> > > > Ferrari écarte l'idée d'établir une base en Grande-Bretagne

Ferrari écarte l'idée d'établir une base en Grande-Bretagne

Piero Ferrari, vice-président du constructeur éponyme, a balayé la possibilité que son équipe se dote d'une base en Angleterre, contrairement à ce que préconise Flavio Briatore.

© Ferrari - Ferrari n'envisage pas de délocaliser sa base© Ferrari - Ferrari n'envisage pas de délocaliser sa base

Depuis le début de la saison 2016 Ferrari n'a clairement pas atteint ses objectifs en terme de résultats. Après un championnat 2015 convaincant avec trois victoires en Grand Prix, la marque au Cheval cabré s'est laissée distancer par Mercedes et rattraper par Red Bull.

L'ancien directeur de Renault F1 Team Flavio Briatore suggérait alors un bouleversement structurel aux responsables du constructeur italien en se dotant d'une structure satellisée de Maranello, siège historique de Ferrari, en terre anglaise où évoluent la plupart des ingénieurs les plus courtisés en Formule 1 : « Ferrari doit absolument avoir une antenne technologique en Grande-Bretagne » affirmait l'homme d'affaires italien en septembre dernier.

Piero Ferrari a depuis souhaité répondre aux critiques en balayant l'hypothèse de l'établissement de structures en dehors des terres natales de l'entreprise. Le copropriétaire de l'équipe transalpine pointe du doigt les problèmes d'ordre organisationnel auxquels seraient confrontés ses hommes dans le cas d'un tel développement.

Le dernier fils d'Enzo Ferrari va même jusqu'à évoquer le soucis d'assurer "l'italianisation" du groupe, comme le rapporte Global Motorsport Media à propos de John Barnard, ancien ingénieur à la tête de la Scuderia : « Mon plus grand regret [...] a été de convaincre mon père de la nécessité de faire appel à un designer étranger. Mais Barnard n'a jamais interagi avec notre culture, c'était une grosse erreur ».


Ferrari, Technique Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Profx
Profx :
il me semble que dans le passé ca avait ete fait mais qu assez vite ils avaient fait marche arriere et s etait retrancher a nouveau a maranello non ?
Il y a 32 mois
Aifaim
Aifaim :
Bien sûr, @Profx ! Et ce fût non pas un mais deux échecs retentissants, précisément avec John Barnard auquel fait allusion Piero Lardi-Ferrari.

Barnard avait une telle réputation - méritée ! - qu'en plus d'un salaire myrifique, il obtint de rester travailler en Angleterre au sein d'une structure financée par Ferrari. Les résultats se firent attendre si bien qu'il quitta le navire au bout de deux ans. Rebelote de 1993 à 1996 sans plus de résultats.
Il y a 32 mois
Aifaim
Aifaim :
Le gag, dans l'histoire, c'est qu'entre ses deux séjours chez Ferrari, Barnard est allé chez Benetton où cet homme au caractère bien trempé s'est confronté à un autre, en l'occurrence ... Flavio Briatore. Inutile de préciser que cela s'est très mal terminé !
Il y a 32 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.