> > > > McLaren : Double entrée dans les points pour Alonso et Vandoorne

McLaren : Double entrée dans les points pour Alonso et Vandoorne

Pour la première fois de la saison, les deux pilotes McLaren entrent dans les points. Fernando Alonso termine à une probante 6ème et son équipier, Stoffel Vandoorne marque le premier point de sa saison.

© McLaren - Alonso peut partir en vacances avec le sourire© McLaren - Alonso peut partir en vacances avec le sourire

Sur une piste taillée pour elles et moins exigeante en performance moteur, les McLaren n'ont pas déçus. Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne avaient coché cette course sur le calendrier pour, sûrement, réaliser leurs meilleures performances de la saison.

Tout au long du week-end dans le Top 10, Alonso n’espérait qu'une chose : que sa mécanique tienne le coup. Ce qui a été chose faite et ce qui lui a permis de terminer le Grand Prix de Hongrie à la 6ème place, soit son deuxième meilleur résultat depuis son retour chez McLaren en 2015 : « Nous visions probablement la septième ou huitième position aujourd'hui, mais avec Ricciardo hors de la course, la sixième place est devenue possible, et nous avons saisi cette opportunité. Nous avons bien travaillé pour ce résultat tout le week-end, sans faire de fautes avec de bonnes séances d'essais, de qualifications, puis une course parfaitement exécutée. »

Le meilleur tour en course est même venu parachever ce bon week-end : « En plus, le tour le plus rapide à la fin de la course a été une surprise, comme un cadeau, et nous l'acceptons avec plaisir. » précise amusé l'Espagnol.

Une belle bataille avec son compatriote Carlos Sainz au volant de sa Toro Rosso est également venu animer son après-midi : « La bataille avec Carlos était très serrée. Nous étions ensemble au départ, au redémarrage après la voiture de sécurité, nous sommes entrés dans lessands ensemble, nous sommes ressortis ensemble et je savais que j'avais deux tours où je pouvais vraiment pousser et profiter des pneus frais. J'ai essayé de le faire avec des attaque parfois un peu kamikaze parce qu'après ces deux premiers tours, je savais que cela serait impossible. Cela s'est bien passé. » décrit Alonso.

De quoi partir en vacance sur une bonne notre, comme il l'a prouvé au pied du podium en régalant les photographes avec son autodérision, allongé sur une chaise longue, à l'image de la fresque peinte au sol : « C'était vraiment une bonne course, nous allons partir en vacances avec le sourire ! »


Son équipier Stoffel Vandoorne avait également la sourire après avoir marqué son premier point de l'année : « C'était un week-end assez positif pour moi . Nous sommes venus ici en espérant être compétitifs et nous avons pu nous battre dans le Top 10 pour tout le week-end. »

Une récompense bienvenue pour le Belge qui avait raté les points de peu à Silverstone : « Quand une opportunité comme celle-ci surgit, nous devons l'attraper à bras ouvert. Mon rythme de course était encourageant et nous étions définitivement plus rapides que les Force India, mais les dépassements sont très difficiles. À la fin, nous avons obtenu des points, donc c'est un bon week-end pour l'équipe. » conclut Vandoorne


Bilan, McLaren et Hungaroring Suivant Précédent Imprimer l'article Envoyer l'article par e-mail à un ami




44 réactions sur cet article Donnez votre avis
profx
profx :
il ne peut s agir d un noueau pu vu qu au niveau des pieces deja rem^lacee ils doivent en etre au point ou la moindre vis ou le moindre ecrou doit leur couter des penalités .... alors ouila perf est plus encourageante qu il , y parait a premiere vue.
certe ils ne peuvent se contenter tres longtemps d etre lesmeuilleures des autres ( ce qui n est pas encore le cas sur tout les circuits)
Mais si l ecart entre eux et le top 3 diminue course apres course, on peut rever d une saison 2018 ou la couorse en tete se jouerai a 4 ....
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Profx@, Alonso s'est fait pénaliser "exprès" lors du Grand Prix précédent en espérant être tranquille en Hongrie. Le pari a fonctionné. La prochaine course, à Spa, sera plus exigeante pour le propulseur, tant en performance qu'en fiabilité. Honda progresse, la priorité, c'est la fiabilité car il est illusoire d'affûter une mécanique fragile.

