> > > > McLaren-Mercedes : la fin d'une ère

McLaren-Mercedes : la fin d'une ère

Le Grand Prix d'Abou Dhabi 2014 a scellé la dernière course du tandem McLaren-Mercedes. Il aura duré près de vingt ans. Même si les deux entités vont continuer à exister parallèlement, rien ne sera plus comme avant... ou presque. Avec le retour de Honda pour propulser le châssis McLaren, c'est un autre bond dans le temps que nous proposera l'équipe en 2015.

© McLaren - Les Flèches d'Argent badgées McLaren disparaîtront des grilles de départ en 2015.© McLaren - Les Flèches d'Argent badgées McLaren disparaîtront des grilles de départ en 2015.

Les « Flèches d'Argent » telles qu'on les appelait à la fin des années 90, c'est terminé. Pour une générations de fans de Formule 1, c'est à la fois une marque, un nom et un mythe de ce sport qui s'en va. Un palmarès aussi. Trois titres de champion du monde des pilotes en 1998, 1999 et 2008 et une couronne des constructeurs en 1999. Bien peu comparé aux 78 victoires, 231 podiums, 76 pole positions et 84 records du tour en 351 Grands Prix. Une cause explique cela, fondée dans l'essence même de l'écurie : la performance avant tout.

Les plus belles monoplaces...

Adrian Newey a toujours été habile quand il s'agissait de dessiner une Formule 1. Dès ses premières réalisations, les March 881, 891 et la Leyton House CG901, son coup de plume a été très remarqué. Et le comble c'est que ses machines sont diablement efficaces ! Les Williams qu'il a dessinées à partir de 1991 et jusqu'en 1997 ont été les voitures dominantes. Seul Rory Byrne de Benetton a pu rivaliser à cette époque.
Il est donc fort logique qu'à son passage chez McLaren, où il devient directeur technique au lieu de "simple" designer, le dessin des voitures grises s'en trouve profondément remanié et embelli. Pendant près de dix ans, jusqu'au départ d'Adrian Newey pour Red Bull en 2005, la McLaren-Mercedes remportera haut la main le prix de la plus belle monoplace de la saison, sans forcément être la plus efficace. Mention spéciale aux MP4-13 de 1998, MP4-14 de 1999, MP4-15 de 2000 et MP4-20 de 2005. Après le départ de Newey pour Red Bull, ce sont les monoplaces autrichiennes qui sont devenues la référence en termes de design.

... mais fragiles comme du verre

Les McLaren-Mercedes conçues par Adrian Newey n'étaient pas seulement belles, elles étaient aussi terriblement efficaces. Il n'était pas rare de les voir dominer les débats de la tête et des épaules. Elles étaient aussi fragiles comme du verre. Aujourd'hui, il est très rare de voir un pilote abandonner ou connaître un souci mécanique. La règle des moteurs pour plusieurs courses est passée par là. A l'époque, les machines étaient tellement poussées à l'extrême qu'un abandon était fréquent. Et les McLaren-Mercedes n'en était pas exempte, voire même était l'exemple.

La MP4-19 de 2004 est la pire machine jamais conçue par Adrian Newey. Kimi Räikkönen et David Coulthard ont connu toutes les peines du monde à terminer les courses, jusqu'à ce qu'un modèle "B" sorte de l'usine en milieu de saison. Forte de dix victoires sur dix-neuf courses, la MP4-20 aurait dû dominer la saison 2005, tant la machine était diablement bien née. Mais divers problèmes ont permis à Renault de coiffer les deux couronnes cette saison-là.

S'il y a un seul abandon à retenir, c'est le crève-cœur du Grand Prix d'Espagne 2001. Mika Häkkinen domine la course lorsqu'un problème d'embrayage le pousse à abandonner dans le dernier tour...


All Formula 1 video rights belong to the FOM - Formula One Management. The footage is owned by Formula One Management.

Des joyaux bruts au volant

Mika Häkkinen, Lewis Hamilton, Fernando Alonso, Kimi Räikkönen, Jenson Button, David Coulthard, Juan-Pablo Montoya... Les McLaren-Mercedes ont rarement été pilotées par des manches. Les meilleurs se sont succédés au volant des voitures grises. Pour le meilleur, comme les titres pilotes de 1998, 1999 et 2008 mais aussi le pire, comme la déroute de 2007.

