> > > > De la difficulté de donner des pénalités

De la difficulté de donner des pénalités

Depuis quelques saisons, la réglementation de la Formule 1 est devenue de plus en plus opaque concernant les comportements en piste. Des règles établies et non suivies, des codes de conduite tacites entre pilotes, plus ou moins respectés…et au milieu de cela, des commissaires de course qui ont le plus grand mal à discerner le bon du mauvais dans les différentes luttes.

© Mercedes - De plus en plus de pénalités durant les GP© Mercedes - De plus en plus de pénalités durant les GP

Le récent Grand Prix du Mexique a été symptomatique de la difficulté pour les instances de course d’appliquer un règlement et de donner des pénalités à des pilotes jugés fautifs d’un acte répréhensible en piste.

Les derniers tours, avec la lutte à trois entre Max Verstappen, Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo est l’exemple parfait d’une application à la lettre du règlement. Le pilote néerlandais de Red Bull a été pénalisé pour avoir gagné un avantage en coupant la chicane au bout de la ligne droite de départ du circuit. Son équipe lui ayant suggéré de laisser passer Vettel, alors derrière lui, et son refus d’obtempérer, n’ont pas donné d’autres choix aux commissaires de course que de lui infliger cinq secondes supplémentaires sur son temps de course.

De même, le pilote Ferrari a été reconnu coupable de s’être déporté le virage suivant, dans la zone de freinage sur sa gauche, là où se trouvait alors Ricciardo après une tentative d’attaque de ce dernier sur la Ferrari.

Dans la confusion de l’action, il peut être très difficile de discerner les fautes de chacun. Mais les commissaires de course ont eu le regard plutôt avisé sur ce coup-là, et aucun des deux pilotes pénalisés ne devraient avoir à redire.
Mais plus tôt dans la course, des événements troublants d’un point de vue réglementaire se sont également déroulés.
En premier lieu, le court-circuitage du premier virage par Lewis Hamilton après le départ. Le Britannique a eu un gain de temps flagrant suite à cette manœuvre, que des yeux les plus profanes pouvaient constater sur leur écran de télévision. La télémétrie du triple champion du monde a été analysée et il a été constaté que celui-ci avait ralenti afin de laisser l’écart se réduire. La pénalité a donc été évitée et cette erreur d’appréciation du futur vainqueur du Grand Prix n’en était pas vraiment une car sa situation aurait été semblable s’il avait pris le virage correctement. Nico Rosberg appréciera cette interprétation de la réglementation…

Dans le même virage, Max Verstappen est allé tasser Nico Rosberg à l’extérieur, précipitant la Mercedes dans l’herbe et forçant son pilote à couper lui aussi une partie du virage. Dans sa manœuvre, le Néerlandais ne s’est jamais soucié de laisser assez de place à l’Allemand pour prendre le virage comme lui impose pourtant le règlement. Mais là aussi, aucune pénalité n’a été infligée au pilote Red Bull alors même que Carlos Sainz a été pénalisé de cinq secondes pour avoir fait le même geste, deux virages plus loin, sur l’infortuné Fernando Alonso.

Deux décisions différentes pour deux actes similaires, les commissaires de course pourraient avoir quelques difficultés à justifier cet écart d’appréciation.

L’important à retenir de cette situation est que la course, plutôt soporifique dans sa majeure partie, a été animée grâce à ces échanges en piste plutôt musclés. Dans une volonté de toujours vouloir améliorer le spectacle, pourquoi avoir une réglementation si compliquée et ambivalente alors que la liberté des pilotes en piste devrait être davantage respectée ? Certes, il existe des limites à ne pas dépasser et les commissaires de course sont là pour les rappeler, mais sans excès et surtout, sans pénaliser le public venu voir une course entre les meilleurs pilotes et les meilleures voitures en piste.


Hors Piste, Pénalité et Règlement Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




3 réactions sur cet article Donnez votre avis
Profx
Profx :
le fait que red ulle n ai pas insisté pour faire laisser sa position a son maxou , est surement a mettre en sperpctive du fait que celui allait permettre a son equipier de recoller plus rapidement a vettel et vettel coincer entre deux red bulle avait quel choix ?
a part fermer relativement virilement la porte face a riciardo ? bien que en regardant les images j ai toujours autant de mal a voir un changement de ligne de sa part ... peut etre aurai t il du tenter un depassement sur max a ce moment meme si il savait que cela ne passerai pas , juste histoire d avoir une "raison non defensive" de changer de ligne ....
l application dans le cas precis de vettel de cette regle "verstapen" me parait assez ridicule et a contre sens de l esprit de la regle . cette regle a ete cree me semble t il pour les pilotes qui bougeait brutallement et de facon importante pas pour un pilote qui entre trop "tot" dans son virage sans un accoup mais dans une action plutot fluide. a mon sens je ne voit pas la trajectoire de vettel comme une tentative de changement de trajectoire violente.
d aileurs jacques villeneuve qui est le premier a hurlercontre ceux qui font ces manoeuvres dangereuses n as a aucun moment soulevé le moindre de doute sur la clarté de l action de vettel.
Il y a 7 mois
Aifaim
Aifaim :
En ce qui concerne "l'erreur" d'Hamilton, il pouvait ralentir APRES, cela n'avait, pour lui, aucune importance car il avait préservé l'essentiel : conserver sa première place. Parti en tête, la course était pratiquement jouée, ni les RedBull ni Rosberg ne pourraient le reprendre. C'est en cela qu'il a été extrêmement malin, pour ne pas écrire vicieux pour la bonne et simple raison que sa tricherie a été invisible. Bien joué ?

Toutes ces pénalités impliquent une appréciation et donc une certaine dose de subjectivité. De plus, la décision se doit d'intervenir rapidement, d'où, probablement, parfois, des jugements insuffisamment réfléchis. Le rôle d'arbitre n'a jamais été aisé.

Avant les années 80, les coups vraiment tordus n'existaient pas parce que les vies étaient en jeu : Même une sortie de route banale pouvait se muer en drame par la présence d'un obstacle trop proche de la piste.

Ensuite, ce fût différent. Et le fait que ce soit parmi les plus grands qu'il faut aller chercher leurs auteurs ne change rien, ni aux faits, ni à leur gloire individuelle nourrie par d'authentiques exploits.

Aujourd'hui, on atteint un degré supplémentaire dans la gravité : La vacherie devient banale mais surtout culturelle parce qu'enseignée dans l'apprentissage de la compétition. C'est pourquoi un Verstappen, en quasi bonne foi, estime faire son travail, comme il - ou on lui - a appris.
Il y a 7 mois
Flamaros
Flamaros :
@Profx :
Tout a fait d'accord l'action de Vettel n'est en rien dangereuse, on ne peux pas la comparer avec celles de Verstappen ou autre qui suivent le pilote de derriere avec leurs retros pour se foutre devant lui et ainsi le bloquer pendant tout le freinage. Sebastien a ici au contraire laisse de la place a Daniel pour qu'il se mette un l?intérieur et puisse éviter le contact (par l?arrière).

Daniel est allé au contact car il s'agissait des derniers tours et que l'occasion de gagner 2 places était vraiment trop belle pour ne pas être tente, il y avait donc une certaine confusion et excitation de la part de ses 3 pilotes et je pense que malgré la rage que pouvait avoir Vettel a ce moment, il a plutôt était correct. Son contact avec Ricciardo est un simple fait de course qui ne méritait aucune pénalité a mon sens.

Effectivement les incidents de debuts de courses sont au moins voir plus discutable.
Il y a 7 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.


+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.