> > > > Romain Grosjean et la malédiction monégasque

Romain Grosjean et la malédiction monégasque

L'histoire entre Romain Grosjean et le Grand Prix de Monaco n'est pas des plus simples. Le pilote français, presque à domicile dans la Principauté, n'a jamais eu de chance entre les rails de ce circuit si partculier. Cette année encore, un événement de course indépendant de sa volonté l'a fait rater des points importants.

© Haas - Grosjean aimerait bien briller à Monaco© Haas - Grosjean aimerait bien briller à Monaco

Une treizième place à Monaco est un résultat plutôt décevant, surtout lorsque l'on s'appelle Romain Grosjean et que l'on aimerait bien briller sur ce circuit atypique, véritable enclave princière sur le sol français et qui correspond le plus à un Grand Prix national pour le pilote Haas.

Si le début de saison de Grosjean a été plutôt prometteur voire même impressionnant à bien des égards compte tenu du contexte de l'équipe pour laquelle il court, les quelques derniers mois ont été plus durs avec une monoplace ne correspondant pas au comportement voulu par le Français.

Pourtant, à Monaco, l'ancien pilote Lotus avait retrouvé le sourire en même temps que l'équilibre de sa monoplace. Il était relativement ambitieux et surtout confiant de pouvoir marquer des points sur un Grand Prix qu'il apprécie fortement mais qui ne lui a malheureusement jamais réussi, comme il le résume très bien lui même : « Monaco ! Quand je suis rapide, ça ne le fait pas au premier virage, comme en 2012. En 2013 j'ai été bloqué par Ricciardo en qualifications, en 2014 c'était nul mais nous avons réussi à marquer des points, l'année dernier j'ai foiré les qualifications quand j'ai tiré tout droit à la Piscine et cette année...alors oui, on a besoin de beaucoup de chose qui aillent dans le bon sens. »

Et bien sûr, cette année, tout est allé de travers pour le pilote Haas. Il a fallu qu'il croise la route d'un médiocre Kimi Raikkonen, détestant cette piste et envoyant le nez de sa monoplace direct dans le rail. Voulant ramener celle-ci en piste le plus rapidement possible, le Finlandais en oublia de regarder ses rétroviseurs et envoya à son tour, dans un coup de volant malheureux, l'infortuné Grosjean dans les rails.

Voilà comment la course du Français fUt ruinée, sans n'avoir rien demandé à personne, comme l'an passé où le jeune et fougueux Max Verstappen décida de rater son freinage à Sainte Devote pour aller s’encastrer dans l'arrière de la Lotus de Grosjean...

L'an prochain sera une nouvelle expérience pour lui, mais sa motivation sera sûrement intacte pour enfin réussir à briller sur un des circuits les plus réputé en terme de pilotage. Rendez-vous y est prit pour, peut être, voir la première victoire française en Formule 1 depuis Oliver Panis en 1996 sur cette même piste ? Le clin d’œil serait historique.


Hors Piste, Grosjean et Monaco Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




8 réactions sur cet article Donnez votre avis
Aifaim
Aifaim :
Le "problème" de Grosjean, c'est qu'il est actuellement "sur-compétent" vis-à-vis de sa voiture. La Haas n'est pas mauvaise à la base. C'est pourquoi elle a permis à son pilote le plus expérimenté de tirer son épingle du jeu en début de saison. En cela, les déclarations flatteuses de son grand patron sonnent encore tout à fait juste aujourd'hui.

Dallara sait faire un châssis. Mais la firme n'est pas vraiment pointue lorsqu'il s'agit de le faire évoluer de jour en jour puisqu'elle est rarement confrontée à cette situation : "C'est toute la différence entre un constructeur et un commerçant", m'expliquait un jour Michel Elkoubi en comparant le travail d'un Pescarolo et celui d'Yves Courage.

Ainsi, la formule de partenariat convenue entre Haas et Ferrari n'est pas sans inconvénients. La firme italienne, respectueuse du marché conclu, livre ses pièces évoluées sans avertissement préalable, sans réelle étude commune des bienfaits supposés à en attendre sur la monoplace américaine.