S'il y a a bien un pilote à retenir de l'époque McLaren-Mercedes, c'est Mika Häkkinen. Grâce à ses duels de haute volée avec Michael Schumacher, le Finlandais a marqué cette époque, et pas seulement d'un point de vue comptable. Ron Dennis en garde d'ailleurs toujours un souvenir ému aujourd'hui. Le dépassement sur Michael Schumacher à Spa-Francorchamps en 2000, reste une des plus belles manœuvres jamais réalisés. Et à l'époque, il n'y avait pas de DRS !


All Formula 1 video rights belong to the FOM - Formula One Management. The footage is owned by Formula One Management.

Une tension interne vivace

Rassembler des pilotes d'un même calibre a toujours été la philosophie chez McLaren. Prost-Lauda ou Prost-Senna sont les meilleurs exemples aux époques TAG-Porsche et Honda. L'époque Mercedes aussi a connu son lot de duels palpitants. Ron Dennis a sans doute dû s'arracher le peu de cheveux qu'il lui restait encore sur la tête en voyant cette manœuvre de David Coulthard sur Mika Häkkinen au deuxième virage du Grand Prix d'Autriche 1999. Le Finlandais était pourtant largement favori pour remporter un deuxième titre de champion du monde après la blessure à la jambe de Michael Schumacher. Mais l'Ecossais avait carte blanche...


All Formula 1 video rights belong to the FOM - Formula One Management. The footage is owned by Formula One Management.

Pire, en 2007, rien ne semblait entraver la marche vers les succès des McLaren-Mercedes, avec Fernando Alonso et Lewis Hamilton au volant. Cette saison-là, l'écurie de Woking aurait dû remporter facilement les couronnes pilotes et constructeurs. Mais l'ambiance délétère entre Fernando Alonso et à la fois Lewis Hamilton et Ron Dennis a peu à peu désagrégé le peu de cohésion qu'il existait dans l'équipe. Jusqu'à la débâcle de Sao Paulo, où les deux pilotes, en se classant derrière Räikkönen, laissent le Finlandais leur ravir la couronne. Ils terminent deuxièmes à égalité de points.


All Formula 1 video rights belong to the FOM - Formula One Management. The footage is owned by Formula One Management.

Gaffes, bévues et boulettes

Comme 2007, 2012 aurait dû être l'année du triomphe pour McLaren-Mercedes. Avec huit pole positions et sept victoires, l'écurie faisait aussi bien que Red Bull. La MP4-27 était très bien née mais l'équipe, alors gérée par Martin Whitmarsh, ne cessait d'enchaîner les boulettes aux stands et les soucis mécaniques. C'est sans doute ce qui a poussé Lewis Hamilton a quitté le nid. Il a échangé sa Flèche d'Argent contre une autre Flèche d'Argent bien plus efficace. Bien lui en a pris. McLaren-Mercedes appartenait déjà au passé.


Retour de volant, McLaren et Mercedes Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Supervroum
Supervroum :
@La rédaction

"Gaffes, bévues et boulettes"

Merci pour ce clin d'oeil à Franquin :)
Il y a 54 mois
Pedrolito
Pedrolito :
"Pendant près de dix ans, jusqu'au départ d'Adrian Newey pour Red Bull en 2005, la McLaren-Mercedes remportera haut la main le prix de la plus belle monoplace de la saison, sans forcément être la plus efficace."

Ce parti pris d'un membre de la rédac de Motors inside ! Je suis outré ! :)

La plus belle, c'est la Rossa, épicétou !

Non, sérieusement, il ne faut pas oublier la livrée introduite en 1997, retouchée avec subtilité en 2006 (si ma mémoire est bonne), qui est devenue mythique (même si ce terme est souvent galvaudé aujourd'hui, là non).

Sinon, je dirais que la pire création de Newey est plutôt la MP4-18 qui n'a jamais réussi à passer l'épreuve du crash-test.

Une belle collaboration qui se termine. Malheureusement pour McLaren, l'avenir ne s'annonce pas des plus radieux. Dommage pour cette écurie historique...
Il y a 54 mois
Aifaim
Aifaim :
Pedrolito@, c'est le lot d'une écurie non motoriste de changer de propulseur : Ford, Serenissima, BRM, Ford-Cosworth, Alfa-Roméo, Tag-Porsche, Honda, Peugeot, avant Mercedes ont plus ou moins longtemps et avec plus ou moins de bonheur associé leur nom à McLaren. Ce n'est qu'une page qui se tourne.
Il y a 54 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.