> > > > Daniil Kvyat : La F1 n'est "pas plus facile" pour les jeunes pilotes

Daniil Kvyat : La F1 n'est "pas plus facile" pour les jeunes pilotes

Futur pilote Red Bull, Daniil Kvyat a gravi rapidement les échelons vers l'écurie de pointe de la filière autrichienne. Il est revenu sur son adaptation à la F1.

© Getty - Kvyat estime que les jeunes pilotes peuvent venir en F1© Getty - Kvyat estime que les jeunes pilotes peuvent venir en F1

Propulsé chez titulaire chez Red Bull en 2015, Daniil Kvyat aura connu une ascension particulièrement rapide de la filière biberonnée à la taurine. Passé du GP3 à la Formule 1 avec cette première saison, en 2014, chez Toro Rosso, il a inscrit un total de 8 points, signant au passage trois huitième places, dont celle d'Australie, pour sa toute première course. Grâce à cette arrivée dans le top 10, il est devenu, à 19 ans 10 mois et 18 jours, le plus jeune pilote de l'histoire à inscrire des points, chipant cette statistique à son glorieux aîné Sebastian Vettel.

Souvent au coude-à-coude avec Jean-Eric Vergne, qui comptait deux saisons de plus d'expérience, lors des deux premiers tiers de la saison 2014, le Russe estime que les critiques qui concernent l'arrivée de pilotes trop jeunes en F1 - à l'image de Max Verstappen, qui prendra sa succession au sein de l'équipe junior de Red Bull, qui prendra son premier départ à 17 ans - ne sont pas fondées : « Je peux évoquer mon cas et pour moi cela s’est bien passé. Au début, les gens étaient assez pessimistes sur ce dont j’étais capable, mais il s’est avéré que tout s’est bien passé. Je n’ai jamais couru contre Max car il était trop jeune pour que je l’affronte dans la même catégorie. J’aurais le privilège de l’affronter en 2015 vu qu’il commencera en F1, donc c’est très bien, » s'est-il réjoui pour Autosport.

Kvyat est aussi revenu sur le discours qui tend à considérer que les Formule 1 sont devenues plus simples à piloter. Pour lui, au contraire, la réduction des essais privés constitue un obstacle : « Je n’aurais pas craché sur une centaine de tours d’essais en plus, c’est sûr, comme certains pilotes, avant, faisaient. Ce n’est pas plus facile et c’est le même cas pour tout le monde : soit vous réussissez, soit non. Pour moi, je n’ai pas eu de difficultés particulières et ce n’était pas quelque chose de dur pour moi à apprendre ».

En 2013, le pilote au numéro 26 avait décroché le titre de champion de GP3. Il estime que cette discipline prépare correctement à la F1 : « L’approche que j’ai eue en GP3 a bien fonctionné. Cela m’a aidé à gagner le championnat et j’étais à l’aise avec ma monoplace. Les gens autour de moi semblaient être d’accord avec cette approche et depuis septembre de l’année dernière je n’ai pas beaucoup changé. J'ai juste fait quelques modifications et les gars ont su adapter la voiture pour que je me sente à l’aise. Si vous continuez à être vous-même mais qu’un jour vous décidez de changer, alors vous trouverez que ce jour-là sera un jour sans. Pour qu’une cohérence existe vous devez savoir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Je pense qu'être juste avec les gens et avec moi-même est la chose la plus importante pour être bon dans notre domaine, » a-t-il conclu.


Kvyat Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
jean
jean :
Je lui souhaite le meilleur l'année prochaine, hâte de voir comment il va se débrouiller avec Ricciardo à ses côtés.
Il y a 35 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.