> > > > Autriche - Essais Libres 2 : Hamilton, Rosberg et Alonso, tiercé supersonique

Autriche - Essais Libres 2 : Hamilton, Rosberg et Alonso, tiercé supersonique

Comme ce matin, Alonso, Rosberg et Hamilton se placent en tête de la feuille des temps sauf que cette fois, c'est Hamilton qui domine Rosberg. A domicile, les Red Bull sont à plus d'une seconde des Mercedes.

© Mercedes - Hamilton signe le meilleur chrono lors de cette deuxième séance d'essais.© Mercedes - Hamilton signe le meilleur chrono lors de cette deuxième séance d'essais.

Le ciel est menaçant pour cette deuxième session d'essais libres du Grand Prix d'Autriche. 18°C degrés dans l'air, 28 sur la piste et 47% d'humidité sont les éléments de météo à retenir. Ce matin, quelques gouttes de pluie sont tombées sur le Red Bull Ring. Il y a 30% de chances pour qu'elle fasse son retour cet après-midi.

Au feu vert, Ericsson et Chilton sont les premiers à percer le silence du paddock. Le Suédois déflore la feuille des temps en 1:18:198, vite battu par Chilton en 1:14:355 puis Sutil en 1:13:077. Ça se bouscule en piste. Les pilotes ont l'air particulièrement pressés de signer un chrono, alors que la pluie pourrait perturber la séance. Après dix minutes, Button trône en haut de la feuille des temps, en 1:11:403, alors que Lewis Hamilton sort de son stand. Pour rappel, le meilleur chrono de ce matin a été signé par Rosberg en 1:11:295. La session part donc sur les chapeaux de roue ! Aucun pilote n'a encore chaussé les gommes super-tendres.

Meilleur temps pour Alonso en 1:11:271, juste devant Nico Rosberg, qui échoue à 60 millièmes de la Ferrari. Légère erreur dans le dernier virage pour Lewis Hamilton. 1:12:565 et neuvième temps seulement pour le Britannique. Alonso, en tendres, continue sur sa lancée. Il est le premier à passer sous la barre des 1:11, en 1:10:899, vite battu par Rosberg en 1:10:835. Hamilton redresse la barre, en se rapprochant à six dixièmes de son coéquipier puis en le battant de plus de trois dixièmes ! 1:10:525 pour la Mercedes n°44, après huit tours couverts. Deux boucles plus tard, il en remet une couche, en 1:10:460, alors que le deuxième n'est plus Rosberg mais Bottas. Pas pour longtemps. La Mercedes n°6 surgit à nouveau derrière la n°44, à 260 millièmes, puis 39 seulement. L'Allemand s'arrête aux stands alors qu'il était en train d'améliorer.

Après trente minutes, les Mercedes sont à leur place habituelle, Hamilton d'un cheveu devant Rosberg. Derrière, Bottas, Alonso et Massa se tiennent en trois dixièmes. Bianchi est le premier à sortir des stands en super-tendres. Seizième place et 1:12:279 pour le Français, après quelques erreurs dans son tour. Son compatriote Vergne l'imite, en réalisant une belle figure dans l'avant-dernier virage. Magnussen est le premier des gros bras à chausser les gommes aux flancs rouge. 1:10:982 pour le Danois, cinquième chrono. Nouvelle sortie légère au virage n°8, pour Adrian Sutil ! Décidément l'enchaînement de virages rapides à la fin du circuit semble particulièrement périlleux sur piste fraîche.

Cela ne perturbe pas les Mercedes, qui affolent les chronos en super-tendres. 1:10:399 pour Rosberg, qui gagne relativement peu avec ses nouvelles gommes, contrairement à Hamilton qui explose le temps de la n°6 de plus de sept dixièmes ! 1:09:652 pour le Britannique, alors que Massa s'installe en troisième position, à près de neuf dixièmes. Alonso se place juste devant le Brésilien, en 1:10:470. L'autre Ferrari, celle de Räikkönen, est seulement huitième, à plus de cinq dixièmes de l'Espagnol. Les Red Bull sont très loin, seulement neuvième et dixième, à plus d'une seconde et demi de la Mercedes n°44. Hamilton en remet une couche ! 1:09:542, avec le meilleur chrono dans le dernier secteur. Il repousse Rosberg à 857 millièmes. L'Allemand se remet au boulot, en revenant à moins de quatre dixièmes, en 1:09:919, alors que Vettel et Alonso vont eux aussi faire un tour au-delà du vibreur du virage n°8.

