> > > > Bahreïn - Essais Libres 2 : Vettel brille aussi la nuit, cinq pilotes en trois dixièmes !

Bahreïn - Essais Libres 2 : Vettel brille aussi la nuit, cinq pilotes en trois dixièmes !

Le pilote Ferrari reste au sommet de la feuille des temps, au-delà d'une panne sans conséquence. Daniel Ricciardo s'incruste dans le trio de tête !

© Ferrari - Vettel conserve la tête, juste devant une concurrence resserée© Ferrari - Vettel conserve la tête, juste devant une concurrence resserée

Les pilotes sont rentrés dans le vif du sujet avec la FP2. Comme à Singapour ou à Abu Dhabi, cette séance de roulage est diaboliquement importante à Sakhir, la seule du week-end à reproduire les conditions météorologiques des qualifications et de la course.

Après la chaleur de la mi-journée, place donc au coucher du soleil et à des températures plus "fraîches" : avec 34 degrés dans l'air pour 35 degrés sur la piste au passage du feu vert.

Trois pilotes lésés lors du premier relais

Arrêté à cause d'une surchauffe de turbo en FP1, Kimi Räikkönen se réjouissait certainement de prendre la piste au même moment que ses petits camarades ; son équipier comme les deux Haas ou encore Fernando Alonso, le futur pilote Indycar. De l'autre côté du garage Mclaren, Stoffel Vandoorne devait patienter de longues minutes. Débuté lors de la coupure, ses mécaniciens procédaient encore au chargement d'un nouveau power unit, après le problème d'ERS rencontré lors de la première session.

Comme cet après-midi, les premiers tours significatifs étaient réalisés en pneus tendres. Inséparables deux semaines plus tôt lors des Qualifications, Bottas et Vettel étaient rassemblés en un millième de seconde. Cette fois, le pilote Finlandais avait pris le meilleur sur le rival allemand. Mais leurs deux équipiers les surpassaient après un quart d'heure de roulage. Räikkönen rattrapait quelque peu le temps perdu, et signait un meilleur chrono en 1:32.277.
Le chat noir avait en fait quitté la Ferrari, pour se nicher dans les échappements d'une Toro Rosso. L'extincteur embarqué à bord causait un début d'incendie pour Carlos Sainz, qui garait sa voiture dans le onzième virage. La virtuelle safety gâchait la session quelques instants.


La séance reprenait après coup une évolution normale, sauf pour Pascal Wehrlein. Mauvaise nouvelle pour l'ex-pilote Manor, rentré à la hâte avec un problème évident de suspension. La roue intérieure droite de la Sauber ne touchait pas la piste ! Cette information venait clore la première partie de séance, symbolisé par le cap des 30 minutes de roulage.

Vettel garde la main en vitesse pure, Hamilton gêné

L'heure était venue de découvrir les performances du pneu super-tendre, composé le plus agressif du week-end. Sebastian Vettel étrennait ces gommes à flanc rouge, en fixant la meilleure performance : 1:31:310, malgré "quelques problèmes de freins dans la deuxième partie du tour" selon la radio du pilote. Schéma encore moins linéaire pour Lewis Hamilton, bloqué à plusieurs reprises par d'autres concurrents peu enclin à s'écarter. Provisoirement à une belle sixième place, Nico Hülkenberg était l'un de ceux qui se mirent en travers du chemin du triple champion du monde.

Une fois n'est pas coutume, Daniel Ricciardo venait s'inviter à la fête en terminant un tour lancé à 66 millièmes de Vettel, derrière Bottas, mais devant Räikkönen et Hamilton. Nouvelle similitude par rapport à Shanghai, le Finlandais de chez Mercedes abandonnait une nouvelle fois son T-Wing ! La flexibilité de ces appendices sera très clairement à étudier du côté des commissaires de course...
Loin de la tête, Vandoorne se contentait de commencer son programme, à mi-séance. Un comble alors que les autres pilotes observaient des simulations de long relais.

Au jeu des problèmes, Ferrari tentait toutefois de refaire son retard sur Mclaren. Sebastian Vettel subissait une panne, au même endroit que son équipier lors de la FP1 ! Moteur éteint mais sur l'élan, le quadruple champion du monde regagnait son stand à toute petite allure. Sans stress, les mécaniciens de la Scuderia inspectaient sa monoplace. Moindre mal, l'Allemand n'est tombé qu'en panne d'essence !


3 dixièmes plus lent qu'en 2016 !

La dernière partie de cette FP2 permettait à chacun des 20 pilotes de se jauger en vue de la course. De retour en piste, Vettel comme Räikkönen étaient dans le match face aux deux Mercedes. Concrètement, "Iceman" était même le plus constant avec une série de tours en 1:37, alors que Hamilton comme Bottas oscillait entre 1:36:500 et 1:37:500. À chacun sa stratégie ici : Vettel effectuant plusieurs petits relais de 7-8 tours tandis que Räikkönen allait jusqu'à boucler 23 tours avec les pneumatiques super-tendres. Bottas franchissait également la barre des 20 tours, récoltant de précieuses informations pour son équipe.

Les températures continuaient de descendre mais en piste, les freins des voitures étaient toujours mis à rude épreuve !


Cette deuxième séance de la journée se terminait sans encombres, avec un Sebastian Vettel bien installé aux commandes. Mais en performance pure comme sur les longs relais, tout reste à faire entre les deux écuries de référence ! Saluons au passage le chrono de Daniel Ricciardo qui s'invite enfin dans le trio de tête. Nico Hulkenberg est l'autre belle surprise de cette séance, deux dixièmes devant la Williams de Felipe Massa. Tout en bas de la feuille des temps, Stoffel Vandoorne doit encore prendre son mal en patience.

Quoi qu'il en soit, l'observation du meilleur temps est très intéressante. La chaleur plombe les nouvelles voitures, qui semblent légèrement plus lentes que leurs devancières de 2016. Déjà quatre dixièmes en retrait ce matin, le meilleur temps du vendredi soir est aussi un peu distancé. Il y a un an, Nico Rosberg fixait la référence de la FP2 en 1:31:001. La tendance se confirmera-t-elle demain lors des Qualifications ?


Essais Libres, Sakhir et 2017 Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




1 réaction sur cet article Donnez votre avis
albert
albert :
Le PU actuel RE17 rend d'après les spécialistes 20ch aux PU mercedes, autrement dit RIEN du tout. Je comprends la passivité du staff Redbull qui compte remettre le compteur en route dès le Canada avec le RE17 associé à son MGU-K dernière évolution plus performant
Il y a 4 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.