Mais Honda est sous le coup de la décision de McLaren de poursuivre ou non l'aventure. Si c'est non, Honda n'a plus de châssis. Qui pour remplacer ?
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
STR, qui resterait dans le giron RB et échangerait le PU RNO avec le Honda
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
C'est la rumeur qui court. A force d'en chercher l'intérêt pour RedBull qui s'était empressé de réunifier la motorisation de ses deux équipes, j'en vois deux :

L'évidente, c'est l'investissement financier nippon mais aux dépends de la collaboration avec l'équipe RedBull.
L'autre, c'est l'éventualité d'un propulseur soudain au niveau dont profiterait Toro Rosso sans en avoir subi les avanies. Et, dans ce cas, en 2019, les RedBull suivraient.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
un troisième serait de pouvoir comparer les 2 unités de puissance dans le groupe.

un quatrième, de faire grimper la valorisation de STR en cas de revente potentielle quand la F1 basculera dans l'ère de la franchise sportive (la franchise morale appartient définitivement au passé si elle a existé un jour...)

En fait, compte-tenu des résultats de STR qui sont quand même globalement assez décevants, tenter le pari Honda qui arriverait avec un gros apport financier (ou des tarifs du PU très bas en échange de Matsuchita dans l'un des 2 baquets, avec Gasly ?) ne changerait pas grand-chose au standing de l'écurie selon moi.

Concernant la "réunification des motorisations de ses 2 équipes", je me demande si elle n'a pas été plus ou moins imposée par RNO l'an dernier, le manufacturier étant en position de force face à RB...
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
Voici la déclaration de Jonathan Neale, directeur des opérations chez McLaren : ""Ce qui est certain c?est nous devons prendre une décision dans les 4 à 5 semaines. Je pense qu?il y a une solution qui existe pour tout le monde, et j?espère que c?est une solution qui nous permettra de garder Fernando (Alonso) au sein de notre équipe." www.actuf1.com/article/208836

Je doute que la solution qui permettrait de "garder Fernando" Alonso chez McLaren soit la poursuite de la coopération avec Honda... Par conséquent, un échange de PU avec STR pourrait bien être la "solution" évoquée par Neale selon moi et on pourrait se diriger vers une McLaren RNO en 2018...
Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@ : bien vu pour un éventuel échange de motorisation entre McLaren et Toro rosso l'an prochain mais le nom de Mercedes était plutôt d'actualité à Woking . Quoi qu'il en soit , Fernando Alonso appréciera d'avoir une motorisation qui lui permette d'aller 20 km/h plus vite en ligne droite en rapport avec la concurrence que ce soit chez McLaren où ailleurs . Je me permets cette digression quand on voit un Fernando assis sur un fauteuil de camping , à quelques mètres des voitures qui composent le podium avec un sourire qui en dit long sur ses choix à venir . Fernando chez Mercedes et Bottas chez McLaren ? Pourquoi pas .
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
Il semble que Mercedes et Ferrari aient renoncé à fournir McLaren en 2018.
D'un autre côté, Alonso a fait des déclarations très sympathiques envers RNO lors du 40ème anniversaire de la présence de la marque en F1 et @milano nous parlerait sans doute du côté très "politique" de l'ibère...

Si RNO signait avec McLaren se serait une belle surprise car cette hypothèse semblait peu probable il y a peu. Et si cela se faisait, il faut souhaiter que cette collaboration ait plus de succès que celle de McLaren avec Peugeot au début des années 90...
Il y a 4 mois
renard442
renard442 :
mac laren-renault ce serait un joli coup de la part de la firme de bilancourt, et on pourrait comparer avec red-bull . Pour en revenir avec peugeot leur moteur si je me souvient bien n'était franchement pas au niveau( c'est d'ailleurs une des rare discipline que peugeot n'ai pas gagné)
Il y a 4 mois
chris_lo
chris_lo :
le Peugeot avait de très bonne perf, le gros souci c'est qu'il cassait comme du verre.

