> > > > La complainte de Nico Rosberg

La complainte de Nico Rosberg

En Chine, terre de sa première victoire en Formule 1 il y a trois ans, Nico Rosberg s'est montré impuissant à contrarier la marche en avant de son équipier Lewis Hamilton. Pire encore, il a semblé perdre son calme tout en acceptant, bien malgré lui, un statut de numéro deux plutôt encombrant pour un prétendant au titre désigné.

© Mercedes - Rosberg est-il en train de perdre pied en ce début de saison ?© Mercedes - Rosberg est-il en train de perdre pied en ce début de saison ?

Au soir de la saison 2014 de Formule 1, qui a vu le couronnement de Lewis Hamilton pour la seconde fois de sa carrière, on avait laissé un Nico Rosberg combattant, plein de panache et beau joueur face à la joie de son équipier.

En se doutant bien de la future suprématie des Mercedes pour la saison 2015, on s'attendait à voir une lutte acharnée entre les deux hommes, encore plus serrée que celle qu'ils nous ont offerte l'an passé, tant sur le plan sportif que psychologique. C'était sans compter sur le réveil de Ferrari et de son nouveau Prince Rouge, Sebastian Vettel. Déstabilisant pour Rosberg ? Sûrement, mais l'Allemand, challenger pour le titre en 2014, est bien loin de son meilleur niveau en ce début de saison 2015.

Battu largement par Hamilton en Australie pour l'ouverture de la saison, jamais dans le rythme en Malaisie, abandonnant même la première ligne à Vettel en qualifications, puis chutant jusqu'à la troisième place du podium en course, Rosberg se devait de réagir en Chine pour rester une menace crédible aux yeux du double champion du monde britannique.

Au lieu de cela, on a assisté à une nouvelle démonstration de force d'Hamilton et à un resserrement des performances entre Vettel et Rosberg. Ce dernier d'ailleurs n'est pas allé chercher bien loin les raisons de sa contre-performance en course. En conférence de presse d'après Grand Prix, il a accusé son équipier de ne pas avoir eu un rythme assez soutenu durant une période de la course, permettant au pilote Ferrari de revenir sur lui.

Une attaque plutôt étrange à laquelle Hamilton a répondu avec pragmatisme et logique en arguant qu'il n'avait pas à se soucier de la course de son équiper, ayant assez à faire avec la sienne. Avec cette déclaration, Rosberg a peut-être voulu lancer la guerre psychologique qui avait bien failli déstabiliser le Britannique en 2014. Mais ces propos raisonnent plus aujourd'hui comme un aveu de faiblesse de l'Allemand, déjà dépourvu de sa précieuse arme, sa vitesse sur un tour, lors des qualifications pour quelques centièmes de seconde.

Si Rosberg avait été l'homme fort du Grand Prix de Chine, plutôt que de se plaindre de la lenteur d'Hamilton, il aurait dû le rattraper, puis le dépasser en piste pour imposer son propre rythme et se défaire ainsi de la pression de la Ferrari de Vettel. Mais visiblement dans l'impossibilité de le faire, le vice-champion du monde 2014 a préféré attaquer son équipier sur un terrain qui semble bien peu fertile en ce début de saison.

L'année passé, Lewis avait déjà fait un début de saison tonitruant avant de tomber dans le piège tendu par Nico à Monaco, dans son jardin. A partir de ce moment, l'Allemand était devenu un réel challenger pour le Britannique. Il ne faudrait cependant pas que le déclic tarde trop à venir pour Rosberg cette année, au risque d'y perdre ses nerfs, comme il l'a laissé entrevoir le week-end dernier à Shanghai. D'autant plus que cette fois-ci, Vettel est en embuscade.