Après une heure, Hamilton domine Rosberg, Alonso, Bottas et Massa. Ça va un peu mieux pour les Red Bull avec Vettel sixième à une seconde d'Hamilton et Ricciardo huitième. Malgré tout, elles ne semblent pas à l'aise sur leur circuit. Les pilotes débutent maintenant en simulation de course, avec des chronos nettement moins rapides qu'en début de séance. En super-tendres, Hamilton, gêné par une Caterham, signe 1:15:085, à près de six secondes de son meilleur chrono. A la radio, on lui rappelle qu'il doit viser des chronos dans les 1:12. 1:14:828 pour Vettel; 1:16:406 pour Hülkenberg.

Difficile de connaître les rapports de force, même si Hamilton signe un chrono de référence en 1:14:2, toujours en super-tendres. Il améliore rapidement en 1:13:739. De son côté, Massa tourne régulièrement dans les 1:15:1, 1:15:2, avec des pointes en 1:14:4. « Box, box, box, Lewis. Il faut maintenant tester les autres gommes », grésille la radio d'Hamilton. Le Britannique réplique : « Je me sens bien avec ces gommes-là. Je veux continuer en super-tendres. » Son ingénieur abdique: « Ok, encore un tour. »

En tendres, Nico Rosberg est régulièrement en 1:13 dans sa simulation de course, avec un chrono de référence en 1:13:743. La FIA informe qu'il n'y aura pas de rapport sur les sorties au virage n°8. Le directeur de la course va informer les pilotes sur la politique quant à ces sorties si elles se reproduisent en course.

Au drapeau à damiers, pas de changement sur la feuille des temps. Lewis Hamilton domine Nico Rosberg et Fernando Alonso. Nouveau duel entre les Mercedes en perspective en terre autrichienne !

De notre envoyé spécial en Autriche

PiloteEquipeTempsEcartTours
1
HamiltonMercedes AMG Petronas F1 Team1:09.542
37
2
RosbergMercedes AMG Petronas F1 Team1:09.919+0.377
50
3
AlonsoScuderia Ferrari1:10.470+0.928
40
4
BottasWilliams Martini Racing1:10.519+0.977
44
5
MassaWilliams Martini Racing1:10.521+0.979
39
6
VettelInfiniti Red Bull Racing1:10.807+1.265
39
7
ButtonMcLaren Mercedes1:10.813+1.271
44
8
RicciardoInfiniti Red Bull Racing1:10.920+1.378
36
9
MagnussenMcLaren Mercedes1:10.936+1.394
45
10
VergneScuderia Toro Rosso1:10.972+1.430
39
11
RaikkonenScuderia Ferrari1:10.974+1.432
45
12
KvyatScuderia Toro Rosso1:11.261+1.719
45
13
PerezSahara Force India F1 Team1:11.296+1.754
36
14
GutierrezSauber F1 Team1:11.491+1.949
42
15
MaldonadoLotus F1 Team1:11.765+2.223
30
16
SutilSauber F1 Team1:11.806+2.264
42
17
HulkenbergSahara Force India F1 Team1:11.935+2.393
39
18
ChiltonMarussia F1 Team1:12.229+2.687
43
19
GrosjeanLotus F1 Team1:12.262+2.720
46
20
BianchiMarussia F1 Team1:12.279+2.737
36
21
KobayashiCaterham F1 Team1:12.937+3.395
24
22
EricssonCaterham F1 Team1:13.596+4.054
48


