> > > > Grand Prix d'Autriche 2014 : Synthèse des stratégies

Grand Prix d'Autriche 2014 : Synthèse des stratégies

Après le Grand Prix d'Autriche de F1, remporté par Nico Rosberg devant Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, retrouvez l'analyse de la stratégie pneumatique.

© Quentin Laurent / Fan-F1 - Pas de surprises sur le plan des pneus© Quentin Laurent / Fan-F1 - Pas de surprises sur le plan des pneus

Sans grande surprise, comme l’avait annoncé Pirelli dès vendredi, le Grand Prix d’Autriche a fait la part belle aux stratégies à deux arrêts. Ainsi, parmi les 19 pilotes qui ont vu l’arrivée de cette huitième manche de la saison, seuls Jules Bianchi, Kamui Kobayashi et Max Chilton ont opté pour une stratégie différente.

1 arrêt
Signe du pari que représentait une course basée sur un seul arrêt, ce sont les équipes de fond de grille qui l’ont appliqué, avec un certain succès pour Jules Bianchi qui est parvenu à conserver l’avantage sur la Caterham de Kamui Kobayashi, lui-même sur une stratégie à deux relais. Les deux pilotes Marussia ont logiquement été ceux qui ont fait durer leur train de pneus super-tendres le plus longtemps, avec un relais de 37 tours avec cette monte pour Max Chilton et de 31 boucles pour le Français. En revanche, le Japonais a signé un relais de 57 tours en pneus tendres ; un record sur ce GP.

2 arrêts
16 pilotes différents ont donc utilisé cette stratégie. D’abord, évidemment, les pilotes qui étaient dans le top 10 en qualifications, qui sont partis avec des gommes super-tendres usées pour en changer très rapidement (le relais le plus long fut 15 tours, pour Bottas et Räikkönen) et finir la course par deux relais en pneus tendres. Ils sont neuf dans ce cas, tous dans les dix premiers à l’arrivée.

Certains pilotes, hors top 10 en qualification (et en course), ont aussi fait le choix de partir en pneus à flancs rouges – neufs cette fois : c’est le cas d’Adrian Sutil, de Romain Grosjean et d’Esteban Gutierrez, sans franche réussite.

Une autre stratégie consistait à partir, pour les pilotes qui avaient le choix, en gommes tendres (à flancs jaunes) afin de faire durer le plus longtemps possible le premier relais en espérant profiter des gommes les plus tendres sur la fin de course. A ce titre, la course de Sergio Pérez fut un modèle du genre puisque le Mexicain est parvenu à rester suffisamment en piste dans le premier relais (29 tours) pour mener la course et d’adjuger une belle 6ème place finale alors qu’il s’élançait en 16ème position.
En revanche, pour Jenson Button et Pastor Maldonado, cette option stratégique n’a pas été payante ; le Britannique avait pourtant passé une grande partie de la course en fond de top 10 sans pouvoir y prétendre sous le drapeau à damier.

Paul Hembery, Directeur de la compétition chez Pirelli : « La performance des pneus était très en ligne avec nos attentes, malgré les conditions plus chaudes. En conséquence, la dégradation était un peu plus importante que ce que nous avions vu et ce fut une course à deux arrêts, avec une stratégie à un arrêt qui devenait un peu très ambitieuse pour beaucoup d’équipes. Nous avons vu un Grand Prix enthousiasmant où la stratégie pneumatique était très importante, et évidemment, c’est toujours super de voir une nouvelle tête sur le podium. Félicitations à Valtteri et à Williams, ainsi qu’à Mercedes, pour cette grande performance tout le week-end. »

Extrait du Jeux F1 2013


Pirelli, Red Bull Ring Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




5 réactions sur cet article Donnez votre avis
Profx
Profx :
je suis etonne de voir que rosberg ne s est pas servi du train de super tendre economise en q2
d hab on voit hamilton finir en "dur" et rosberg avec les plus "tendres"
y aurait il une "strategie" preprogrammee chez mercedes sur les qualites de pneu a utilise en fonction de la position du pilote ?
le premier se voyant equiper en "plus dur" le second en "plus tendre"
Il y a 49 mois
Néos
Néos :
@Profx tu n'as surement pas bien cerné ce diagramme. Il montre que Rosberg a utilisé deux trains de tendres neufs et Hamilton un neuf et un déjà entamé.

Ca me parait plutôt singulier que Hamilton termine avec un train usé.
Il est en tout cas intéressant de remarquer que dans le dernier relais même avec, apparemment , un train déjà usé il parvenait a rester au contact de Rosberg et même à réduire l'écart en fin de course.
J'avais remarqué cela sur l'application officielle de la F1 ( puisqu'elle indique le nombre de tours effectués avec chaque train de pneus ) mais je pensais que c'était un bug ou je ne sais qu'elle autre erreur du même genre.
Vraiment très intéressant.
Il y a 49 mois
Profx
Profx :
ce que je voullait dire c est que rosberg en cours de q2 a demande a son inge si il serai necessaire de ressortir ou pas , ce qui devait donc lui permettre me semble t il de sauver un train de super tendre neuf
et mon etonnement viens de ce que justement il a utiliser des tendres a la place de supertendre
si tu regarde les diagramme ou rosberg est second , tu remarquera qu a chaque fois il a utiliser des pneus plus tendre pour la fin de course quand hamilton est devant lui
Il y a 49 mois
Néos
Néos :
Oui effectivement mais les Gp ou il l'a fait, la stratégie le permettait. En Autriche les SS durait une dizaine de tours tandis que le Soft une vingtaine. Donc la bonne stratégie était de deux arrêts en Soft
Cependant, à Bahreïn par exemple, la meilleure stratégie était aussi de 2 arrêts mais cette fois-ci, avec les 2 différents composés donc il était possible de décaler la stratégie pour avoir les pneus les plus rapides en fin de course.
Il y a 49 mois
Profx
Profx :
10 tours mouais , enfin un peu plus en etant deja utilise en qualifs , et avec la voiture a son poids maximum
mais il est sur que tenir plus de trente tours cela aurai ete difficile
Il y a 49 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.