> > > > Le faux débat sur la dangerosité en Formule 1

Le faux débat sur la dangerosité en Formule 1

Le faux débat que sont en train d'entretenir certains acteurs et observateurs de la Formule 1 devient de plus en plus gênant. Plutôt que de se focaliser sur l'absence ou non de danger dans le spectacle offert par la discipline, il vaudrait mieux recentrer l’intérêt sur les pilotes et simplifier des règlementations trop complexes pour redonner un nouvel élan à la Formule 1.

© Sauber - Les pilotes aimeraient pouvoir lutter sur la piste© Sauber - Les pilotes aimeraient pouvoir lutter sur la piste

A en croire certains observateurs, qualifiés d'avertis, et même certains acteurs, la Formule 1 ne serait pas assez dangereuse et donc moins intéressante qu'à une certaine époque... voilà une affirmation qui peut choquer, surtout après les épisodes malheureux de la fin de saison dernière et du début de celle-ci.

Il n'y a pas besoin de rappeler le terrible accident de Jules Bianchi au Grand Prix du Japon en octobre 2014, ni celui de Fernando Alonso en début d'année à Barcelone qui l'a contraint à déclarer forfait pour la première course, afin de prouver une fois de plus que la Formule 1 est un sport suffisamment dangereux.

Aujourd'hui, le jeune pilote français se bat toujours pour sa survie, avec force et courage, à l'hôpital de Nice, entouré de sa famille qui a sûrement dû trouver ces déclarations sur la dangerosité de la Formule 1 plutôt déplacées, voire même idiotes. Fernando Alonso a eu plus de chance après un choc latéral plutôt violent qui lui aura néanmoins causé quelques soucis, heureusement passagers, de santé.

Mais le plus aberrant est de constater de qui viennent ces propos. Tout d'abord, de Niki Lauda. Le triple champion du monde autrichien a pourtant touché du doigt, et de manière violente, la dangerosité dans laquelle était plongée ce sport dans les années 70. Grièvement brûlé, donné pour mort sur la piste et portant toujours les stigmates de son accident au Nürbürgring en 1976, l'actuel directeur non-exécutif de Mercedes s'en voudrait sûrement de retrouver un de ses deux poulains dans une telle situation.

Ensuite, Kimi Raikkonen, pour qui la Formule 1 manque de piquant. Entendre ce discours d'un pilote en activité n'est guère étonnant puisque désormais, piloter une monoplace s'apparente plus à de la gestion et de l'endurance qu'à de l'utilisation du talent et de son sens de la trajectoire pour battre ses rivaux en piste.

Leur argumentation est de dissocier dangerosité et sécurité. Mais ces deux notions sont tout de même interdépendantes. Comment accentuer le danger sans pour autant négliger la sécurité ? Si plus aucun pilote n'est mort lors d'un Grand Prix de Formule 1 depuis 1994, c'est grâce à la prise de conscience des instances dirigeantes sur les manquements sécuritaires dans lesquels baignait la discipline. De nombreuses évolutions ont vu le jour depuis plus de vingt ans et il nous a été donné de voir, à plusieurs reprises, un spectacle passionnant durant cette période.

Pourtant, d'autres pilotes, de diverses générations, semblent avoir identifié les principales raisons du manque d'attrait de la Formule 1 actuelle. Max Vertstappen, 17 ans, et Jenson Button, 35 ans, souhaiteraient avoir des monoplaces avec plus d'appuis et des contraintes de pilotage plus importantes, afin d'avoir une vraie lutte en piste contre leurs adversaires. Aujourd'hui, les deux pilotes constatent bien l'impossibilité de se rapprocher de la monoplace qui les précède sans abîmer leurs pneumatiques et donc compromettre le reste de leur course.