j'ai du mal à comprendre une association McLaren avec Renault, tout comme STR avec Honda. Mais y'a peut-être des choses qui m'échappent...
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
La collaboration n'a pas duré assez longtemps entre McLaren et Peugeot pour pouvoir vraiment juger, malheureusement. Mais le moteur Peugeot ne fera pas d'étincelles avec Prost GP non plus...
Il y a 4 mois
renard442
renard442 :
ap01@ j'avais oublié la collaboration avec prost gp . Par contre peugeot vu qu'il ne sont engagé ni en wrc ni en wec peu revenir en f1 grâce a la nouvelle réglementation moteur
Il y a 4 mois
profx
profx :
peugeot en f1 ... il ne leur a manqué qu une chose ... le grand chef qui avait claqué la porte quand on lui avait refusé la f1 .... je parle de jean todt bien sur
je n aurai pas du tout ete etonne de voir peugeot connaitre les succes que ferrari a connu sous l ere todt
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
sauf que le petit caporal a quitté Peugeot en 1993 et que Peugeot est arrivé en F1 en... 1994 ! Alors je ne sais pas si on lui a refusé quelque chose mais, une chose est certaine : Peugeot a gagné avant lui et après lui.

Après, on peut tirer des plans sur la comète ou refaire l'Histoire si ça nous amuse...

Personnellement, si Ferrari a redressé la tête sous sa direction, il ne faut pas oublier les hommes qu'il a eu autour de lui sans qui rien n'aurait été possible ama.
Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@ : le petit caporal c'était Napoléon 1° , empereur des français et je ne pense pas qu'il y ait un comparatif avec Tonton Todt qui nous bassine avec ses décisions tordues . Sinon je partage vos opinions .
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
@Marc Diskus,

Tenez, une petite définition qui éclairera votre lanterne sur l'expression "petit Caporal" : www.linternaute.com/expression/langue-francaise/16628/le-petit-caporal/
Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@ : merci pour cette définition de petit Caporal qui colle parfaitement à notre vision de Tonton Todt .
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Profx@, vous avez bien sûr tout à fait raison. Jean Todt a littéralement mis Peugeot sur les rails de la compétition en créant à partir de 1981 un vrai service "compétition" ce qui eût pour effet de montrer les qualités de modèles capables de gagner d'autres courses que les rallyes "casse-voitures" sur les pistes africaines. Après ses deux victoires consécutives - face à Toyota - en 1992/93, il avait prévu l'arrivée de Peugeot en Formule 1 mais la direction a refusé pour des raisons budgétaires

Sous-jacent, il y avait un autre problème : L'image. L'effacement de la marque derrière le vedettariat du pilote, la démesure affichée par la F1, ces courses relativement courtes avec des voitures fragiles - surtout à l'époque - ne convenaient pas à la réputation de solidité et d'endurance de la culture-maison... Que l'on retrouve chez Audi qui n'a toujours pas non plus franchi le pas.

Dans sa période F1, Peugeot a conservé ses méthodes et surtout une gestion qui refusait les dépassements de crédit... En F1, ce n'est pas le style !
Pour couronner le tout, McLaren n'était pas non plus en grande forme à cette époque. Chez Jordan, c'était beaucoup mieux, notamment en 1997. L'association avec Prost a pâti d'une concurrence avec des motoristes aux moyens dévolus à la F1 beaucoup plus larges. Parallèlement, le peu de retombées avait dicté à la marque sochalienne de revenir à ses gammes, le rallye en priorité.

Il y aura trois titres mondiaux (2000 à 2002), la confrontation avec Audi en Endurance et la brutale interruption liée aux difficultés financières qui ont failli couler la marque.

Actuellement, Peugeot est en rallycross et en rallye-raid, laissant le WRC à Citroën.

Quant à l'avenir, la F1 est peu probable car, si une nouvelle réglementation est à l'étude, c'est le même cas en WEC. Peugeot est depuis plus d'un an en discussion avec l'ACO et conditionnait son retour à plusieurs revendications. A ce jour, il n'en reste qu'une : la baisse des coûts.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
concernant Jean Todt, Timeo hominem unius libri...
Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@ : belle pensée de Saint Thomas d'Aquin . Je pense que pour Tonton Todt , son seul livre est le règlement de la FIA ?
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
@Marc Diskus, ma citation latine s'adressait surtout à @Aifaim qui donne du "bien sûr vous avez tout à fait raison' à @profx... Ah, les jugement sans appel qui réduisent les autres à de la piétaille, j'adore...

