> > > > A l'horizon, rien de nouveau...

A l'horizon, rien de nouveau...

Annoncée comme la plus grande mutation de la Formule 1 de ces dernières années, la réglementation 2017, qui était sensée chambouler une hiérarchie bien établie, semble avoir accouchée d’une souris à la vue des premiers enseignements que l’on peut tirer des premiers tours de roues des nouvelles monoplaces.

© Mercedes - Les équipes Mercedes et Ferrari se détachent déjà lors des premiers roulages© Mercedes - Les équipes Mercedes et Ferrari se détachent déjà lors des premiers roulages

Après l’excitation des premiers pas des nouvelles monoplaces 2017 sur la piste de Barcelone la semaine dernière, l’heure est déjà au premier bilan des forces en présence et des capacités d’adaptation des équipes à une nouvelle réglementation sensée changer la donne.

Force est de constater que la hiérarchie semble, pour le moment, respecter celle de la fin de saison dernière. En tête de liste, les Mercedes sont une fois de plus les références en termes de chronos et de fiabilité. Une fois la surprise de l’annonce de la retraite de Nico Rosberg passée et son remplacement acquis par Valtteri Bottas, les hommes de Brackley sont repartis en ordre de marche, à peine perturbés par ce feuilleton hivernal.

Avec le meilleur temps, en 1.19.705, de la première semaine et un total de 557 tours au compteur, les Flèches d’argent ne sont guère inquiètes de la bonne tenue de leur nouvelle W08 qui impressionne déjà. Le nouveau venu Bottas s’est parfaitement adapté à son nouvel environnement professionnel et a déjà séduit un Lewis Hamilton soulagé de ne plus avoir son meilleur ennemi Rosberg sur les épaules. Leur relation de travail part sur des bases saines, ce qui conforte Toto Wolff et Niki Lauda dans leur choix et leur assure un futur peut-être un peu plus calme que ces dernières années dans la gestion des relations humaines.

Mais qui donc pourra alors rivaliser avec les Mercedes cette année ? Tout le monde misait sur les Red Bull et leur duo de pilotes aux dents longues, Daniel Ricciardo et Max Verstappen. Le moins que l’on puisse dire c’est que les deux hommes se sont fait discrets durant ces quatre premiers jours d’essais. Volontairement ou pas, leurs temps au tour ne sont pour le moment pas au niveau des Mercedes et des Ferrari. Mais avec un panachage de gommes très différent et des moteurs qui n’ont pas été poussé à leur maximum, il va falloir attendre les prochains jours et les premiers Grands Prix pour réellement se faire une idée sur les performances pures de ces trois équipes qui se détachent néanmoins déjà de la concurrence.

En milieu de tableau, la hiérarchie est un petit peu plus difficile à établir. Les Haas, équipées de la nouvelle unité de puissance Ferrari, ont démontré de belles capacités et donnent déjà quelques inquiétudes à leurs concurrents directs. Mais l’équipe américaine est toujours en proie à d’insolubles problèmes de freins, point noir de leur saison 2016 et qui pourrait bien devenir le fil rouge ce début d’année. Le directeur sportif, Gunther Steiner, reste cependant très optimiste pour la suite : « Venir là avec un moteur complètement nouveau et être aussi fiable, c'est incroyable. Les autres, qui ne sont pas des manches, ont eu quelques problèmes. Ferrari a fait un grand pas en avant par rapport à l'an dernier et c'est très bien. » Des propos extatiques qui en disent déjà long sur les progrès en performance et en fiabilité réalisés par Ferrari et qui tranchent radicalement avec la situation de McLaren-Honda, qui ne semble pas avoir évolué en bien depuis l’an passé.

Privés de roulage lors des premiers jours, Stoffel Vandoorne et Fernando Alonso ont déjà accumulé un retard important dans le développement de la MCL32. Les errances du moteur Honda agacent considérablement un Eric Boullier menaçant qui exhorte les Nippons à faire les efforts nécessaires avant le premier Grand Prix de la saison pour éviter le ridicule de ces deux dernière années. La partie est mal emballée pour les hommes de Woking et ce nouvel affront pourrait bien être fatal à la motivation de Fernando Alonso qui n’arrive déjà pas à trouver une quelconque satisfaction dans le pilotage des nouvelles monoplaces : « Je pense qu’avec la technologie que nous avons actuellement, avec les packages aéro et avec les unités de puissance, le pilote est même moins important. » Des propos cependant rapidement nuancés, qui rassureront quelques peu les fans du pilote espagnol : « Cette année, il semble que l'on peut pousser un petit peu plus la voiture et que l'on peut probablement utiliser son propre style de pilotage pour maximiser un petit peu ce tour chronométré. »

Du côté de Renault, la donne est différente. L’écurie d’usine, emmenée cette année par Nico Hulkenberg et Jolyon Palmer, est plutôt satisfaite de ses premières journées de roulage et les pilotes se disent même agréablement surpris par leurs performances. Mais le son de cloche est très différent du côté des écuries clientes que sont Red Bull et Toro Rosso. Surtout au sein de cette dernière qui a connu des problèmes de fiabilité et des performances médiocres dues, selon elle, à des difficultés avec l’unité de puissance.

Le reste du plateau composé de Force India, Sauber et Williams, a été besogneux sans pour autant être éclatant. Seule l’écurie britannique s’est faite remarquer grâce à son jeune pilote Lance Stroll qui a vécu un apprentissage difficile en sortant plusieurs fois de la piste et en empêchant son équipe de rouler autant que ce qu’elle le souhaitait.

La deuxième semaine d’essais de pré-saison à Barcelone devrait donc nous en apprendre un peu plus sur les réelles performances de tout un chacun, mais aussi sur la qualité de dégradation des pneumatiques Pirelli et leur capacité d’adaptation aux nouvelles contraintes des monoplaces typées 2017. Encore une fois, le manufacturier italien détient une des clés importantes de la saison à venir.


Hors Piste, 2017 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




Laisser votre avis
Conditions d'utilisation
  • Les commentaires n'engagent que son auteur,
  • Le site ne peut être tenu responsable lors de conflit ayant pour origine un commentaire publié sur le site,
  • Les commentaires irrespecteux ou insultants seront supprimés,
  • Le site se réserve un droit de modération et de suppression.
Optimisation

+Le SAV de la F1


Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.