De plus, une réglementation trop compliquée et opaque génère des confusions difficilement compréhensible à la fois pour les pilotes mais aussi pour les spectateurs et téléspectateurs. Les pénalités cristallisent bien ce problème lorsque l'on s'aperçoit qu'un pilote peut être sanctionné de 25 places sur une grille comportant seulement 20 voitures et qu'en Autriche, si Lewis Hamilton avait devancé Nico Rosberg de 3 ou 4 secondes, il aurait salué en premier le drapeau à damier mais n'aurait été que deuxième de la course à cause de sa pénalité de 5 secondes ajoutée à son temps final.

D'autres aberrations de ce genre peuvent être pointées et remplir un cahier de doléances à fournir à la FIA qui semble ne pas se rendre compte de la caducité de ses règlements. Voilà donc une piste intéressante à creuser avant d'aller chercher du danger et du sensationnel, dont les pilotes, principaux acteurs de la discipline, seront toujours les victimes. Replacer les gladiateurs au centre de l’arène et redonner de l'importance à leur talent doit être une priorité. Après tout, ce sont bien les pilotes et non pas leurs monoplaces qui montent sur les podiums...


Hors Piste, Spectacle et Débat Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




12 réactions sur cet article Donnez votre avis
TiRi
TiRi :
Effectivement l'idée n'est pas de voir des blessés ou pire mais de voir de vrai bagarre à couteaux tirés au lieu de cette course de gestion qui tue la F1. Une F1 spectaculaire avec de la prise de risque, sanctionnée en cas d'erreur par une perte de temps dans un bac à sable et pas un dégagement d'asphalte ou on continue à accélérer. Je pense que bon nombre de spectateurs comme moi, fan de F1, fan de pilotage, connaissant les circuits depuis des années au travers de simulations diverses, sont déçus par ce triste spectacle de gestion. On s'ennuie de plus en plus devant les GP.
Complètement d'accord aussi avec l'argument sur les pneus, il suffit de voir la course de dimanche : Rosberg passe devant au départ et impossible à Hamilton de venir le chercher sans cramer ses pneus... du coup il reste à 2 ou 3 secondes derrière et gère... dommage pour nous... faut pas espérer voir des monoplaces se rapprocher et être "déventer" sur un freinage parce que trop près, ou de voir un dépassement à l'aspi sans DRS... sans parler de la règlementation complexe, des problèmes sur les V6 hybrides... Désolant en effet de voir Mc Laren utilisé la saison 2015 comme "saison d'essai"... bref j'arrête sinon je vais me dégouter moi-même :) On sera malgrés ça devant le prochain GP (pour une petite sieste??).
Il y a 51 mois
Profx
Profx :
franchement ? il faut avouer la verite , la plus grande partie du public des sports moteurs ne sont pas la pour la belle perf mais pour le crash potentiel ...
et oui l homme est ainsi fait , alors soit on l accepte soit on fait l impasse dessus ...
Il y a 51 mois
Nicolas
Nicolas :
J'avoue faire partie de ceux qui sont venus à s'intéresser à la F1 pour le côté spectaculaire des crashes. J'ai cependant vite apprécié la bataille que se livraient les pilotes, en particulier les passes d'armes entre deux qui se reprennent la place à chaque virage. On finit par se surprendre à regretter un accrochage qui interrompt cette lutte !
La question n'est donc pas de retrouver de la dangerosité, le mot est mal choisi, mais bel et bien de l'authenticité.
Faudrait-il pour cela que la réglementation ne soit pas un boulet administratif à l'européenne !!!

LA F1 se meurt à petit feu, elle vieillit ! Les reproches envers la réglementation devraient amener à s'interroger sur ses auteurs, des dirigeants qui vieillissent aussi et ne se remettent pas en question, un défaut grave en matière de management. Les intérêts financiers ont pris beaucoup trop d'importance et le sport lui-même est passé au second plan. Tout cet interventionnisme est excessif, et aucun excès n'est bon.

Faux-débat, peut-être puisque la dangerosité n'est pas ce qui est voulu, mais débat gênant c'est très bien car il faut vraiment reprendre les choses en main, et cela passe par une prise de conscience des problèmes.
Par exemple, les leçons de l'accident de Jules Bianchi ont-elles été tirées et suivies d'effets comme l'interdiction des engins de chantier en piste ? Cette question est toujours ouverte et donc le débat pleinement justifié.

