pas l’opprobre sur Pirelli même s’il critique le choix des gommes : « Non, ce n’est pas Pirelli, mais nous aimerions avoir plus d’adhérence. Nous glissons et perdons les pneus, donc ce n’est pas idéal pour les longs relais. Nous avons un composé dur et je pense que c’est un mauvais choix, [...] c’est ce que je pense. »


Pirelli, Hembery et Perez Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




4 réactions sur cet article Donnez votre avis
Supervroum
Supervroum :
Voilà ! Tout est dit, vive les tondeuses à gazon :-D

Sinon C+ m'a contacter pour savoir pourquoi j'avais résilie chez eux, je leur ai dit que payer aussi cher pour voir des F1 au même niveau de performance que des catégories inférieure avec le spectacle en moins et très peu pour moi.....
Il y a 71 mois
Aifaim
Aifaim :
Restons calmes ! Comme le déclare Massa, tout le monde a des problèmes d'adhérence avec les gommes dures. Et alors ? En course, si le déficit est trop important, les pilotes n'utiliseront qu'un seul train. Leur trouille, c'est que d'autres équipes soient moins en difficulté dans cette configuration, en performance ou en longévité.
A mon avis, le problème va s'estomper quelque peu avec le gommage de la piste (cf Alonso), mais tout le monde étant logé à la même enseigne, il n'y a pas d'injustice.
Il y a 71 mois
capetf1
capetf1 :
payer aussi cher pour voir un aussi piètre spectacle non merci c'est ce que je leur ai répondu à canal + .
Il y a 71 mois
pignon
pignon :
Aifaim : je partage....et puis qui a dit que les pilotes doivent s'adapter aux conditions...c'est vrai les pneu durs ça glissent...mais je me rappel quand les pilotes passaient certains "virolos" en dérive contrôlée...quel spectacles et quel pilotage ....
Il y a 71 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.

Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.