Chacun voit midi à sa porte et tout en reconnaissant le rôle de Todt chez Peugeot Sport, il n'en demeure pas moins vrai que Peugeot est bien entré en F1 en 1994. Alors justifier que Todt ait "claqué la porte quand on lui refusait la F1"...
Sinon, si Peugeot revient au Mans ou en F1, ce sera encore et toujours à mettre au crédit du petit caporal ?

Le livre d'Oncle Todt est peut-être plutôt celui-ci : www.amazon.fr/LArt-mensonge-politique-Mentir-vrai/dp/2841372057
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
AP01@, Profx@ a tout à fait raison lorsqu'il écrit que Jean Todt a quitté Peugeot qui avait refusé son programme Châssis+ moteur pour entrer en Formule 1 pour la saison 1994. J'espère que qui écrit " Alors je ne sais pas si on lui a refusé quelque chose" ne va pas venir contester ce qui est de notoriété publique depuis 1/4 de siècle.

Fin 1993, Peugeot dispose du meilleur V10 3.5l en Endurance avec les mêmes architecture et cylindrée qu'en F1. De plus, la nouvelle réglementation en Endurance ne permet plus à la firme française de s'aligner au Mans.

Débarrassée de nombreux artifices d'aides au plotage, la Formule 1 apparaît attractive pour conserver la technologie acquise. Trop cher de tout faire, Peugeot refuse. Pour le moteur, c'est un peu différent car les vrais "usine" ne sont pas légion et beaucoup proviennent d'officines aux compétences inégales, du très très bon au très moyen.

A partir de son moteur "sprint", Peugeot conçoit un moteur nouveau mais ne se donnera pas les moyens de le faire évoluer selon les standards (finance, réactivité) de la F1. Et puis, la F1 reste la F1 avec des motoristes au 3e rang de la notoriété derrière les pilotes et les constructeurs de châssis. D'où une absence de retombées auxquelles Sochaux croyait un peu naïvement. Il n'est qu'à se rappeler le petit magazine qu'on trouvait alors chez les concessionnaires et agents de la marque.

Si ou plutôt quand Peugeot reprendra le chemin des circuits, s'il est toujours en poste, c'est Carlos Tavares qui en prendra la décision, en fonction des intérêts et des moyens de la marque et non de son penchant naturel : Car il a un joli coup de volant en compétition amateur.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
@Aifaim,

C'est bien joli mais, que je sache, @Profx n'a pas précisé que "Todt a quitté Peugeot qui avait refusé son programme Châssis+ moteur pour entrer en Formule 1 pour la saison 1994" mais "le grand chef qui avait claqué la porte quand on lui avait refusé la f1"... Je pense que vous saisissez la différence, non ?

A la question : la marque Peugeot était-elle présente en F1 en 1994, la réponse est OUI ! Avec McLaren. J'espère que vous n'allez "pas venir contester ce qui est de notoriété publique depuis 1/4 de siècle" ?!
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
AP01@, Profx@ connaissait le fait et je n'avais pas saisi tout de suite que vous ignoriez tout de l'affaire. Ce n'est pas grave.
Je viens de taper "Todt quitte Peugeot" sur Google et voici l'article du haut de page d'une publication pas vraiment spécialisée en sport auto
www.humanite.fr/node/55869
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
@Aifaim,

Je n'ignorais pas tout de l'affaire puisque je savais que Peugeot était entré en F1 en 1994. Après, j'avoue bien volontiers que je savais plus si Todt avait signé chez Ferrari par dépit ou par opportunité.
J'ai aussi retrouvé l'article parlant des raisons du départ de Todt et ils ne sont pas légion...