Aussi compétents soient-ils, les ingénieurs auront toujours un temps de retard, celui de la comparaison des performances entre nouveauté et stabilité avant optimisation de la voiture. En grande partie, même avec l'apport du verdict des datas, c'est sur le terrain avec le jugement du pilote en confirmation que jaillit la solution, c'est-à-dire en séances d'essais d'un grand prix, sur un circuit pour lequel l'équipe n'a aucune expérience ni vécu.

Et cela est infiniment plus important dans la performance d'un pilote, aussi motivé, rapide et compétent qu'il soit. Ceci est tout autant valable pour Guttierrez.
Il y a 37 mois
Albert
Albert :
Je souhaite l'avis de V6 turbo sur la force en présence actuellement concernant le PU
Comment expliquer la faiblesse soudaine de Ferrari ?
La performance du PU Renault 2016 ?
Il y a 37 mois
Aifaim
Aifaim :
Albert@, en attendant l'incontournable pertinence de l'analyse technique de V6Turbo@, je me demande si le recul actuel des Ferrari ne tient pas plus à un souci de châssis plutôt que du P.U.

Un problème d'adhérence/mise en température des pneus dans la sollicitation brève des qualifications me semble révélatrice, à tort ou à raison. Que des conditions froides retrouvent ces mêmes soucis n'est peut-être pas une coïncidence.

Il est vrai aussi que les autres utilisateurs du propulseur Ferrari 2016 (Sauber et Haas) sont aussi en retrait, mais d'autres causes, bien différentes, peuvent être évoquées pour chacune (manque de moyens pour l'une, inexpérience pour l'autre) alimentent l'hypothèse d'une coïncidence. La Toro Rosso n'est pas concernée puisqu'utilisant le P.U 2015.
Il y a 37 mois
Profx
Profx :
aifaim l auteur de la ferrari 2016 est le meme que celui qui faisait les super et superbe lotus qui ont fait des merveilles avec roikoi et grosjean . mais si je ne me trompe pas a cet epoque (lotus) leur soucis etait souvent de faire chauffer assez leur pneu en qualif. la contrepartie etnat de les economiser mieux que les autres ecuries ... apparement ( ce qui n est pas surprenant ) on ne peut avoir un chassis parfait pour l eco des pneus et qui soit efficace pour les chauffer rapidement.
Il y a 37 mois
Albert
Albert :
Je partage tes analyses sur la fenêtre d'utilisation des pneus, mais à Barcelone, on a pu constater que Ferrari n'a jamais pu dépasser Redbull même quand il se trouvait dans la zone DRS
Le rendement du Pu Ferrari est il au niveau de Mercedes ?
Il y a 37 mois
Aifaim
Aifaim :
Albert@, la puissance du propulseur est une chose, ses réglages et son rendement une autre. Mais la monoplace est toujours un compromis : Il ne faut pas occulter l'incidence des réglages du châssis, notamment dans son rôle fondamental de la tenue de route et de l'appui. Une voiture qui a du mal dans ce dernier domaine nécessitera des ailerons plus inclinés pour aider à la tenue en courbe et à la relance mais au détriment de la vitesse de pointe. Le compromis est de retenir la solution la plus performante, c'est-à-dire la moins pénalisante.

C'est une explication plausible, pas obligatoirement la seule ... ni la bonne !
Il y a 37 mois
Albert
Albert :
@Aifaim
Merci pour tes explications
Je souhaite une réussite pour Ferrari au Canada pour éviter des désordres à Maranello

Il y a 37 mois
arno
arno :
@Albert
Ce n'est pas nouveau qu'on ne puisse pas dépasser en F1 même avec le DRS, ça fait des années que c'est le cas et en particulier à Barcelone au point que le dernier virage a été redessiné afin que les voitures puissent se suivre de plus près mais c'est un échec.

Le fait que des Ferrari même plus rapide ne puissent doubler des RB n' a rien d'anormal, c'était déjà le cas l'année passée avec un PU Renault bien moins performant.

Le moyen le plus utilisé pour prendre l'avantage en piste sur une écurie de pointe c'est l'under cut.

Ferrari l'a réussi avec Vettel sur Ricciardo en le faisant s'arrêter après seulement 8 tours en Soft contre 15 à Ricciardio et pour Kimi, Verstappen s'est arrêté seulement un tour plus tard ce qui lui a permis de conserver la tête et de s'imposer.
Il y a 37 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.