J'apprécie toujours une sortie de piste par fait de course mais les accidents "évitables" comme celui de Jules me sortent par les yeux. La position des acteurs et observateurs n'est pas blanche ou noire, c'est plus nuancé que ça et il ne faut pas forcément y voir un attrait morbide de la part des spectateurs à jeter au visage de la famille des victimes.

Un exercice intéressant serait de soumettre la réglementation actuelle aux amateurs avertis et de débattre de chaque point. Un boulot énorme, c'est vrai, mais il serait intéressant de voir sortir des propositions certainement plus pertinentes et raisonnables. Des choses intéressantes passent dans les commentaires de ce forum, un sujet dédié serait un moyen pour que ça ne passe pas inaperçu...
Il y a 51 mois
Beb
Beb :
D'accord sur le fait que c'est un faux débat : on ne regarde pas la F1 dans l'attente d'un crash, comme on regarde Koh Lanta dans l'attente d'un clash. C'est du domaine de la perversion à mon sens.

En revanche, citer Jules et Alonso, m'est avis que c'est très mal choisi : Jules a été victime d'une malheureuse grue, un élément extérieur disons, et Alonso a probablement été victime d'un problème technique, ce qui est aussi extérieur au pilotage.

En revanche la F1 est devenue si lisse qu'on ne voit plus le danger pourtant bien réel : la pirouette de Webber, le crash de Grosjean à Spa ou encore celui entre Alonso et Raikkonen, en sont la preuve. La sensation de vitesse n'est pas là, faute notamment à des plans TV volontairement trop larges pour assurer la visibilité de la publicité.

Et puis il y a ces dégagements, puis ces F1 en verre qui ne peuvent se frotter, etc..
Il y a 51 mois
Profx
Profx :
Nicolas, certe aujourd hui nous qui aimons la f1 depuis des annees , nous avons appris a aimer certains pilotes et parmi ceux ci , il est plus que probable que certain ai au courant de leur carrière connu l epreuve du crash ou l issue a ete fatale ou aurait pu l etre . C est cela qui nous a permis surement de ne plus etre dans l attende de voir les ambulances sur la piste voir les "coroners" ... mais pour ceux qui ne font que passer , ou qui pourrait passer jeter un oeuil , il est sur que ce n est pas le fait de voir un pilote sortir de la piste , et au final ne perdre que quelques dixieme ou meme en gagner quelques uns qui va les faire s accrocher a la f1
une "preuve" ?
quand on fait la pub de l indycar que montre t on ? des voitures qui se suivent ? non , on montre les "beaux crash". il n y a pas de secret ...
Il y a 51 mois
alpi
alpi :
"Il n'y a pas besoin de rappeler le terrible accident de Jules Bianchi au Grand Prix du Japon en octobre 2014, ni celui de Fernando Alonso en début d'année à Barcelone qui l'a contraint à déclarer forfait pour la première course, afin de prouver une fois de plus que la Formule 1 est un sport suffisamment dangereux." Ou comment les rappeler en disant qu'on ne les rappelle pas ! Du grand art...

Pour le reste, cet article mélange tout et est bien indigeste.

Personnellement je trouve ridicule tout le déferlement de commentaires larmoyants subis après l'accident de Bianchi et je m'en suis largement expliqué à l'époque. Ces gens savent ce qu'ils font et connaissent les risques. La sécurité est à son paroxysme et voir des SC sortir à tout bout de champ tue ce sport, plus surement que la nouvelle règlementation.
Et si Lauda et KR réclame une F1 plus dangereuse ce n'est pas pour voir des morts mais pour rendre de l?intérêt pour les pilotes, ce qu'ils sont avant tout.

Combien de morts en moto GP depuis 20 ans ? Et on en fait pas tout un plat...
Il y a 51 mois
Zeits
Zeits :
Le premier vrai problème ce sont ces zones de dégagements en asphalte qui font que les pilotes ne sont pas unis de leurs erreurs.