Si le moteur Peugeot avait mieux fonctionné, peut-être que Peugeot aurait fini par investir dans une écurie complète. Mais on ne refait pas l'histoire et Todt, à l'évidence, a fait un très bon choix de carrière.
Il y a 4 mois
profx
profx :
ap01, lemoyeur seul ce n etait pas etre en f1 pour jeannot. il n as jamais du envisager autre chose que de "transformer " l ecurie d endurance en ecurie de pointe en f1.
pour moi la mise en disponibilité du moteur seul, n etait qu une facon de rentabilisé les investissement fait en endurance sans trop se mouillé .
un role dont un battabt tel que todt ne pouvait se contenter.
se poser la question de savoir si todt aurait reussi a porter les couleur de peugeot au firmament de la f1 me fait un peu rire.
peugeot sport etait dans une super spyrale victorieuse depuis des annees ferrari dans son plus grand creux jamais connu de l histoire.
il ne pouvait que reussir et surement bien plus vite qu il ne l a fait chez ferrari.
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Profx@, l'argumentation est sujette à caution. Jean Todt + son équipe Peugeot + quelques spécialistes recrutés + des moyens aussi conséquents que chez Ferrari auraient probablement fait mieux. Mais la firme n'aurait jamais délié les cordons de la bourse sans compter et, pour une équipe débutante, c'était rédhibitoire.

D'un autre côté, si l'architecture du moteur ne changeait pas (V10 3l5), il ne fût jamais question de sortir un moteur de la 905 directement pour le greffer sur la McLaren. Les sollicitations sont tout à fait différentes, d'autant plus que le quota de moteurs n'était pas à l'ordre du jour.

Il ne faut pas oublier non plus que "la chevauchée fantastique" chez Ferrari n'a porté ses fruits qu'en 1999 (titre constructeurs) puis 2000 à 2004 avec les deux titres. Et, en 2000, c'est justement l'année du départ mais l'issue était scellée dès la fin de 1998.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
@profx,

Tant mieux si pour toi Todt est capable de transformer le plomb en or en un tour de baguette magique...
Et si ça te fait rire d'imaginer le contraire, tant mieux pour toi, ça prouve que tu as le rire facile...

J'imagine que tu étais également convaincu qu'Honda allait galérer comme il galère actuellement et que ceux qui auraient émis un doute il y a 3 ans t'auraient également fait rire ?!

Tu devrais te méfier de ta tendance à vouloir considérer que l'évidence se confirme toujours et à vouloir refaire l'histoire...
Il y a 4 mois
profx
profx :
pour une ecurie de f1 le budget ne doit pas venir specialement du "proprio" ... je suis sur qu en france a cet epoque il se serait trouvé de nombreux candidat pour sponsoriser une peugeot de f1 avec todt ...
je peut paraitre naif et trop beat devant le talent de jeannot mais je suis sur que cela n aurai jazmais pris tant de temps que cela et j ose meme dire que des la seconde saison la peugeot aurait batailler pour la gagne.
apres avoir surement fait un ou plusie'urs podium des la premiere saison
n oublions pas qu a cet epoque les essais ne sopuffrait pas de limite autre que celle que l ecurie s imposait
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
@profx,

Mieux, Peugeot aurait été CDM dès sa première saison et aurait certainement gagné tous les GP en réalisant le doublé à chaque course ! Todt est tellement fort... D'ailleurs, on l'a bien vu avce Ferrari : il est arrivé à l'été 1993 et la scudéria a été CDM en 1999 pour les constructeurs et 2000 pour les pilotes avec, pourtant, l'un, sinon, le plus gros budget à l'époque... Alors, faire de Todt un Dieu vivant et/ou un alchimiste est sans doute un pu exagéré et, qui plus est, démenti par les faits chez Ferrari... A bon entendeur...
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Profx@, malheureusement non, les éventuels sponsors ne se bousculaient pas au portillon sinon, Jean Todt aurait battu le rappel. Mais son projet dépassait largement les capacités de ce qui pouvait être réuni, surtout dans la durée.

Si vous vous souvenez, quand Alain Prost créa son écurie, son ambition était de rassembler, fédérer un grand nombre d'entreprises françaises autour de son projet mais, tout auréolé de son prestige, il n'y parvint jamais.
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Profx@, cette première saison ne fût pas ridicule malgré un châssis dépassé, la McLaren-Peugeot décrocha 8 podiums. La seconde saison fût nettement moins reluisante, McLaren avait des contacts avec Mercedes et honorait de plus en plus mal ses factures, histoire entre autres d'éc?urer un partenaire qui avait signé pour trois ans.
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
Chez Honda, la performance hongroise a boosté les ambitions puisque l'objectif est désormais de dépasser Renault d'ici la fin de saison.

Pourquoi pas ? La fiabilité trouvée, rien empêche désormais le constructeur japonais de reprendre sa progression en matière de performance.