Hors Piste, Rosberg Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




15 réactions sur cet article Donnez votre avis
didi
didi :
Rosberg avait étonné son monde l année dernière, en battant le surdoué Lewis en qualif et/ou en course, à plusieurs reprise. Mais il avait aussi bénéficié de quelques problemes fiabilité de son coéquipier. En fin de saison l ascendant de Hamilton est apparu plus évident, même si assez minime. Il semble que cette année, avec une meilleure fiabilité des Mercos, et Hamilton plus serein, l'écart se creuse petit à petit. Ce qu avait fait Nico l année dernière était beau et on en redemande !
Il y a 52 mois
ayenge
ayenge :
Rosberg n'avait étonné personne ! Il est un pilote rapide c'est indéniable mais il n'a fait que retarder l'échéance grâce au concour des inombrables problèmes mécaniques de Lewis. en fait les commentaires disent qu'il n'est pas au niveau qu'il avait en 2014 mais la réalité est tout autre. Il avait gagné l'Australie pcq Lewis avait abandonné ! Les deux courses (en fait les 4 courses suivantes), sans soucis mécaniques, Lewis les a emportées haut la main ! Si ce n'est la parenthèse Vettel, la logique de l'année passée est toujours respectée. Lewis gagne les courses et est devant Nico quand il n'a pas de soucis mécaniques. Aussi, les qualifs - même si Nico est aussi rapide sur un tour - si vous enlevez les deux grands prix où Lewis est parti de la dernière place et où il n'a donc pas pu défendre ses chances en Q3 et que vous enlevez l'INFAMOUS GP de Monaco, on arrive à un un score quasi-égal... mais Lewis se concentrait plus sur la course et - il est vrai - avait beaucoup plus de pression car il était le champion confirmé (tout à perdre) face au challenger (tout à gagner)... la saison 2014 bouclée, j'avais dis qu'il serait 'intouchable' ! Il conduit maintenant 'décontracté' et remet les pendules à l'heure même en qualif ! Nico n'est pas moins bon qu'en 2014, c'est juste que Lewis est un cran au-dessus, différence que l'on a tous ressentie dès la mi-saison 2014 où les dépassements de Lewis sur Nico se sont succédé autant que les victoires... et on n'a toujours pas vu un seul dépassement probant de Nico sur Lewis suivi d'une victoire.... mais bon, il paraît que Nico garde ce genre d'attaque pour le dernier relais (de la dernière course ?).

Lewis, qu'on le veuille ou non est plus fort que Nico qui n'est pas un manche. Parfois il faut regarder la réalité en face. Il arrivera sans aucun doute à Nico de gagner ci et là mais franchement peut-être à la faveur des stratégies ou d'une usure des pneus mais à la régulière, aller chercher Lewis quand les deux voitures sont au top: Impossible !

Mon avis est que ce débat Lewis-Nico est dépassé ! Il n'a jamais eu lieu que dans l'imaginaire de ceux qui rêvaient de voir chuter Lewis.

L'ultime challenge de Lewis (outre les titres et victoires) se nomme Vettel. A voiture égale, j'aimerais voir cela mais j'ai peu de doutes sur l'issue de la confrontation ! Il a un grand talent c'est indéniable.
Il y a 52 mois
Baldwin
Baldwin :
@Ayenge
Excellente analyse de très bonne tenue. Bien argumenté et très bien mis en perspective, difficile de ne pas être d'accord sur une bonne partie des éléments factuels. Félicitations.
Il y a 52 mois
Rocktau
Rocktau :
@Ayenge
Tout à fait d'accord avec votre analyse claire et précise. A la différence de certains commentateurs qui n'ont de cesse que d'alimenter des confusions en occultant l'essentiel et la vérité.
Il y a 52 mois
dahou ouabou
dahou ouabou :
Moi ce que je souhaite , que ferrari claque des nouveautés et flanque une bonne raclée à mercedes. Quand à lewis le garçon à du niveau. rosberg n'arrive meme pas à sa cheville. Certains commentateurs peuvent raconter ce qu'ils veulent.
Il y a 52 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Si je compte bien, Hamilton a gagné 8 des 10 dernières courses. Combien en a gagné Rosberg? A moins d'inventer un complot ou un délire basé sur des ragots, il est clair qu'Hamilton domine Rosberg à la régulière depuis de longs mois. C'est vrai qu'à la place de Nico il y a de quoi gamberger, même si on est de bonne constitution. Tomber pendant presque toute sa carrière sur numéro comme Lewis c'est compliqué de ne pas jouer les Poulidor. Alonso en a fait les frais. Mais Poulidor était comme Nico et Alonso a été un très grand champion.
Difficile en effet de trouver une autre explication fondamentale à cette situation que la qualité extraordinaire du pilotage d'Hamilton. Rosberg est un pilote pourtant très rapide. Personne dans le paddock vous dira que Rosberg est un manche, mais tout le monde reconnait qu'Hamilton est depuis belle lurette sur un nuage.
Une fois qu'on a admis l'idée que Lewis dispose d'un petit plus qui fait régulièrement la différence sur Nico, il faut comprendre que ces deux là se doivent aussi beaucoup. L'un ne serait probablement pas là sans l'autre et vice versa. Leur aventure commune chez Mercedes est le mieux qui pouvait leur arriver. On a tendance à l'oublier, mais ce delta faible mais persistant a été un gage d'émulation constante et de progrès pour eux deux d'où qu'on le regarde.
Le problème, si l'on se penche sur ce début de saison avec un Nico un peu moins vaillant, le jeu perd de son intérêt. Voila pourquoi Lewis est plus ou moins consciemment pas si mécontent de voir Vettel revenir dans la danse. Il est resté un grand gamin qui fait de la F1 d'abord pour le fun des bastons, il l'a encore redit il y a quelques jours. Lewis a toujours progressé dans la difficulté, sa saison 2014 est à ce titre un véritable hymne au combat, une anthologie de rebondissements et de combats épiques. Merci Nico
Je dirais que pour Nico, Lewis a été un fabuleux moyen de rester en haut de l'affiche. Il ne lui faut pas lâcher le morceau, jamais, au risque de finir bien plus décroché qu'on l'aurait imaginé il y a encore quelques mois.
Comme j'aime toujours apporter une touche technique à mes posts, elle concerne le changement passé presque inaperçu de règles sur les échanges radio. je reste persuadé qu'il a favorisé Lewis au détriment de Nico. Le fait que l'on ne puisse plus "coacher" un pilote en fonction de la perf de l'autre, que certaines infos techniques comparatives (freinage par exemple) en course entre deux pilotes d'une même équipe soient prohibées, a plus nuit à Nico. On peut fournir de l'info technique, contrairement à ce qui avait failli nous tomber dessus, mais rien de comparatif. A ce titre l'épisode de Shangai sur le ralentissement de l'un aux dépens de l'autre, puise son origine dans certaines limitations des infos données via la radio car la FIA veille au grain. Ceci étant, un pilote rapide et dominateur n'a pas besoin d'être coaché en course. Et c'est le cas de Lewis, peut-être moins de Nico.
Il y a 52 mois
didi
didi :
@Avenge: "le debat Hamilton Rosberg est dépassé" ? À vous lire on ne dirait pas ! Si je dis que Rosberg a fait du bon boulot et qu on aimerait qu il se surpasse encore cette année, ça vous défrise ! Je disais pourtant bien que Hamilton était meilleur....
Il y a 52 mois
Alinnhomaya
Alinnhomaya :
@ dahou ouabou, @ ayenge