Ensuite peut etre imposer des contraintes aéro pour éviter que le déventage fasse avorter toute tentatives de dépassement
Il y a 51 mois
J-Loo
J-Loo :
Lauda ne fait que constater ce qui est, il raconte, entre autres, « quand je suis passé de la F2 à la F1, j'ai ch.. dans mon froc », ça veut dire ce que ça veut dire..

Il ajoute « Je ne dis pas qu?on doive négliger la sécurité, mais si les voitures étaient plus rapides aujourd?hui, l?excitation des pilotes, tout comme celle des spectateurs, augmenterait automatiquement. C?est en ce sens qu?il faut revenir en arrière. »

www.autosport.com/news/report.php/id/119513
Il y a 51 mois
J-Loo
J-Loo :
Quand au paragraphe sur Jules Bianchi.. On regrette tous son accident et la belle carrière qu'il n'aura jamais mais cette envolée sur sa famille et sur l'homme qui « se bat toujours pour sa survie, avec force et courage », fallait oser..
Il y a 51 mois
amd
amd :
l'exemple d'alonso est pertinent si on sait de quoi il a été victime. Blague a part le deuxième est un meurtre étant donner toute ces règles sécuritaire qui font **** tout le monde, mais qui se volatilise quand les coupes de champagne sont vide.

On se fait vraiment tous ****
Il y a 51 mois
chris_lo
chris_lo :
c'est extrêmement rare mais pour une fois je suis d'accord avec alpi (oui tout arrive^^)

les paragraphes sur la sécurité/dangerosité de cet article sont ridicules et hors de propos. Je ne crois pas que Lauda et Kimi "encensent" le fait que des pilotes sont morts, ou d'autres proches de l'être, suite à des crashs, surtout que l'accident tragique de Bianchi n'a rien à voir avec le pilotage même de sa Marussia, mais bien d'une grue qui ne devait pas être là et la faute à pas de chance. Ça n'a rien à voir avec la vitesse (surtout qu'il pleuvait, donc ils allaient pas à fond), et idem si on prend le précédent gros incident en F1, à savoir l'écrou reçu par Massa... en 2009.

On peut toujours faire plus pour la sécurité c'est évident (la Virtual Safety Car est d'ailleurs la réponse au crash de Bianchi) mais ça ne doit pas être un prétexte pour enlever ce qui fait le sel de la F1.

en plus, on omet complètement un aspect qui ajoute également de la facilité aux pilotes actuels : les dégagements bitumés de partout. Avant, les mecs étaient sanctionnés dans le bac à gravier, maintenant, tu peux parcourir quasi tout les circuits hors piste et perdre juste quelques dixièmes.

je ne pige pas trop aussi le passage sur "il faut plus d'appui", si déjà avec l'appui actuel les mecs sont déventés dès qu'il sorte des échappements adverses mais qu'en même temps les Pirelli s'usent 2 fois plus vite dans l'aspiration d'une autre voiture, mettre encore plus d'appui va accentuer considérablement les défauts actuels des F1... il faut plutôt réduire l'appui à mon avis, et foutre des pneus plus larges et plus endurants. Là on aura des batailles de pilotes et des dépassements, même sans DRS.

quant aux pénalités, celles liées aux erreurs de pilotage ou de sécurité ne me gênent pas, donc je n'aurais pas été choqué que Hamilton doive laisser la victoire au 2ème à cause des 5 secondes. Plein de sports ont des systèmes de pénalités/déclassement et on n'en fait pas tout un fromage. En revanche, les pénalités mécaniques, comme les 50 places cumulées par les McLaren le week-end dernier, avec obligation de drive-through + arrêt au stand, ça c'est absurde !
Il y a 51 mois
alpi
alpi :
@chris_lo,


"c'est extrêmement rare mais pour une fois je suis d'accord avec alpi " : je ne comprends pas comment on ne peut être d'accord avec moi qu'"extrêmement rarement" ?! Je suis plutôt consensuel comme personne... XD
Il y a 51 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.