Spa puis Monza serviront de révélateur.sur ces deux tableaux.
A Budapest, Alonso avait une mécanique flambant neuve pour un circuit assez peu exigeant de ce point de vue. Il en sera tout autrement des deux circuits à venir. Vandoorne ne disposait pas non plus d'un propulseur fatigué. Si Spa se déroule sans souci pour les deux McLaren, ce sera une confirmation que Monza ferait bien de valider.

Reste à trouver la puissance, ce qui pourrait arriver rapidement car les problèmes de fiabilité n'ont certainement pas freiné la recherche qualitative même si les résultats mis à jour sont restés en attente de résolution prioritaire des vibrations et autres tracas.

Il faut dire que la déclaration de Ysuke Hasegawa, responsable motoriste tombe à point nommé : Entre les tractations avec Toro Rosso (client Renault) et les tergiversations de McLaren, si cela se concrétise en piste, c'est l'avenir de Honda mais aussi le visage du plateau 2018 qui en seront changés.
Il y a 4 mois
Aifaim
Aifaim :
J'attends une confirmation par recoupement avec un site étranger mais, apparemment, Toro Rosso ne sera pas motorisée par Honda en 2018.
Il y a 4 mois
AP01
AP01 :
Le grand @Aifaim va nous délivrer la bonne parole grâce à ses "recoupements". J'attends fébrilement son verdict...

Il semble que les discussions soient au point mort à cause "des conditions financières trop élevées demandées par STR". www.actuf1.com/article/210780

Je ne sais pas si le sujet est totalement enterré et, en cas de rupture du contrat entre McLaren et Honda pour 2018, pour peu qu'il intervienne assez tôt (septembre), les discussions pourraient bien reprendre entre Honda et STR si Honda veut rester en F1 car ils n'auraient pas d'autres solutions, à moins que Williams... Ou un rachat de Force India puisque cette écurie est à vendre...
Il y a 4 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@ : j'attends avec patience le résultat de vos recherches , qui n'ont d'autre but que de nous communiquer des informations sur l'actualité des sports automobiles ( et de son histoire également ) . Contrairement à ce qui se passe habituellement en F1 , les vacances donnent lieu à un ralentissement et chez Toro Rosso , on doit se dire " qui va piano va sano " .
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, il y a aussi ralentissement sur les sites, encore qu'il faut se souvenir que ces tractations n'ont jamais reçu de validation officielle... ni de démenti.Faisons comme si :

Pour Toro Rosso, la situation est claire avec un contrat respecté envers Renault et une conception de la monoplace 2018 qui peut se poursuivre normalement.

Pour Renault, c'est peut-être un grand "ouf !" perdre un client/financeur était ennuyeux mais probablement moins que l'éventualité d'accueillir McLaren, un authentique talent en matière de châssis, potentiellement au niveau de RedBull, c'est-à-dire un adversaire de plus devant l'équipe officielle... Un peu désordre surtout que Toro Rosso est au niveau.

Pour Honda, c'est le retrait tardif de Sauber qui a activé cette spirale. Toro Rosso a été sollicité en catastrophe et le temps a manqué pour trouver un accord. Tout le monde travaille sur sa monoplace 2018. Un feu vert en octobre, c'est un mois difficile à rattraper face à des concurrents qui peuvent compter, eux, sur l'expérience de la saison en cours.

Mercedes et Ferrari qui disent "non !" Renault qui peut justifier un refus pour raison technique, Honda serait peut-être condamné à partir si cela n'entraînait pas de facto le départ de McLaren, sans propulseur. Condamnés à poursuivre ensemble ? C'est dans la logique mais si le PU nippon est vraiment sur la bonne voie, ce sera la solution la plus prometteuse.