Essais Libres, Grand Prix et Red Bull Ring Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
trotro
trotro :
Merci à l'envoyé spécial en Autriche
Il y a 53 mois
Delpiero
Delpiero :
Certes ce sont des essais libres, mais l'écart est encore et toujours très conséquent (au moins une seconde) entre les Mercedes et les Red Bull. Les déboires de Montréal ont piqué au vif Mercedes et contrairement aux déclarations optimistes de certains, je vois mal une autre équipe venir contester leur leadership. Montréal n'aura été qu'un accident de parcours, le moteur Mercedes est donc à l'évidence bien meilleur que les autres, point barre.
Quant au chassis, qui peut démontrer que RB est meilleure que Mercedes. Si tel est le cas, le moteur Renault doit être encore plus mauvais que l'on imagine. Dur, dur...
Au final à quoi ça servait toutes ces déclarations d'écart presque comblé, de retard rattrapé dans les développements, etc? Maintenant attention au cruel retour de bâton quand on annonce un truc imminent que l'on ne peut pas atteindre.
Il y a 53 mois
Aifaim
Aifaim :
Delpiero@, "écart presque comblé", "retard rattrapé", ce sont des interprétations optimistes des déclarations émanant de Renault. Or, ces déclarations disaient seulement qu'à partir du GP du Canada, son propulseur était utilisé sans restriction, ce qui pouvait se traduire par "nous sommes suffisamment sûr de sa fiabilité pour ne plus le ménager". Cela apporte un gain en performance par rapport aux courses précédentes mais pas plus.
Il y a 53 mois
Aifaim
Aifaim :
les Caterham font pitié !
Il y a 53 mois
PrimoAlonso
PrimoAlonso :
Les 6 pilotes les plus rapide lors de la simulation de course :

1. Hamilton
2. Rosberg
3. Alonso
4. Ricciardo
5. Raikkonen
6. Pérez
Il y a 53 mois
PrimoAlonso
PrimoAlonso :
Comme quoi le classement des "temps les plus rapide" bien du vent !
Il y a 53 mois
Delpiero
Delpiero :
@Aifaim
Pas du tout d'accord. Depuis le début de la saison Renault et Red Bull nous abreuvent régulièrement de messages trop optimistes sur l'évolution de leur groupe propulseur. Les fans de Renault sont de plus en plus déçus . La vérité c'est que le bloc Mercedes est mieux pense au départ, n'en déplaise à tous ceux qui voudraient le contraire. Preuve en est, Renault par la voix d'un de ses responsables a avoué clairement il y a 2 semaines que pour 2015 ils travaillaient sur un nouveau bloc plus que revu et corrigé. Aveu d'impuissance évident qui ne plait pas aux communicants et pas plus aux supporters français habitues à meilleure facture . Idem pour le chassis Red Bull pour lequel on laisse volontiers à penser qu'il serait toujours supérieur au Mercedes. Je m'inscris en faux contre cette idée valable la saison dernière, mais rien ne peut nous faire dire que cette situation perdure, aucun élément objectif va dans ce sens. Il faut toujours éviter de prendre ses désirs pour des réalités.
Il y a 53 mois
Aifaim
Aifaim :
Delpiero@, pas de souci ! Que le propulseur Mercedes ait intégré des procédés beaucoup plus high-tech que ses deux concurrents est une évidence. Que Renault travaille sur une nouvelle version pour 2015 est tout aussi normal que le fait que son voisin allemand en fait autant. Gageons que, pour n'en rien dire, Ferrari est dans le même état d'esprit.
La problème n°1 (dans l'ordre de survenue et d'importance) du bloc français a été la fiabilité. Cela a contraint le motoriste à réduire la performance pour "assurer" autant que faire se peut. A mesure que ces problèmes récurrents se résolvaient, le propulseur a été débridé jusqu'à ce GP du Canada où il a pu donner sa pleine puissance. C'est dire que les clients de Renault disposent du propulseur qu'ils auraient eu à Melbourne si tout s'était bien passé.

Mercedes ne sera pas rattrapé cette saison. Personnellement, je n'en ai jamais douté. En fonction des pistes, le travail sur le propulseur et les voitures offre des opportunités de rapprochement des performances, plus souvent espérées et proclamées par les chefs d'équipes ou les pilotes que par les techniciens.
A moins d'un fanatisme aveugle ou d'une crédulité sans bornes, le bon sens doit permettre de garder le sens des réalités et de lire entre les lignes. Plusieurs intervenants ici-même, sourds aux excès en tout genre restent sur cette ligne et leur crédibilité est très supérieure aux logorrhées flamboyantes des chevaliers du sensationnel.
Il y a 53 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.