Mercedes a voulu toujours lancer Nico, mais la réalité de la piste a toujours changé la donne.... Nico a vu son salaire doubler sans être CDM, et Lewis doit encore se battre avec des tournures juridiques pour prolonger son contrat qui ne sera pas doublé mais juste un peu augmenté.... Nico craque, car à voiture égale et sans souci mécanique , il ne trouve pas l'issu.... Mercedes devient incapable de contourner la vérité et réalité concernant la supériorité claire et nette de Lewis face à Nico..... Ferrari progresse au bon moment pour dire son mot au duel Lewis-Nico et peut-être à la course au titre, qui sait ? Donc, je suis content de voir que les man?uvres de Mercedes se réduisent petit à petit à zéro au sujet du duel artificiel "Lewis-Nico" où ils pouvaient tout faire avec la mécanique de l'un ou l'autre et dictaient leurs stratégies à leurs goûts..... Je serais vraiment ravi de voir aussi Red Bull et pourquoi pas Mclaren-Honda venir faire des troubles faites de temps à temps, si pas tout de suite, mais à la deuxième moitié de la saison..... :o :o
Il y a 52 mois
Alinnhomaya
Alinnhomaya :
LA VRAIE VERITE sur la contre-performance de Nico et son incapacité de faire face à Lewis commence clairement DEPUIS L'INTERDICTION DES CONSIGNES ET TACTIQUES du muret liée à la performance d'un pilote pendant la course et les qualifications..... Cela date depuis MONZA 2014 jusqu?à nos jours, puisque Lewis s'en était même réjoui du changement en disant qu'il trouvera un avantage en course, chose qui se démontre jusqu'à nos jours.... Nico est coincé depuis là pour poser des questions liées à la performance comme il en avait très souvent l'habitude dans le passé... XD XD
Il y a 52 mois
ayenge
ayenge :
@didi : On aimerait tous qu'il se surpasse car au-delà de ces éternelles discussions nous, tout ce qu'on espère ce sont des bagarres sur la piste ! Pas en dehors ! Mais il y'a quand même une question: Qu vous dis que Nico ne se surpasse déjà pas mais qui'il est à la limite des SES possibilités ?
Il y a 52 mois
chris_lo
chris_lo :
je me souviens tout de même de son calvaire à Singapour avec sa boîte de vitesse qui ne marchait pas, et même s'il avait fait podium il a eu le souci de son ERS au Canada, donc Nico a eu aussi son petit lot de soucis.

je pense que c'est un mec plus enclin à plier sous la pression. Il m'avait agréablement surpris au Brésil en dominant Lewis de bout en bout, ce qui a entretenu un semblant de suspense pour l'ultime course... mais c'est vrai qu'en général il n'arrive pas à renverser la domination de Lewis.