Alonso joue les Saint-Thomas, quitte à décider en fin d'année s'il reste en F1 l'an prochain. D'ici là, il aura pu mesurer la progression du propulseur mais aussi les promesses de sa prochaine version.
Il y a 3 mois
AP01
AP01 :
Tout ça pour ça ? Vraiment rien que tout le monde ne savait déjà... Mais @ Guy Mauve va être content, si on lui en "donne l'autorisation"... mdr

D'ici fin septembre (vir mi-octobre), de nombreuses et très importantes décisions peuvent être prises et l'argument "Pour Renault, c'est peut-être un grand "ouf !" perdre un client/financeur était ennuyeux mais probablement moins que l'éventualité d'accueillir McLaren, un authentique talent en matière de châssis, potentiellement au niveau de RedBull, c'est-à-dire un adversaire de plus devant l'équipe officielle... " est ridicule puisque RNO accepte déjà la confrontation avec RB et que ce n'est pas en se repliant sur elle-même que la marque progressera. Bien au contraire, la signature avec McLaren serait une excellente publicité si elle était couronnée de succès après l'échec McLaren-Honda...
Il y a 3 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
AP01@ : keine Auslegung , no comment . Vous savez ce qu'il vous dit Guy Mauve ?

Alfaim@ : comme vous le suggérez , l'espoir de Honda en 2018 repose sur le choix de McLaren et je suis sûr qu'ils vont se donner corps et biens jusqu'à la fin de la saison pour faire prévaloir leur place en F1 en 2018 .

L'hypothèse de motoriser Toro Rosso n'est absolument pas à exclure , du fait d'une incertitude sur le choix 2018 de cette équipe .

McLaren fait figure depuis si longtemps d'audace , de génie dans la conception de ses châssis , de choix de ses motorisations ( TAG-Porsche , Honda V12 et V10 Peugeot , Mercedes , PU Honda ) . Une grande équipe ne meurt jamais . Une McLaren/Mercedes , peut-être . Une McLaren/Honda , ça en prend le chemin . Une McLaren/Renault , est de l'ordre de la surprise totale . Mais " la fortune sourit aux audacieux " même si pour moi une McLaren/Renault équivaudrait à une Ferrari/Mercedes .
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Les choix d'Alonso.

La priorité serait de rester en F1 mais ce ne sera pas dans l'une des trois équipes qui dominent le championnat.
Une autre ? Williams ou Renault ? Paddy Lowe ne cache pas qu'il a beaucoup de petites choses à modifier ou mettre en place et que cela prendra du temps. Ce temps-là risque d'amputer celui dévolu à la monoplace 2018. Alonso veut se battre pour gagner, pas pour un podium hasardeux.
Renault aura beaucoup de mal à atteindre le haut niveau avant deux ans, c'est-à-dire se placer à l'égal de son client RedBull. Reste donc McLaren si Honda...

La piste IndyCar, il y pense avec la motivation de remporter les 500 miles. On parle de McLaren concurrent mais la condition première n'est pas mince : il faut racheter une équipe en place à condition que l'une d'elle parte.
Trouver juste un volant, c'est jouable. Si c'est un client Honda, ce sera simple. Avec un Chevy, il faudra négocier ou couper les ponts avec McLaren et Honda.

Son autre projet semble encore plus difficile à concrétiser en 2018 : Le Mans ! C'est pourtant l'année la plus favorable pour qui disposerait d'une.. Toyota ! Quand on est soi-même pilote Honda, ce n'est vraiment pas évident.
Il peut contourner le problème aussi en rompant avec son équipe actuelle, se libérant du même coup pour ses deux objectifs aux dates compatibles. Mais qui va le payer ?
Même question s'il parvient à convaincre Porsche de revenir en "one-shot" dans la Sarthe. Techniquement, c'est jouable et, d'ailleurs, Audi avait envisagé de confier ses LMP1 à une équipe privée. Mais venir au Mans, même avec une seule voiture, c'est au delà des dix millions... Qui paierait ?
Il y a 3 mois
Marc Diskus
Marc Diskus :
Alfaim@ : Analyse pertinente sur les choix de Fernando Alonso pour 2018 . Cependant je donne mon avis à ce sujet .

Faire une saison Indycar dans une voiture supplémentaire du team Andretti avec le soutien de McLaren /Honda , avec les 500 Miles , me semble financièrement difficile , pas forcément dans les objectifs de McLaren ou de Honda mais surtout pas du tout dans la culture de Fernando de tourner en rond sur un ovale à 380 kms/h pendant une grande partie de la saison .

Préparer les 24 h du Mans dans une LMP1 privée à grands coups de Millions d'€ , quel gâchis dans l'occupation du reste de son emploi du temps .

