> > > > Liberty Media n'est pas en F1 que pour le profit

Liberty Media n'est pas en F1 que pour le profit

Le groupe américain Liberty Media, nouveau propriétaire de la Formule 1, a fait savoir par l'intermédiaire de Chase Carey, nommé président de la discipline, que sa présence en F1 n'était pas uniquement motivée par le profit.

© F1 - Chase Carey va observer du bout de ses moustaches avant d'agir© F1 - Chase Carey va observer du bout de ses moustaches avant d'agir

Chase Carey, nouveau président de la Formule 1 nommé par Liberty Media, a assisté à son premier Grand Prix à Singapour. A cette occasion, il a tenu à rappeler que le groupe américain qui s'est porté acquéreur de la discipline était là pour durer.

La motivation pécuniaire, bien que présente dans tous les esprits, n'est cependant pas le premier objectif du groupe : « Bien sur que les profits sont importants » précise Carey. « Mais le premier objectif est et a toujours été de créer de la valeur sur le long terme. Donc le but à atteindre ne se fera pas en 12 mois mais plutôt sur une période de trois à cinq ans. »

Une volonté de crédibilité très importante pour Liberty Media, qui n'est pas là pour amuser la galerie mais bien pour développer la Formule 1 vers un spectacle encore plus attractif : « Liberty, à son crédit, a une histoire comme actionnaire à long terme. Ils sont investis et ils connaissent leur métier, comme ils l'ont été dans le domaine des médias et du divertissement. L'objectif est d'investir et de construire sur le long terme. »

De ce fait, l'approche de Casey va rester prudente, et l'homme à la moustache la plus longue du paddock observa son nouveau jouet dans les mois à venir : « De manière réaliste, ce que je ferais dans les mois à venir, ça sera probablement d'écouter ce que les gens ont à dire et intégrer tout ça. C'est un sport avec une large gamme de composants, il est donc important de comprendre chacun des objectifs et quels sont leurs enjeux. Vous ne pouvez pas satisfaire tout le monde tout le temps, mais vous devez comprendre ce que tout le monde veut et ensuite trouver un chemin. »

Le modèle dictatorial de Bernie Ecclestone arriverait-il donc à son terme ? Casey le pense probablement : « Bien sûr, ce n'est pas une tâche pour un comité, les comités ont tendance à devenir bureaucratique. Mais cela ne peut pas être non plus une dictature, même si probablement ici, ils y sont habitués. »


Carey, Media Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




2 réactions sur cet article Donnez votre avis
Nicolas
Nicolas :
A priori, Liberty Media serait clairement un investisseur moins nocif qu'un fonds de pension. Mais investir à long terme implique des changements significatifs par rapport au fonctionnement à court terme qui est la règle en F1 depuis quelques temps.
Pour tout sympathique qu'il ait l'air, Chase Carey est tout de même en charge d'évaluer la F1 en profondeur (style ça n'a pas été fait avant de claquer plus de 4 milliards dans l'opération), avant d'enclencher des changements pour coller à leur marché.
Il faut s'attendre à voir Liberty Media engager des discussions poussées avec les différents acteurs pour changer pas mal de choses bien que le marketing risque fort de garder le pouvoir. Au prix qu'ils ont payé, ils sont en droit d'attendre des résultats probants, et on ne peut pas dire que la méthode actuelle soit un modèle d'efficacité. Le modèle de gouvernance a tout intérêt à passer à un mode coopératif à intérêt mutuel et surtout non auto-destructeur. C'est la base quand on veut faire du long terme.
Il y a 25 mois
arno
arno :
Quelque soit l'investisseur (sauf si c'est l'état qui lui est immortel et peut toujours taxer ses citoyens) son but est de faire du profit.

Si CVC capital ne c'est jamais mêlé de la gouvernance de la F1 c'est parce qu'ils ont toujours été satisfait du travail de Bernie.

Les accords Concorde sont signés jusqu'en 2020 et donc liberty-media a le temps de mettre sa stratégie en place.
Il y a 25 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.