Après il y a pire que lui, il y avait Webber chez Red-Bull face à Vettel ou Massa chez Ferrari face à Alonso :D
Il y a 52 mois
V6 Turbo
V6 Turbo :
Mercedes a battu à Shangai le record de l'arrêt aux pits le plus rapide au monde. Certes c'est un détail de l'histoire mais c'est un point important dans la confiance que peut porter un pilote à son équipe. Une performance à saluer car elle met en évidence le travail considérable accompli par les mécaniciens. On parle plus souvent d'eux quand ils se loupent sur un changement ou font échouer une course par un arrêt trop long. Pour en arriver à 1'83 secondes il faut répéter, améliorer, travailler la coordination neuromotrice des gestes tout en restant "intelligent", pas trop robot pour s'adapter à un éventuel aléas.
Félicitation a tous ces gens de l'ombre qui vivent leur passion au centième de seconde même si ce n'est pas derrière un volant. Le succès et le spectacle passe aussi par eux.
Il y a 52 mois
Ayrton4ever C. Lopes
Ayrton4ever C. Lopes :
Excellent!!!
Il y a 52 mois
Tat
Tat :
La réalité est que Lewis est un pilote surdoué comme on n'en a pas connu jusqu'ici. Son entrée fracassante en F1 en 2007 est éloquente : il a fallu beaucoup d'intrigues au sein même de son équipe pour l'empêcher d'endosser le costard de rookie champion du monde! On sait comment Martin Wittmarsh l'a traité au sein de Mc Laren, le foutant quasiment dehors en 2012. L'autre jour à Shanghai, quand j'ai vu Button et Maldo se battre "comme des chiens" pour une quatorzième place, j'ai eu une pensée émue pour Martin, et pour Ron.
Si on regarde la carrière de Lewis, l'anomalie, c'est qu'il n'ait été champion que deux fois, depuis 2007. Beaucoup de gens savent très bien pourquoi.
Face à un tel monstre, on nous a pondu des nouveaux règlements, techniques au possible, avec des A. Prost et autres qui nous expliquaient doctement que le Lewis, il savait que rouler vite, qu'il était pas malin, qu'il ne saurait pas gérer les nouvelles monos hyper sophistiquées, qu'il fallait quasiment être ingénieur pour cela, ce qu'était presque Rosberg, ce que n'était assurément pas Hamilton.
Aujourd'hui on voit qui sait ménager sa mécanique, gérer ses pneus, consommer moins d'essence, tout en gardant sa pointe de vitesse ; on va même lui en faire le reproche!
On a subi toute l'année dernière la campagne acharnée, haineuse, persistante de la presse française pour pousser Lewis hors de chez Mercedes, et mettre Alonso à sa place, après que le premier a fait renaître l'écurie allemande.
Sur ce site, ceux qui se reconnaîtront ont passé l?essentiel de 2014 à nous démontrer que Lewis devait quitter Merco, qu'il n'y avait pas sa place, qu'il n'en était pas digne.
La haine, quand elle vous tient!
Les mêmes nous ont d'ailleurs assuré en début 2015 qu'ils quittaient le forum, pressentant une année ... oserais-je le dire?
Ils sont toujours là, à polluer le forum de leur haine inexpiable, de leur ressenti nauséabond envers Hamilton, qui n'a rien à voir avec le sport. On ne peut quand même pas changer la couleur de ce pilote surdoué! On est désolés!
Wolff est obligé de faire contre mauvaise fortune bon coeur. Comme nous l'explique savamment Dahou Ouabou, si Wolff torpille les courses de Lewis, comme en 2014, c'est Vettel qui ramasse la mise, ou un autre, à la faveur du progrès des autres équipes.
Vive Vettel, vive Raiko, vive les progrès des autres équipes, merci à tout ce monde pour Lewis. J'espère que ce dernier sait reconnaître ses alliés objectifs en ce moment, et que dans le futur, il ne sera pas ingrat!
Je rigole!
Il y a 52 mois
surboumpour4roues
surboumpour4roues :
..........que Nico s'accroche a sa place car bientôt 4 pilotes Red Bull au chômage et il y a dans ce lot 4 bons pilotes moins gourmand !
Il y a 52 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.