Passer chez Ferrari , si Kimi n'est pas renouvelé dans son statut de contractuel de luxe pour l'année , avec la politique d'un pilote #1 et #2 et des caractères personnels en acier trempé surtout si Sebastian est champion du monde , ça ne va pas le faire .

Il lui reste McLaren avec ou sans Honda , avec un Jonathan Neale qui fera tout pour le garder dans l'équipe , ou alors il tirera sa révérence .
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Alonso fait partie de ces gens hors normes qui renversent le cours habituel des événements. Quel autre pilote peut s'arroger le droit de dire qu'il décidera de son programme 2018 peut-être qu'en décembre ? C'est cela qui est exceptionnel voire inouï. Quand on se rappelle combien la décision brutale et inattendue de Rosberg a déstabilisé Mercedes, McLaren qui n'a pas un Hamilton sous la main ni un propulseur assuré se doit de prévoir un pilote de haut niveau avec un engagement assorti d'un "si..."
Un Button ou un Massa à nouveau en vraie fausse retraite feraient l'affaire mais c'est inédit depuis Fangio.

En ce qui concerne l'orientation de sa carrière, Alonso le dit et le redit depuis plusieurs mois. Sa priorité, c'est la F1 mais avec des chances de gagner. L'autre challenge, c'est la triple couronne mais il lui faut remporter les 500 miles d'Indianapolis et les 24 Heures du Mans. Son talent le lui permettrait. Mais il lui faudra composer avec des choix d'équipe, de matériel, de logistique et de moyens financiers.

A Indy, il existe une incontestable part de chance, au-delà des incertitudes mécaniques et tactiques, la roulette russe des neutralisations joue un rôle prépondérant. Mais, incontestablement, Alonso a apprécié l'exercice.

Pour Le Mans, c'est encore plus difficile car les paramètres sont plus nombreux. Les échecs successifs de Mario Andretti en temoignent (il faudra un jour raconter cette saga). Le maximum de chance de l'emporter, ce sont les années de transition, encore faut-il avoir une voiture au-dessus du lot. 2018 est propice, de plus compatible avec le projet Indianapolis... Un scénario de légende parce qu'illusoire mais que le rêve est joli.
Il y a 3 mois
Aifaim
Aifaim :
Marc Diskus@, Alonso pourrait tout à fait courir à Indianapolis sans être engagé toute la saison. Quant à cette course, il l'a tout de même qualifiée de meilleur moment de l'année.
Au cas où il s'engagerait pour tout le championnat, il faut garder à l'esprit que les "ovales" doivent composer avec les circuits routiers.

Il peut s'avérer difficile d'imaginer un pilote emblématique de la F1 dans les arènes US, mais la liste des champions du monde, en titre ou à venir, qui ont pris le chemin d'Indy est déjà longue, longue...
Il y a 3 mois
AP01
AP01 :
J'écrivais il y a 2 semaines : "Je ne sais pas si le sujet est totalement enterré et, en cas de rupture du contrat entre McLaren et Honda pour 2018, pour peu qu'il intervienne assez tôt (septembre), les discussions pourraient bien reprendre entre Honda et STR si Honda veut rester en F1 car ils n'auraient pas d'autres solutions, à moins que Williams... Ou un rachat de Force India puisque cette écurie est à vendre..."
Il semblerait que le paddock de Monza bruisse de l'annonce imminente d'une signature de McLaren avec RNO pour 2018 (après une réunion de toutes les têtes pensantes et dirigeantes des 2 entités cette après-midi) et d'une reprise des discussions entre Honda et STR... De toute façon, Honda n'aura sans doute pas beaucoup le choix s'ils ne veulent pas quitter la F1 piteusement, une fois encore. Et l'écurie s?ur de RB (et donc RB) est sans doute en position de force pour tordre le bras des nippons. Et comme ils adorent ça, montrer leur force et leur arrogance, ils ne vont pas se gêner. Le board de Honda a intérêt à être très très fort en négociations car ils ne sont pas dans la situation de RNO fin 2015...
Il y a 3 mois
Laisser votre avis
Cet article a plus de deux mois. Les commentaires sont fermés.

Toutefois, vous pouvez nous joindre via la page de contact pour signaler tout problème à la rédaction.






Ce site internet est non officiel et n'est associé, par aucun moyen, avec les entreprises du Formula One Group. Plus d'information dans nos mentions légales.